RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

A comme Assange - A comme asile constitutionnel

L’alinéa 4 du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, toujours en vigueur, proclame : « Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République. »

Sur cette base juridique, «  l’Ofpra [Office français de protection des réfugiés et des apatrides] peut accorder une protection internationale au titre de l’asile constitutionnel.[...] Les critères d’admission au statut de réfugié au titre de l’asile constitutionnel sont les suivants :

- existence d’une persécution effective (et donc pas seulement d’une crainte de persécution)

- les auteurs des persécutions peuvent être déterminés ou non, organisés ou non
- le demandeur a fait preuve d’un engagement actif en faveur de l’instauration d’un régime démocratique ou des valeurs qui s’y attachent (liberté d’expression, liberté d’association, liberté syndicale...)

- l’engagement du demandeur doit être dicté par des considérations d’intérêt général (et non d’ordre personnel). » (*)

Est-il besoin de rappeler que Julian Assange et WikiLeaks ont révélé des crimes de guerre ?

Est-il utile de dire que leurs révélations n’ont mis aucune vie en danger ?

Est-il encore nécessaire de dire qu’ils ont amené les preuves de l’espionnage de la France par un État allié, par les États-Unis pour être précis ?

Est-il salutaire de préciser que «  si les guerres peuvent être déclenchées par des mensonges, la paix peut être préservée par la vérité », que "si le journalisme est bon, il est controversé, de par sa nature ", que " l’un des meilleurs moyens d’obtenir justice est de dénoncer l’injustice", ou que "garder une personne ignorante, c’est la placer dans une cage " (Julian Assange) ?

Est-il obligatoire d’en référer à l’article 1 de la Charte de Munich (Déclaration des devoirs et des droits des journalistes, 1971) : «  respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité » ?

Est-il indispensable d’en rajouter pour se convaincre de l’inébranlable engagement de Julian Assange en faveur de la liberté d’informer et en faveur de l’intérêt général ?

Non ! Alors, comment rester indifférent au sort actuel de Julian Assange, emprisonné dans un quartier de haute sécurité d’une prison au Royaume-Uni pour avoir été un journaliste digne de ce nom ? Comment ne pas s’inquiéter de sa santé mentale et physique après tant d’années de privation, de claustration, de tourment ? Comment ne pas être horrifié par ce qui pourrait l’attendre en cas d’extradition vers les États-Unis ?

Comment rester insensible, comment rester sourd aux mots du rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, quand celui-ci clame haut et fort : «  Julian Assange doit à présent être libéré immédiatement, réhabilité et indemnisé pour les abus et l’arbitraire auxquels il a été exposé  » ?

Pour que ce «  vieux pays, la France, d’un vieux continent » ne soit pas uniquement le pays de la Déclaration des Droits de l’Homme, il s’agit, sans délai et sans concession, d’accorder au journaliste Julian Assange l’asile constitutionnel. Lui accorder ce statut est un devoir avant que d’être un honneur.

Ayons bien à l’esprit que nous sommes pile à la croisée des chemins : " à moins d’un changement de cap, la civilisation mondiale sera devenue d’ici à quelques années une dystopie de surveillance postmoderne, à laquelle seuls les plus habiles auront une chance de se soustraire." (Julian Assange)

(*) Il y a l’asile constitutionnel et l’asile conventionnel.

Asile conventionnel au sens de la Convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés. Dans ce cadre, la qualité de réfugié est reconnue à toute personne «  qui craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ».

URL de cet article 37568
  

Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous vous trouvez nuls, souvenez-vous qu’il a fallu 20 ans, des milliers de milliards de dollars et 4 présidents US pour remplacer les Talibans par des Talibans

Norman Finkelstein

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.