RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Quand Netanyahou nous accoutume à un monde inhumain sans droit ni règles, où règne la loi de la jungle !

Tandis que l’opération d’extermination et de nettoyage ethnique des Palestiniens de Gaza monopolise – à juste titre – l’attention du monde entier depuis des semaines, peu ou pas d’attention est accordée à un de ses objectifs d’importance capitale, qui passe plutôt inaperçu : l’accoutumance de nos sociétés et de chacun de nous, c’est à dire de toute l’humanité, à une nouvelle réalité internationale dépourvue du droit humanitaire qui régit depuis 1949 les conflits armés internationaux ou internes. En somme, l’accoutumance à un monde ressemblant de plus en plus à une jungle où règne uniquement le droit du plus fort et où sont « permises » les pires atrocités contre les plus faibles !

En réalité, cette « accoutumance » inhumaine se fait de deux façons : d’abord, en nous installant dans un quotidien, qui dure déjà des semaines et des mois (!), peuplé des nouvelles et des images d’un véritable génocide couplé d’un nettoyage ethnique dont les victimes sont les civils Palestiniens. Et cela sans que les « grands » de ce monde fassent la moindre chose pour arrêter cette barbarie, quand évidemment ne l’encouragent et ne l’applaudissent pas. Et ensuite, en criminalisant, au moins dans quelques grands » pays européens, pratiquement toute manifestation de sympathie envers les victimes et toute critique adressée aux bourreaux qui non seulement bafouent, mais pire, qui admettent publiquement bafouer le droit humanitaire et ses règles les plus élémentaires. Comme par exemple, ne pas bombarder les hôpitaux, les écoles, les églises et les mosquées, les installations de l’ONU et des organismes internationaux, ne pas viser les civils, ne pas tuer (en priorité !) les médecins, les journalistes, les ambulanciers, ne pas forcer les populations à abandonner leurs maisons, ne pas les priver systématiquement de moyens de survie, d’eau, d’aliments, de médicaments, ne pas détruire leurs infrastructures, c’est-à-dire tout ce que l’armée israélienne est en train de faire actuellement à Gaza, mais aussi au moins en partie en Cisjordanie. Et tout ça en faisant preuve d’une imagination sadique sans précédent historique, comme quand leurs bulldozers qui suivent de près leurs blindés, « labourent » systématiquement les rues palestiniennes, détruisant ainsi non seulement le macadam mais surtout les diverses canalisations (égouts, câbles, tuyaux) dont dépend la vie les habitants.

Le résultat de cette dangereuse accoutumance devrait être notre mithridatisme (1) progressif au poison de la barbarie sans limites, qui divise les êtres humains en « maîtres » appartenant à une prétendue « Herrenrasse » de triste mémoire, et aux autres qui obéissent aux « maîtres » et qui devraient subir leur déshumanisation sans protester, s’ils ne veulent pas être traités de « terroristes ». Et tout ça à l’aide d’un maccarthysme planétaire qui ne se contente pas de la criminalisation de toute protestation, mais qui l’accompagne du lynchage médiatique du « déviant » ! Mais, attention : si tout ça peut paraître exagéré et fruit d’une imagination dystopique, il suffirait de regarder du coté de la France actuelle pour réaliser que ce « mithridatisme » est non seulement réel, mais aussi envahissant et, malheureusement, plutôt triomphant.

En effet, c’est dans cette France macroniste de l’automne 2023, qu’on assiste plus que partout ailleurs, à l’instauration d’une nouvelle « normalité » où sous prétexte de lutte contre l’antisémitisme, est criminalisée l’exercice d’au moins certaines libertés et droits démocratiques, comme le droit à la liberté d’expression. Évidemment, ceux qui sont arrêtés, et souvent condamnés pour « antisémitisme » parce qu’ils ont osé dénoncer le bombardement incessant des civils de Gaza, sont en général ceux qu’on appelle des « petites gens », de préférence de gauche ou d’origine maghrébine. Car il serait bien sûr impensable pour M. Darmanin de dénoncer et encore plus, d’intenter un procès pour « antisémitisme » par exemple, a la grande chaîne télé américaine CNN, bien que celle ci dénonce à longueur de journée et en détail les atrocités et autres horreurs subies par les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie, de façon qui ferait hurler d’indignation les journalistes des « grands » médias (quotidiens et chaînes télé) français, BFMTV en tête.

Mais, il y a aussi l’autre face de la médaille de cette prétendue lutte à la française contre « l’antisémitisme » : c’est la banalisation de l’antisémitisme. En effet, à force de taxer d’antisémitisme la moindre critique contre Netanyahou et son gouvernement, la moindre manifestation de compassion envers le peuple palestinien martyrisé, il devient de plus en plus difficile de distinguer le vrai du faux antisémitisme, c’est à dire distinguer les vrais antisémites, qui constituent une réelle menace pour le peuple juif. Et cette banalisation de l’antisémitisme est d’autant plus scandaleuse que les censeurs suprêmes du prétendu « antisémitisme » des pro-palestiniens ou même des antisionistes juifs -comme sont les jeunes de If Not Now- sont de nos jours des antisémites notoires comme le hongrois Victor Orban qui est pourtant qualifié de « meilleur ami d’Israël » par son ami et complice Benyamin Netanyahou. Ou comme les racistes, fascistes et autres nostalgiques et admirateurs de Pétain et du pétainisme qui paradaient encore récemment dans les rues de Paris manifestant contre l’antisémitisme !

Cependant, encore plus grave que l’accoutumance à la disparition du droit humanitaire est l’accoutumance de l’humanité au cynisme et a l’effondrement des valeurs morales qui résulterait de l’éventuel écrasement final du peuple palestinien par un État d’Israël non seulement triomphant et jouissant d’une totale impunité, mais aussi exhibant fièrement devant tout le monde son mépris total pour les scrupules moraux et autres. Car la grande « nouveauté » des actuels génocidaires israéliens est qu’ils admettent et même revendiquent publiquement leurs intentions génocidaires et leurs crimes de guerre tandis que tous les autres génocidaires de l’histoire les cachaient toujours méticuleusement, faisant tout pour effacer la moindre trace de leurs abominations.

La conclusion est nécessairement alarmante : l’opération terroriste du Hamas du 7 Octobre sert de prétexte au gouvernement de Netanyahou pour réaliser ce qui a toujours été le grand projet, sinon la raison d’être, de l’extrême droite israélienne,(2) l’extermination et le nettoyage ethnique définitif du peuple palestinien. Mais une fois lancée, cette guerre totale d’Israël contre le peuple palestinien sert déjà de prétexte aux états-majors de la réaction capitaliste et obscurantiste de par le monde, pour accélérer et approfondir leur attaque, déjà lancée auparavant, contre ce qui reste des libertés et droits démocratiques de « ceux d’en bas ». Raison de plus pour considérer la lutte des Palestiniens pour leur survie comme notre lutte, comme la lutte de nous tous pour la défense, bec et ongles, de nos libertés.

Notes

1. Mithridatisme : immunité acquise à l’égard d’un poison par ingestion répétée de doses croissantes de ce poison.

2. http://www.cadtm.org/Quand-Einstein-appelait-fascistes-ceux-qui-gouver...

URL de cet article 39137
  

Même Thème
PALESTINE
Noam CHOMSKY, Ilan PAPPE
La question palestinienne est représentative de ce qui ne tourne pas rond dans le monde. Le rôle des États occidentaux et l’accord tacite de diverses institutions en font un cas très particulier de la politique actuelle. Les trois dernières offensives militaires d’envergure menées par Israël contre Gaza, entre 2008 et 2014, ont fait des milliers de morts du côté palestinien et donné lieu à de nouvelles expropriations de terres en Cisjordanie. Ces guerres de conquête israélienne ont ravivé, chez les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience.

Karl Marx

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.