Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’occident frappe, dépense des milliards de dollars, utilise les mercenaires locaux : puis vient la défaite misérable.

Soudainement, l’Occident ne parvient plus à renverser des « régimes »

Avant, c’était fait régulièrement et ça marchait : l’Occident identifiait un pays comme son ennemi, lâchait sa propagande professionnelle contre lui, puis administrait une série de sanctions, affamant et tuant des enfants, des personnes âgées et autres groupes vulnérables. Si le pays ne s’effondrait pas en quelques mois ou quelques années seulement, les bombardements commençaient.

Et la nation, totalement ébranlée, dans la douleur et le désarroi, s’effondrait comme un château de cartes, une fois que les premières bottes de l’OTAN touchaient terre.

De tels scénarios ont été rejoués, encore et encore, de la Yougoslavie à l’Irak.

Mais soudain, quelque chose d’important s’est produit. Cette anarchie terrifiante, ce chaos s’est arrêté ; il a été découragé.

L’Occident continue d’utiliser les mêmes tactiques, il essaie de terroriser les pays indépendants, d’effrayer les gens, de renverser ce qu’il définit comme des « régimes », mais son pouvoir monstrueusement destructeur, est soudain devenu inefficace.

Il frappe, et la nation attaquée tremble, crie, répand du sang, mais reste debout, fièrement dressée.

Ce que nous vivons est un grand moment de l’histoire humaine. L’impérialisme n’a pas encore été vaincu, mais il perd son emprise mondiale sur le pouvoir.

Il nous faut maintenant comprendre clairement « pourquoi » pour pouvoir poursuivre notre lutte, avec encore plus de détermination, avec encore plus d’efficacité.

Tout d’abord, nous savons maintenant que l’Occident ne peut pas se battre. Il peut dépenser des billions de dollars en « défense », il peut construire des bombes nucléaires, des « missiles intelligents » et des avions de guerre stratégiques. Mais il est trop lâche, trop gâté pour risquer la vie de ses soldats. Il tue soit à distance, soit en utilisant des mercenaires régionaux. Chaque fois qu’il devient évident que la présence de ses troupes est nécessaire, il fait marche arrière.

Deuxièmement, l’Occident est totalement horrifié par le fait qu’il y a maintenant deux pays superpuissants – la Chine et la Russie – qui ne veulent pas abandonner leurs alliés. Washington et Londres font tout leur possible pour salir la Russie et intimider la Chine. La Russie est continuellement provoquée par la propagande, les bases militaires, les sanctions et les inventions nouvelles et bizarres des médias de masse qui la dépeignent comme le méchant dans toutes les circonstances imaginables. La Chine a été provoquée de manière pratique et à la folie, « sur tous les fronts » – de Taiwan, Hong Kong, le Tibet et la fameuse « question ouïghoure« , au commerce.

Toute stratégie susceptible d’affaiblir ces deux pays est appliquée. Pourtant, la Russie et la Chine ne s’effondrent pas. Ils ne se rendent pas. Et ils n’abandonnent pas leurs amis. Au lieu de cela, ils construisent de grands chemins de fer en Afrique et en Asie, ils éduquent des gens de presque tous les pays pauvres et désespérés, et ils soutiennent ceux qui sont terrorisés par l’Amérique du Nord et l’Europe.

Troisièmement, tous les pays du monde sont maintenant clairement conscients de ce qui leur arriverait s’ils abandonnaient et se « libéraient » de l’empire occidental. L’Irak, le Honduras, l’Indonésie, la Libye et l’Afghanistan en sont les « meilleurs » exemples. En se soumettant à l’Occident, les pays ne peuvent s’attendre qu’à la misère, à l’effondrement absolu et à l’extraction impitoyable de leurs ressources. Le pays le plus pauvre d’Asie – l’Afghanistan – s’est totalement effondré sous l’occupation de l’OTAN.

Les citoyens iraniens et vénézuéliens connaissent très bien les souffrances et la douleur des peuples afghan et irakien. Ils n’abandonnent pas, parce que, quelle que soit la dureté de leur vie sous les sanctions et la terreur administrée par l’Occident, ils sont bien conscients du fait que les choses pourraient être pires, bien pires, si leurs pays étaient occupés et gouvernés par les fous infiltrés à Washington et à Londres.

Et tout le monde connaît le sort des peuples vivant en Palestine ou sur le plateau du Golan, des lieux qui ont été envahis par le plus proche allié de l’Occident au Moyen-Orient, Israël.

Bien sûr, il y a d’autres raisons pour lesquelles l’Occident n’arrive pas à mettre ses adversaires à genoux.

L’une d’entre elles est qu’il reste les plus durs. La Russie, Cuba, la Chine, la Corée du Nord (RPDC), l’Iran, la Syrie et le Venezuela ne vont pas fuir le champ de bataille. Ce sont les nations les plus déterminées au monde. Ce sont ces pays qui ont déjà perdu des milliers, des millions, voire des dizaines de millions de leurs habitants dans la lutte contre l’impérialisme occidental et le colonialisme.

Si l’on suit attentivement les dernières attaques de l’Occident, le scénario est pathétique, presque grotesque : Washington et souvent l’UE aussi font de gros efforts ; ils frappent, ils dépensent des milliards de dollars en utilisant les mercenaires locaux (ou l’appellent « opposition locale »), puis ils se retirent rapidement après une défaite misérable, mais attendue. Jusqu’à présent, le Venezuela a survécu. La Syrie a survécu. L’Iran a survécu. La Chine lutte contre d’horribles subversions soutenues par l’Occident, mais elle survit fièrement. La Russie se tient debout.

C’est un moment extraordinaire dans l’histoire de l’humanité. Pour la première fois, l’impérialisme occidental est non seulement vaincu, mais il est aussi pleinement démasqué et humilié. Beaucoup en rient maintenant, ouvertement.

Mais nous ne devrions pas encore nous réjouir. Nous devrions comprendre ce qui se passe et pourquoi, puis continuer à nous battre. Il y a beaucoup de batailles qui nous attendent. Mais nous sommes sur la bonne voie.

Qu’ils essaient. Nous savons nous battre. Nous savons comment l’emporter. Nous avons déjà combattu le fascisme, sous plusieurs de ses formes. Nous savons ce qu’est la liberté. Leur « liberté » n’est pas notre liberté. Ce qu’ils appellent « démocratie » n’est pas la façon dont nous voulons que notre peuple gouverne et soit gouverné. Laissez-les partir ; nous, notre peuple, nous n’en voulons pas !

Ils ne peuvent pas renverser nos systèmes, parce qu’ils sont précisément nos systèmes ! Des systèmes que nous voulons, que notre peuple veut ; des systèmes pour lesquels nous sommes prêts à nous battre et à mourir !

Andre VLTCHEK

Source : Suddenly West is Failing to Overthrow “Regimes”

traduction Réseau International

URL de cet article 35179
   
1914-1918 La Grande Guerre des Classes
Jacques R. PAUWELS
Dans l’Europe de 1914, le droit de vote universel n’existait pas. Partout, la noblesse et les grands industriels se partageaient le pouvoir. Mais cette élite, restreinte, craignait les masses populaires et le spectre d’une révolution. L’Europe devait sortir « purifiée » de la guerre, et « grandie » par l’extension territoriale. Et si la Première Guerre mondiale était avant tout la suite meurtrière de la lutte entre ceux d’en haut et ceux d’en bas initiée dès 1789 ? C’est la thèse magistrale du nouveau (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.