RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Guerre contre Gaza : Les huit méthodes de génocide d’Israël (Middle East Eye)

Après trois mois, le bombardement de Gaza, qui a causé des destructions sans précédent aux populations, aux infrastructures et aux habitats, semble inarrêtable.

Ni les pressions exercées par les États-Unis pour limiter les pertes civiles, ni la rhétorique des États arabes - qui n’ont même pas pu se mettre d’accord sur des actions communes, telles qu’un embargo pétrolier ou la rupture temporaire des relations diplomatiques officielles - n’ont réussi à arrêter, ou même à modérer, l’assaut sauvage d’Israël sur Gaza. Les résolutions de l’ONU et les manifestations mondiales de masse se sont également révélées inefficaces.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il semble que le sort de millions de Palestiniens continuera d’être décidé par deux hommes seulement : Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président américain Joe Biden.

Israël a déclaré que sa campagne durerait encore de nombreux mois, sans doute sans période de trêve supplémentaire. Loin de désamorcer l’offensive ou d’assurer une réduction significative du nombre de victimes civiles - comme les États-Unis l’ont demandé, non pas tant par souci de la vie des Palestiniens que par crainte d’une guerre régionale plus large et d’une détérioration du soutien international à Washington et à Tel-Aviv -, Israël a au contraire intensifié ses attaques depuis la brève trêve de novembre.

Il ne fait aucun doute qu’Israël a déjà commis une série de crimes de guerre. Ce n’est pas surprenant de la part d’un État qui, depuis des décennies, a développé et cultivé cette habitude - et encore moins si l’on se souvient qu’Israël a été fondé sur le nettoyage ethnique.

Les crimes de guerre, la discrimination à l’encontre des non-Juifs et le mépris du droit international font partie intégrante de l’ADN d’Israël depuis sa création en 1948, et même avant, si l’on se souvient des groupes paramilitaires sionistes tels que l’Irgoun et la Haganah. Toutefois, la question de savoir si les massacres perpétrés par Israël ont atteint le niveau du génocide au sens juridique du terme fait aujourd’hui l’objet d’un débat.

De nombreuses idées fausses circulent sur ce qui constitue un génocide, la principale étant que pour être qualifiées de génocide, les atrocités doivent atteindre l’échelle et le niveau de l’Holocauste ou exterminer la quasi-totalité d’un peuple ou d’un groupe. Ce n’est pas le cas.

Définition du génocide

Selon l’article II de la Convention sur le génocide, le génocide s’entend de l’un quelconque des actes ci-après, commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux : meurtre de membres du groupe ; atteinte grave à leur intégrité physique ou mentale ; soumission intentionnelle à des conditions d’existence devant entraîner la destruction du groupe ; mesures visant à entraver les naissances ; transfert forcé d’enfants à un autre groupe.

Les actions d’Israël à Gaza et leurs conséquences horribles sur l’ensemble de la population civile, ainsi que les déclarations répétées des représentants de l’État israélien qui suggèrent fortement l’intention délibérée d’éliminer ou au moins de blesser le plus grand nombre possible de Palestiniens, ne laissent guère de doute sur le fait que la barre a été atteinte et dépassée depuis longtemps. De nombreux officiels, journalistes et membres de la société civile ont publiquement qualifié cette situation de génocide.

Malgré certaines réserves, un consensus semble émerger parmi les universitaires, les juristes et même les anciens procureurs de la Cour pénale internationale, qui peuvent certainement reconnaître un génocide lorsqu’il se déroule sous leurs yeux.

L’histoire nous a appris qu’il existe de nombreuses façons d’exterminer un groupe de personnes ou de réduire une population. Mais la campagne de génocide d’Israël, qui dure depuis 1948, se définit par plusieurs caractéristiques : sa nature permanente, la variation entre le génocide "au ralenti" et les vagues de massacres brutaux, et le riche éventail de techniques de mort massive.

À l’heure actuelle, Israël combine systématiquement et méthodiquement toutes ces méthodes de mort, avec des résultats horribles. On peut identifier au moins huit techniques génocidaires qui ont convergé dans la réaction de l’État à l’attaque du 7 octobre par le Hamas, qui est proscrit en tant qu’organisation terroriste au Royaume-Uni et dans d’autres pays.

Il semble qu’Israël ait saisi cette occasion pour porter son génocide au ralenti à un tout autre niveau de brutalité.

Les huit techniques

1. Les tuer : Bombarder les Palestiniens sans distinction (ici, l’attention des médias, la pression exercée par des alliés tels que les États-Unis et les protestations internationales peuvent avoir une certaine efficacité pour freiner Israël). Bien qu’Israël affirme prendre des mesures pour protéger les civils, la réalité sur le terrain montre qu’il n’en est rien, les non-combattants constituant la majeure partie des victimes. Des écoles, des hôpitaux et des immeubles d’habitation ont été directement visés.

2. Les affamer : Cela se fait par le biais de blocages de l’approvisionnement en eau et en nourriture. Là encore, il n’y a rien de nouveau ; cela fait longtemps que cela fait partie d’une politique israélienne concertée et organisée visant à priver les Palestiniens de la plus fondamentale des ressources vitales, l’eau.

3. Les priver de soins médicaux : Israël maximise le nombre de victimes en détruisant les infrastructures médicales, y compris les hôpitaux, garantissant ainsi que de nombreuses personnes qui auraient pu être sauvées mourront des suites de blessures non traitées.

4. Répandre des maladies parmi eux : L’effondrement des infrastructures médicales, conjugué à des conditions de vie catastrophiques, a favorisé la propagation des maladies, ce qui risque d’entraîner une nouvelle vague de décès.

5. Les épuiser par des expulsions forcées : S’inspirant du génocide arménien, Israël a recours à la relocalisation forcée, d’abord du nord de Gaza vers le sud, puis à l’intérieur du sud, pour obliger les personnes épuisées et souvent blessées à se déplacer d’une zone prétendument "sûre" à l’autre. Une carte quadrillée publiée par Israël a divisé le sud de Gaza en centaines de parcelles minuscules, entre lesquelles les gens sont contraints de se déplacer à court terme pour éviter les bombes.

6. Détruire leur environnement : Ce qui se passe à Gaza est un véritable écocide. L’ampleur de la destruction de l’environnement, qui va de la pollution durable aux munitions militaires, est énorme et pourrait affecter les générations futures.

7. Atomiser leur société : La destruction systématique des structures gouvernementales et administratives sous le prétexte de combattre le Hamas a bouleversé la société palestinienne. En déplaçant la majorité des 2,3 millions d’habitants de Gaza, Israël rompt leurs liens sociaux ; on ne sait pas comment ils pourront recréer une société à l’avenir, d’autant plus qu’Israël a tenté de lier tous les civils au Hamas et qu’il a l’intention de garder le contrôle du territoire et de ses ressources dans un avenir prévisible.

8. Briser leur esprit : Pendant des décennies, Israël a eu recours à la guerre psychologique pour susciter un sentiment de désespoir et d’impuissance au sein de la population. Cette stratégie s’est avérée terriblement efficace pour les plus vulnérables : Les enfants de Gaza, dont beaucoup souffraient de graves dépressions et de pensées suicidaires avant même l’offensive actuelle. Étant donné qu’Israël fait en sorte qu’il soit pratiquement impossible pour eux d’être soignés, la plupart d’entre eux souffriront d’un traumatisme à long terme.

Les huit méthodes susmentionnées sont toutes des formes de punition collective, dont les conséquences dureront au moins une génération, même si la guerre devait s’arrêter aujourd’hui.

Alain Gabon

Alain Gabon est professeur agrégé d’études françaises et directeur du département des langues et littératures étrangères à l’université Virginia Wesleyan de Virginia Beach, aux États-Unis.

Traduction par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://www.middleeasteye.net/opinion/israel-palestine-gaza-war-eight-...
URL de cet article 39248
  

Même Thème
Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.