RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

41 

Tous à la manif ! Mais pas à n’importe laquelle.

Il n’est pas dans le monde d’institutions aussi pratiquantes de la pédophilie et abus sexuels de toutes sortes que les Eglises. Allez voir sur Wikipédia que je tiens pour plus crédible que Christine Boutin ou l’autre charlotte destroy, là …
Frigide Barjot ? C’est cela-même.
A travers le monde, ce sont des dizaines de milliers (oui, oui) de mineurs qui ont subi des viols de prêtres. Beaucoup en ont été durablement détruits psychiquement. Quelques-uns se sont suicidés.
Tous ceux qui ne veulent pas voir que cette peste est propagée sur toute la planète à partir des Eglises hurlent dans la rue pour défendre la morale, le bon goût, la société et les enfants, en prétendant que les homosexuels ne peuvent revendiquer un contrat qui leur garantirait les mêmes droits qu’aux autres citoyens.

Vous verrez dans leur cortège : des adorateurs d’institutions misogynes (pas vrai Benoît 16 ?), des adversaires de la contraception, de l’avortement (et partisans de la peine de mort !) et des nostalgiques d’Adolf (oui, celui à la mèche sur le front).

Tous à la manif, mais pas à celle du 13 janvier qui est celle du retour en force de l’obscurantisme et de l’exaltation de la haine de la différence ! Pas à celle dont vous n’oserez pas avouer un jour à vos enfants : « J’y étais ».

Théophraste R. (Responsable de la rédaction d’un opuscule au GS : « Les soldats dans les casernes, les curés dans les églises, la République partout ! »).

PS. « Marions-les, marions-les
Je crois qu’ils se ressemblent
Marions-les, marions-les
Ils seront très heureux ensemble ! »

Juliette Gréco.

URL de cette brève 3169
https://www.legrandsoir.info/tous-a-la-manif-mais-pas-a-n-importe-laquelle.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
12/01/2013 à 15:26 par Romane

Le dernier scandale pédophile - actuel - de l’Eglise est en Australie. Mais aucun média n’en informe. Sinon, je suis très étonnée de lire "quelques uns se sont suicidés", vraiment ?

#89652 
12/01/2013 à 17:41 par Quidam

Les curés étant bientôt à classer dans les espèces protégées dans l’hexagone car en voie de disparition grâce à Dieu - si j’ose dire - ou tout au moins Dieu en soit loué, l’utilité d’un anticléricalisme effréné d’un autre temps (bénit) dans le style de celui de notre ami Théophraste m’échappe un petit peu, mais bon… Et à propos des questions malheureusement plus d’actualité, comme le bradage du code du travail, les 9 millions de chômeurs allègrement dépassés en France, les aventures hollandesques bellicistes calamiteuses au Sahara & au sud-est du continent africain par exemple, toujours rien Théophraste ?

#89656 
12/01/2013 à 18:22 par Cunégonde Godot

L’amalgame peste pédophilique, nazisme, misogynie, etc. et anti-"mariage pour tous" ("mariage pour tous" : falsification sémantique qui entraînera des conséquences extrêmement graves au plan sociétal, antropologique, de civilisation, l’abolition de la différence sexuelle et la mise en place de la théorie Gender, pure saloperie yankee), cet amalgame est particulièrement spécieux, pour ne pas dire répugnant...

#89659 
12/01/2013 à 18:33 par Eric

Pas très malin ton texte. Il me semble que tu prends cause pour la destruction du code civil en dénonçant des cas particuliers de viols de mineurs par des prêtres, et tu oublies que ces prêtres là ( qui sont une minorité) font partie du clan dont tu soutiens la cause.
C’est pas très sérieux.
Pour tes copains , on peut aménager une union civile , mais on ne casse par le mariage crée pour les unions d’hommes et de femmes qui envisagent de créer une famille et d’avoir des enfants.
tu devrais regarder les explications juridiques des contradictions de cette loi destructrice.
4 videos de Aude Mirkovic
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=GuccvOVdZqU
la 4eme rappelle les engagements qui découlent du mariage

#89660 
12/01/2013 à 18:48 par Dwaabala

Théophile et Pedophraste sont dans un bateau...

Phrazein en grec ancien signifie : expliquer. Autant expliquer l’existence de l’enfant que celle de dieu.

Dans un monde qui serait normal, les vers de Paul Eluard auraient encore un sens qui pourrait compris de l’écolier moyen mais qui deviendra bientôt impigeable même au surdoué :

C’est la chaude loi des hommes
Des raisins ils font du vin
Du charbon ils font du feu
Des baisers ils font des hommes

... et non pas à cause du chauffage au charbon.

Ce qui prouve ab absurdo s’il en était besoin, qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond.

#89662 
12/01/2013 à 19:17 par latitude zero

Ce sont les mêmes qui défilaient contre le PACS et dont beaucoup disent maintenant "non au mariage des homosexuels , il y a déjà le PACS" !!!

#89665 
12/01/2013 à 19:33 par Théophraste R.

@ Cunégonde

L’amalgame peste pédophilique, nazisme, misogynie, etc. et anti-"mariage pour tous" [...] est particulièrement spécieux, pour ne pas dire répugnant...

L’Eglise catholique misogyne (sauf erreur, ou alors attendons des prêtresses, des cardinales et une papesse) qui a couvert, ainsi que les autres obédiences, pendant des années, des dizaines de milliers d’actes de pédophilie, a ratissé jusque dans les écoles confessionnelles (que nous payons avec nos impôts) pour battre le pavé de Paris (qui mérite mieux que ça) avec toute sa branche d’extrême droite intégriste, aux côtés de crânes rasés afin d’empêcher une minorité d’avoir les mêmes droits que la majorité et vous trouvez quoi de répugnant, déjà  ?
L’amalgame ? Mais ce sont eux qui le font, eux qui vont se pacser dimanche (le jour du Seigneur !) dans la haine et le rejet et qui vont communier dans la prétention d’imposer leur loi à la République laïque, laquelle a le droit et le devoir de décider de ce qu’elle autorise dans les mairies, elle qui laisse les curés faire ce qu’ils veulent (un peut trop, on le voit) dans leur églises, monastères, écoles bondieusardes, couvent et presbytères.

J’espère qu’il pleuvra demain sur la Capitale avec forte rafales de vent et température ressentie proche de zéro (qui est le degré de réflexion de Frigide Barjot).

Je trouve que mon billet était encore trop gentil. Merci de m’avoir permis de l’abonder.
Amen.

#89666 
12/01/2013 à 19:49 par Luk

Deuxieme billet qui nous parle des curés,moi par contre se qui me pose probleme est la déclaration de Pierre Bergé dans le Figaro.
« Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA ou l’adoption. Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? » Pierre Bergé,la théorie du Genre je sais pas mais pour moi cela commence a faire beaucoup de couleuvre a avaler.

#89667 
12/01/2013 à 20:18 par cinto

Et c’est LGS qui se plaignait de l’amalgame brun-rouge ! Cette disqualification de l’adversaire est d’une vulgarité pitoyable, digne d’un autre type de médias. D’accord avec Cunégonde : ce problème mérite une discussion plus sérieuse, et, si vous voulez vous indigner, il y a des sujets bien plus révoltants.

#89669 
12/01/2013 à 21:49 legrandsoir

Et c’est LGS qui se plaignait de l’amalgame brun-rouge !

Et le rapport est ... ?

(Cela dit, "se plaignait" ? Non, non : remettait les choses (et certain(e)s) à leur place. Comme on sait si bien faire.)

#89674 
12/01/2013 à 21:14 par calame julia

"Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne"...
j’irai marcher dans nos campagnes où il est une paix inégalable... et peut-être par le
sentier du facteur rejoindrai-je le col enneigé...

(!!! au sujet de l’autre billet de Théophraste, je viens de lire "tout le monde se calme"
et que vois-je bis repetita placent !!!).

#89672 
12/01/2013 à 21:23 par act

Salut les hommes, les mâles, camarades et très chers frères,

Et ça repart au quart de tour, logique pour un tour de thème périphérique.
Dommage toutefois que certains refusent de prendre note de certains faits et arguments qui pourtant démontent une bonne partie de leur discours qui tourne en rond.
(cf les nombreux commentaires sous "Scoutisme, cours de catéchisme et pédophilie.")
En bref :
Selon CG :

...l’abolition de la différence sexuelle et la mise en place de la théorie Gender, pure saloperie yankee

Dans les faits, les théories du genre sont originaires des USA et de France.
Tout ce qui provient des USA n’est pas "pure saloperie yankee"il y existe aussi une opposition, une contre-culture, bref une lutte des classes. Votre vison binaire est dépassée par les faits, voyez le cas de Cuba et de bien d’autres pays d’Amérique Latine.
http://www.granma.cu/frances/cuba-f/25enero-Mariela%20Castro.html

#89673 
12/01/2013 à 23:58 par latitude zero

Cunégonde Godot voit la théorie du genre dans le mariage des homosexuels ( un mariage CIVIL faut-il rappeler).
Une saloperie de plus venue des yankees , comme une nouvelle étape dans la montée de l’individualisme, de l’anéantissement de « la famille dernier îlot du communisme primitif » de Houellebecq .
Ca peut mériter un débat mais perso pour le moment j’y vois surtout une injustice en moins dans l’égalité des citoyens (sans distinction d’origine, de race ou de religion) avec ... la notion d’égalité sans distinction de sexe, d’orientation sexuelle, et d’identité de genre.
La condamnation des discriminations basées sur le sexe, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.
L’ensemble des avantages sociaux et fiscaux dont bénéficient les couples hétérosexuels .
L’égalité des droits entre les différents statuts civils et fiscaux : PACS, concubinage, mariage.

Il est temps de reconnaître pleinement l’homosexualité.
Comme les trans qui ne sont plus classés comme malades mentaux seulement depuis 2010 en France.
A Cuba, la première opération transgenre (gratuite) a eu lieu à la fin des années 80, ça laisse rêveur non ?
Pourtant je vois mal les Cubains appliquant la théorie du genre .

#89678 
13/01/2013 à 08:51 par Cunégonde Godot

A Latitude Zero réclame « la notion d’égalité sans distinction de sexe, d’orientation sexuelle, et d’identité de genre » , mais c’est déjà dans la loi que l’on sache.
« Il est temps de reconnaître pleinement l’homosexualité », écrit aussi Latitude Zero. Cela aussi c’est déjà fait, semble-t-il, ou alors quelque chose m’a échappé... Mais qui ne reconnaît pas quoi exactement ? Qu’on me pardonne cette question naïve, mais le fondement de l’homosexualité n’est-il pas justement, de facto, la non-reconnaissance de... l’hétérosexualité, par hasard ?

#89679 
13/01/2013 à 09:12 legrandsoir

Alors là Cunégonde, vous faites fort en clamant que l’égalité : "C’est déjà dans la loi"
Justement pas et des contributeurs ont bien expliqué pourquoi et comment ici.
Relisons-les ensemble, voulez-vous ?
Et le vote de cette loi est incompréhensible si l’égalité existait.
On tourne en rond, là .

Merci à tous de rester calmes, hein !

#89680 
13/01/2013 à 09:37 par cinto

Oui, il fait froid aujourd’hui, et les pro-mariage-homo (quant au "mariage pour tous", il demanderait d’abord du travail et un logement pour tous les couples hétéros) y verront sans doute un châtiment du Ciel !

#89682 
13/01/2013 à 09:42 par BM

La pseudo-Gauche molle capitularde et social-traître qui est au pouvoir actuellement capitule devant le Capital et l’argent-roi. Pour faire oublier qu’il se sont alignés sur les thèses "libérales" (cà d en bon français : ultra-capitalistes) les plus dures (en soutenant le traité de Lisbonne, par exemple), les socialos font diversion avec le mariage pour tous. Pendant qu’on en parle et que certains manifestent contre, on ne parle pas de la politique économique du gouvernement : quel joli tour de passe-passe.

A titre personnel, je suis pour que le droit au mariage soit étendu aux homosexuels. (Encore que, je suis contre le mariage en tant que tel. C’est plutôt la discrimination contre les homosexuels qui me révulse. En passant, il n’y a plus que les homosexuels qui désirent se marier ! La population dans son ensemble invente spontanément, lentement mais sûrement, d’autres formes de modèle familial, sur le modèle de l’union libre, ce qui me paraît plus respectueux des droits de chacun et surtout des femmes. Fin de la parenthèse). Mais ce débat est une diversion, les choses les plus importantes sont soigneusement rejetées sous le tapis.

La Gauche (la vraie), tout en se battant contre les discriminations incontestables dont souffrent certaines catégories de la population (femmes, homosexuels, immigrés), devrait recentrer son discours sur l’introduction de la démocratie dans le domaine économique : c’est-à -dire en bon français la socialisation des moyens de production. C’est LA chose importante. Tant qu’on ne réintroduit pas cela dans le discours public, on amuse la galerie à peu de frais et on n’a rien dit.

#89683 
13/01/2013 à 09:47 par Anonyme

A Théophraste,

Pourriez-vous éviter de confondre Cunégonde avec Cunégonde-Godot ? La première ne partage pas du tout le point de vue de la seconde.

D’avance merci

#89684 
13/01/2013 à 09:53 par Cunégonde Godot

Alors là Cunégonde, vous faites fort en clamant que l’égalité : "C’est déjà dans la loi"
Justement pas et des contributeurs ont bien expliqué pourquoi et comment ici.
Relisons-les ensemble, voulez-vous ?
Et le vote de cette loi est incompréhensible si l’égalité existait.
On tourne en rond, là .

Merci à tous de rester calmes, hein !

Mais enfin, vous n’êtes pas, en France, un sous-citoyen parce que vous seriez homosexuel ! C’est faux… Il ne s’agit pas de rendre les homosexuels plus "égaux qu’il ne le sont déjà " en tant que citoyens. C’est absurde. Alors, qu’elle est la question ? C’est celle de la loi sur le mariage. Et celle de la filiation sous tous ses aspects et conséquences, y compris celles que beaucoup sont loin d’appréhender dès lors que cette question est abordée seulement sous l’angle du droit…

#89685 
13/01/2013 à 10:05 par fil

Allez, tous aux manifs des 19 et 27 janvier pour soutenir la liberté de se marier avec qui l’on veut.

#89687 
13/01/2013 à 12:31 par La « Théorie du Genre » n'existe pas

Une fois pour toutes ?
La «  Théorie du Genre » n’existe pas sinon dans les fantasme de soral et autres culs-bénits.
Il existe différentes «  études du genre » initiée par les féministes dans les années 70 visent trois domaines principaux (1) :
Études sur les femmes : servent d’appui aux mouvements féministes pour dénoncer les inégalités femme-homme et formuler leurs revendications.
Études féministes : deuxième vague des mouvements féministes, leur but est clairement militant : expliquer les modalités des discriminations, leurs causes, leurs effets sur les femmes et la société en général de façon à pouvoir les surmonter.
Études du genre : ces études effectuent une distinction entre le sexe et le genre pour s’interroger sur la construction des rôles sociaux attribués « naturellement », pour -entre autre- déstabiliser «  le phallogocentrisme et l’hétérosexualité obligatoire ».

C’est principalement la troisième et dernière partie de ces études - radicalisés par Judith Butler ou le mouvement «  queer »- qui est actuellement visée par les critiques des réactionnaires, religieux ou pas.
Paradoxe, car le «  mariage pour tous » n’entre que très relativement dans cette remise en question radicale des dogmes sociétaux.
Le propos -en résumé- est de faire primer le libre-choix ou libre arbitre des personnes concernées sur les dogmes sociétaux et/ou religieux (patriarcat, hétérosexualité imposée, etc).
On voit mal ce qu’un camarade révolutionnaire sincère peut opposer à une telle évidence.
En 1917 les Tovaritchs n’hésitèrent pas et abrogèrent l’adultère et toutes les lois homophobes (ensuite vint Joseph...)

Comme dans beaucoup de cas, (Marx, Bakounine, Castro) il ne faut pas lire «  sur » mais «  de » pour pouvoir forger sa propre opinion.
Judith Butler étant particulièrement ardue à lire je vous propose encore une fois une vison cubaine exprimée par Mariela Castro dans le Granma.
http://www.granma.cu/frances/cuba-f/25enero-Mariela%20Castro.html

act

(1) voir le résumé compréhensible sur wiki
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tudes_de_genre

#89689 
13/01/2013 à 13:17 par Feufollet

Les phrases de Téophrase ont un succès particulier auprès des commentateurs du GS
Est-ce un reflet symptomatique de la société française
Plus prompte à s’écharper entre soi sur des questions de genres, de sexe et de moeurs
Que sur des questions plus fondamentalent graves
De justice sociale et de destructions environnementales
Après le mariage libre, quel sera le prochain arbre
Qui nous cachera la forêt agonisante ?
Le mariage des prêtres ou le sexe des anges ?

#89691 
13/01/2013 à 13:52 par Théophraste R.

Feufollet, vous avez confondu les deux bouts de la lorgnette. Que le mariage pour tous, la dame virée de sa maison de retraite ou l’enfant de sa cantine pour cause d’impayés soient des opérations de diversions opportunes pour les sociaux-libéraux, soit.

Mais le mariage pour tous est aussi une question de société, qui concerne des dizaines (centaines) de milliers de citoyens. De plus, cette question est l’occasion donnée à la réaction la plus dégoutante de « monter » à Paris pour faire une démonstration de force face à toute la gauche.
Et là -dedans : UMP ; fachos, cathos intégristes, homophobes de partout.
C’est un sujet très politique, un épisode de la lutte des classes, un affrontement entre le passé et le futur.
Ne croyez pas qu’il faut se taire devant ces gens-là . Il faut leur mettre le nez dans leur m…
Th. R.
PS. Prenez aussi en compte la loi du genre : un billet est court, c’est un coup de poing, pas une thèse.

#89692 
13/01/2013 à 14:03 par Feufollet

M. Téophraste.
J’avais quand même compris et je ne mets pas en doute
Le fondement du problème
Même que cela m’ennuie.............................un peu

#89694 
13/01/2013 à 14:26 par Quidam

Théophraste R.
"... le mariage pour tous est aussi une question de société, qui concerne des dizaines (centaines) de milliers de citoyens. De plus, cette question est l’occasion donnée à la réaction la plus dégoutante de « monter » à Paris pour faire une démonstration de force face à toute la gauche."

Face à toute la gauche ? Vous ne prendiez pas vos désirs pour des réalités Théophraste ? Etes-vous si sûr que tous les participants à ces manifs seront de droite ? Moi pas du tout toujours !

#89696 
13/01/2013 à 17:09 par erwin

Décidément, le PS a bien réussi son coup : même au GS, ce débat fait grand bruit !
Pour moi, c’est le seul but de la démarche : faire diversion.
Donc effectivement, attention à ne pas tomber dans le panneau en donnant trop d’importance à la question.
Cela dit, le dernier commentaire de Théophraste m’a presque convaincu de lui en donner un peu plus qu’elle n’en avait jusqu’alors à mes yeux.

@ Quidam : étant enseignant, je me rends bien compte que l’homophobie est encore très largement répandue, et même très majoritaire chez mes élèves, qui sont des citoyens de demain. Le combat est loin d’être gagné, et effectivement cela dépasse largement le "clivage gauche-droite" comme on dit (par chez moi ils ne sont pas trop de droite). Mais çà dépend de ce qu’on appelle "gauche" (par chez moi ils ne sont pas tellement de gauche non plus...)

#89711 
13/01/2013 à 17:36 par Sheynat

Tout mon soutien au billet de Théophraste et aux commentaires d’act.
Ils sont pour moi une bouffée d’air vivifiant qui nous sortent de ces gloubi boulga fossilisés.

A présent ces anaphores s’écartent tant de «  l’objectif destiné à lutter contre toutes formes de discrimination, y compris pour l’orientation sexuelle et l’identité de genre » et de la «  dissidence de tout pouvoir hégémonique global, de tous les mécanismes de domination qui ont été imposés »* qu’elles deviennent caricaturales d’individualisme (tout en donnant par ailleurs des leçons de solidarité, bien-sûr).

Regardons aussi du côté des pays voisins
à forte connotation catholique,
(Espagne -en 2005- et Portugal -en 2010),
qui ont mis en place avec succès
l’égalité entre les couples depuis des années,
et démentent ces imprécations ponctuées d’exclamations
qui tournent ici en boucle,
risibles écholalies des discours de Droite et de son Extrême,
qui répètent une histoire dont on oublie volontairement
les sombres cristallisations.

C’est la deuxième fois que Théophraste attire l’attention sur les abus sexuels et l’hypocrisie de ceux qui en sont les coupables et instigateurs, mais force est de constater que les mouvements d’indignations s’entêtent à se focaliser uniquement...

... pour défendre une discrimination que ces Pères pervers vénèrent.
Si c’est ça être de gauche, je veux bien être immédiatement transformée en nonne.

Comme l’a souligné au passage Romane, il y aurait eu un suicide massif de victimes de pédophilie perpétrée par deux prêtres dans l’État de Victoria en Australie.
En juillet 2011 il est question de 26 suicides de victimes de 2 prêtres pédophiles, et en avril 2012 il en est décompté d’après la presse, une quarantaine

Je ne compte pas faire mon élégante pour conclure :
les abus sexuels, on s’en tape, mais la justice légitime, alors ça, c’est scandaleux.

*propos de Mariela Castro

#89712 
13/01/2013 à 20:50 par Dwaabala

Sans rapport avec les Eglises.
à erwin qui écrit :

l’homophobie est encore très largement répandue, et même très majoritaire chez mes élèves

Qu’appelle-t-on ici homophobie ? S’il s’agit de violence verbale, qui n’est que le prélude aux expéditions punitives éventuelles contre les homosexuels ou supposés tels, elle est légalement réprimée.

S’il s’agit de manifestation de répulsion à l’égard de la sodomie ou du commerce (lucratif) du godemichet, sans hostilité à l’égard de personnes, sa condamnation et son assimilation à l’homophobie sont bizarres ; car l’homosexualité envisagée non pas comme une passade, ou comme une manière de mener sa vie privée, mais comme l’appartenance à un groupe social à part porte elle-même en action, de façon démonstrative, l’indifférence, sinon la répulsion, à l’égard de l’autre sexe. Sans trouver aucune réprobation.

Le drame, c’est un drame du même type que celui de la différence sexuelle instituée par la nature, est bien plus grand que ne l’imagine le commun, et n’est pas près de trouver son épilogue, même avec le mariage pour tous et la PMA.
Qui peut croire à la fin de tout l’art et de toute littérature ?

#89720 
13/01/2013 à 21:59 par transes en France

En tous cas, cette affaire de mariage pour tous a révélé l’état de la gauche actuelle (si gauche il y a).
Un champ de ruines.
Avec un ramassis de vieux réacs incapables de réfléchir avec leur tête, accrochés à des principes archaïques et inadaptés, et qui se lancent dans des théories fumeuses pour défendre bec et ongles leur position de dominants en justifiant l’exclusion du droit d’une partie de la population.
Un comble pour la gauche, dont une des revendications majeures était l’égalité pour tous.

Et ils sont prêts accepter toutes les injustices pour refuser irrationnellement des droits à des homosexuels que les lois ont exclus sciemment dans la plus grande indifférence à l’époque du PACS.
Pas de mariage. Pas d’adoption. Pas d’enfants. RIEN comme la population hétéro et fière de l’être (et qui décide arbitrairement que c’est le sexe et l’orientation sexuelle qui déterminent la norme et l’accès aux droits). "Qu’ils fassent leurs sales petites affaires, on ne les embêtera pas, mais qu’ils ne demandent pas à être traités à égalité avec nous. Ils choisissent de vivre hors norme, qu’ils paient leur marginalité volontaire".

Beau spectacle qu’ils nous offrent là .
On savait que la prétendue gauche était en lambeaux - qui préfère se déchirer et s’insulter plutôt que s’asseoir autour d’une table pour chercher à rassembler un prolétariat exsangue et impuissant, ce dont ils sont également responsables par leur immobilisme, leur sectarisme et leur mépris, en fin de compte. Mais on ne pouvait s’imaginer que c’était à ce point.

Là , il s’agit d’exclure parce que, disent-ils, ils sont marginaux, mais quand il s’agit d’égalité de traitement des femmes, ils parlent de traditions immuables depuis la nuit des temps et dans les deux cas, ils opposent à leurs revendications la "lutte des classes" dont ils font brusquement grand cas du haut de leurs claviers.

Une lutte des classes où ils vont se retrouver bien seuls, s’ils ont quelque velléité à la mener - ce dont il est permis de douter, quand on voit combien ils s’acharnent à en éliminer les acteurs en les classant résolument par genre et selon leur orientation sexuelle. Et d’où, à ce compte-là , il ne sortira que du vent. On ne bâtit rien sur des préjugés et en excluant les revendications de la majorité du prolétariat.
Sauf si on est de droite.

Les anti-"mariage pour tous" reviennent inlassablement contredire, la bave aux lèvres, avec des interventions mensongères ou volontairement ignorantes, une évidence indiscutable (si, si, il suffit de connaître les textes http://www.touslesmariages.com/dossier-quelle-difference-entre-le-mari... ), à savoir que les couples homos n’ont pas accès aux mêmes droits que les hétéros et que cette loi cherche simplement à rétablir cette injustice.

Il n’y a pas de quoi se mettre dans tous ses états et envahir les forums sur le sujet (tout en prétendant que cette question n’a pas lieu d’être discutée et qu’il y a bien plus important) pour empêcher ceux qui le souhaitent de "mettre leur nom au bas d’un parchemin". Dans un Etat de droit, chacun DOIT avoir accès aux mêmes choix, même si on ne ferait pas les mêmes pour des raisons personnelles. Et c’est, justement, la raison pour laquelle il y a des "choix". Ca s’appelle une démocratie.

Le mariage, qu’ils sacralisent d’une part, à l’instar des religieux et bas-du-front fanatiques, et dont ils énoncent les règles, ne peut être que celui d’un homme et d’une femme, mais qu’ils dénigrent, parallèlement, pour se gausser que ceux qui n’y ont pas droit veuillent accéder à une institution archaïque dont on ne voulait pas il y a près de 50 ans en arrière.

Il serait intéressant de savoir combien de ces détracteurs ne se sont jamais mariés par rejet de cette institution et n’ont jamais cédé, même en prenant en compte les droits qu’elle offre, ne serait-ce que pour protéger les droits de leurs enfants. Ce qu’ils dénient à d’autres aujourd’hui, par on ne sait quel droit divin.

Heureusement, il en reste quelques-uns en France qui ont encore la tête sur les épaules et qui savent défendre les droits de tous les citoyens, même si eux-mêmes ne sont pas concernés directement. Parce qu’il leur reste une valeur bien oubliée aujourd’hui : la solidarité.

Quant à s’intéresser à autre chose : pour ne citer que deux exemples, Hollande, dans la lignée de sarkozy, vient d’envoyer ses chiens assassiner des gens au Mali. Les anti-mariage pour tous qui nous exhortent à nous intéresser aux vraies luttes ont-ils prévu de réagir autrement que par le crépitement du clavier ?

Se sont-ils, par ailleurs, penchés sur les nouveaux accords sur le droit du travail, signés le 11 janvier, qui permettront aux entreprises "en difficulté" de baisser les salaires et "ajuster" le temps de travail ? ?
Ont-ils prévu de mobiliser ? Ou bien ne seraient-ce que des mots en l’air pour laisser croire qu’ils s’intéressent à des choses bien plus importantes, quand tout indique qu’ils ne s’en servent que comme prétexte pour faire diversion ?
A moins qu’ils ne soient allés, en guise de lutte, manifester avec tout ce que la France compte de réactionnaires, voire de fachos.

#89724 
13/01/2013 à 23:53 par Dwaabala

@ transes en France

Un petit rappel historique, destiné à montrer que les choses ne sont peut-être pas si simples que vous l’imaginez.
Après la Révolution de 1917 en Russie, une frénésie de libération sexuelle s’empara de certain(e)s bolchéviks.
Cette libération eut sa théoricienne en la personne d’une certaine Kollontaï. A corriger si je ma mémoire (livresque, je n’ai pas vécu l’épisode) est défaillante.
Elle eut à se battre au sujet de l’amour libre... et qui rencontra-t-elle sur son chemin ?
Un certain Lénine qui lui opposa (toujours de mémoire) que faire l’amour engageait un homme et une femme ( ce qui paraît un peu daté mais ne gêne pas l’argumentation) et que ce n’était pas la même chose que boire un verre d’eau.

Ceci pour montrer au lecteur, sinon à vous, que quelqu’un qui n’était peut-être pas autant "de gauche" que vous, ni aussi connaisseur que vous en critique de la lutte des classes, pour ne pas parler de la dictature du prolétariat, mais qui mena pourtant le prolétariat russe à la victoire, ne brillait pas par son avant-gardisme en matière de questions sexuelles ni de droit pour tous et d’égalité universelle sur ces sujets.

Modestement.

#89731 
14/01/2013 à 02:01 par erwin

@ Dwaabala

Bonsoir,
je ne comprends pas trop le sens de ton commentaire. J’ai beau le lire et le relire, je ne saisis pas ce que tu as voulu me dire.
Je t’avoue n’avoir pas spécialement réfléchi aux limites à donner au terme "homophobie".
Je la définirais comme l’aversion pour les homosexuels (et/ou pour l’homosexualité, mais y a-t-il vraiment une différence ?), ainsi que les comportements qui découlent de cette révulsion.

#89739 
14/01/2013 à 03:09 par transes en France

@dwaabala
Oui, et vous voulez prouver quoi ? Que Lénine, qui était attaché à l’union sacrée d’un homme et d’une femme, qui ne considérait pas que "ce n’était pas la même chose que boire un verre d’eau"(???), avait réussi à "mener le prolétariat russe à la victoire" ?

Une quelconque relation de cause à effet ? Le prolétariat aurait suivi Lénine parce qu’il était d’accord avec lui sur son analyse des relations de couples (hétéro, évidemment) ou parce qu’ils étaient prêts à un soulèvement massif à cause de leurs conditions de vie ?
Lénine aurait été pour l’union libre, ils ne l’auraient pas suivi ?
Et puis, 1917 ? Le temps s’arrête là ? Il n’y a rien eu depuis ?
C’est le modèle ultime d’évolution et de révolution ?
Il y a, pourtant, d’autres révolutionnaires, contemporains et vivants, ceux-là , qui ont aussi mené le peuple à la victoire et dont le discours a évolué avec le temps. Ils ne s’alignent pas bêtement sur ce qu’ont fait les autres bien avant eux et dans d’autres circonstances. Ils réfléchissent, et dans leur souci d’agir pour le bien de tous, ils sont forcément amenés, selon le contexte, à procéder à des changements (je ne referai pas l’historique de la révolution cubaine, il y a tout ce qu’il faut sur ce site).
D’ailleurs, le peuple leur fait encore confiance. Un signe.

En plus, vous parlez d’"union libre" : quel rapport avec le mariage pour tous ?

NB : Contrairement à ce que vous laissez entendre ironiquement, je ne suis spécialiste ni de lutte des classes, ni de dictature du prolétariat. Je ne vis pas dans le passé et ne me borne pas à des connaissances livresques. Je vais sur le terrain. C’est là qu’on le trouve, le "prolétariat". Et c’est là que se passent les luttes.
Et, franchement, je me fiche complètement de ce que Lénine pensait des relations de couple, il y a près de cent ans en arrière.

#89741 
14/01/2013 à 08:49 par Dwaabala

à erwin

Vous avez donc finalement saisi le sens de ma perplexité, puisque vous y répondez.
Vous définissez l’homophobie comme étant l’aversion pour l’homosexualité (et les homosexuels), donc comme une question de goût. Pour vous l’homophobie commence là .
Comme on peut ne pas aimer les brunes et leur préférer les blondes.
Comme on peut avoir de l’aversion pour les fruits de mer dans le domaine gustatif, et préférer le foie gras.
M’accordez-vous qu’on dise que l’homosexualité ( de l’homme par exemple) comporte elle aussi une part d’aversion pour l’autre sexe, la femme en l’occurrence, et peut être définie comme "les comportements qui résultent de cette révulsion" ?

#89753 
14/01/2013 à 18:32 par anonyme

14/01/2013 à 08:49, par Dwaabala

commentaire pertinent.

Il y en a qui ne comprenne pas que l’homosexualité a quelque chose de repoussant, sans pour autant être homophobe.

#89775 
14/01/2013 à 20:37 legrandsoir

(je vois des points Godwin à l’horizon...)

#89783 
14/01/2013 à 19:57 par Sheynat

@ Dwaabala

«  Vous définissez l’homophobie comme étant l’aversion pour l’homosexualité (et les homosexuels), donc comme une question de goût. Pour vous l’homophobie commence là .
Comme on peut ne pas aimer les brunes et leur préférer les blondes. »

Wouhaha le raccourci que voilà  ^^
Pour dissiper toute confusion à propos du terme aversion, cf les définitions qu’en fait le dictionnaire Larousse :
- Sentiment d’antipathie violente, voire de répulsion, ressenti par quelqu’un à l’égard d’une personne ou d’une catégorie de personnes ; haine, inimitié : Les hypocrites lui inspirent de l’aversion.
- Vive répugnance, dégoût éprouvés par quelqu’un à l’égard de certains animaux, de quelque chose ; horreur : Avoir de l’aversion pour les mondanités.

«  M’accordez-vous qu’on dise que l’homosexualité ( de l’homme par exemple) comporte elle aussi une part d’aversion pour l’autre sexe, la femme en l’occurrence, et peut être définie comme "les comportements qui résultent de cette révulsion" ? »

Donc, si je comprends bien, dans votre univers, ne pas désirer quelqu’un sexuellement équivaut à de l’aversion, de la révulsion, et, pour bien montrer l’ampleur du rejet, de la vive répugnance.
Hé bien, heureusement que je n’évolue pas dans le même, car vu tous les êtres que je croise et côtoie tous les jours sans que ça fasse «  tilt » , si je devais éprouver tel sentiment d’aversion, je serais tout le temps malade.

D’ailleurs, à réfléchir, vu que l’idée ne m’avait même pas effleuré l’esprit, étant hétéro je ne ressens pas d’aversion pour mes soeurs, ni l’aversion de la part des homosexuels hommes.
Je vis peut-être chez les Bisounours, pourrait-on me faire remarquer. Mais si c’était le cas, les militantes féministes, déjà assez agacées par l’aversion qu’elles essuient de la part des machos, ne pousseraient pas le masochisme à s’investir dans les luttes contre les injustices faites aux homosexuels, hommes comme femmes.

De plus, du côté des hétéro hommes, j’ai appris qu’ils pouvaient éprouver à la fois assez de désir sexuel pour abuser des femmes et des enfants, et à la fois assez d’aversion pour... agir de même, avec pulsion meurtrière en bonus. C’est assez curieux n’est-ce pas... et du coup cela foire un peu beaucoup votre théorie.

Moi j’en ai une autre, que je vous propose : sachant que l’expression «  faire l’amour » se réduit à l’acte sexuel, que le sens d’escroquer s’est familiarisé avec celui de «  se faire pénétrer », (entuber et tout ce que vous voulez par en-bip), et que «  prendre » une femme = la pénétrer...
… j’ose avancer que dans la fantasmagorie phallocrate, la femme est limitée à sa fonction sexuelle.
Et vue l’aversion qui lui est infligée par la même occasion (cf : le viol a une fonction), j’en déduis que la répulsion peut se diriger envers qui se fait pénétrer dans les rapports sexuels : les femmes dans leur majorité et aussi, les homosexuels.
Je pourrais aller jusqu’à en conclure qu’en réalité, c’est l’idée même de se faire pénétrer qui provoque de l’aversion.
Parce que, on peut éprouver de l’aversion pour les huîtres si on a été forcé pendant l’enfance, sans qu’il y ait pour autant ressentiment pour celles et ceux qui en mangent.
Heureusement, car ce serait d’autant plus gênant par rapport au nombre phénoménal de mangeurs d’huîtres, et je n’ose imaginer ce que cela serait s’il n’y avait que deux alternatives : manger des huîtres ou des moules.

Être révulsé par la moitié de la population ce n’est pas ce qu’il y a de plus heureux et pratique à vivre.

Cela expliquerait pas mal de choses mais... ce n’est qu’une théorie de ma part.

Sinon question recherche de justifications d’aversion envers les homosexuels, comme je suis d’excellente humeur ce soir, je vous offre de quoi faire votre bonheur.
Un petit amuse-gueule avant dégustation du plat principal :

- Le mariage pour tous, c’est comme le racisme anti-blanc : vous les homos, vous stigmatisez les hétéros parce que vous demandez l’égalité !

Bon appétit !

#89780 
14/01/2013 à 23:06 par Dwaabala

à Sheynat

Je prends ces commentaires pour un espace de réflexion, éventuellement contradictoire, mais duquel j’essaye autant que je le peux d’écarter toute passion primaire et toute invective.
Si ce que je pense à "haute voix" vous déplaît comme n’entrant pas dans le prêt à penser féministe ou homosexuel j’en suis désolé pour vous et ne peux que répéter :

Le drame, c’est un drame du même type que celui de la différence sexuelle instituée par la nature, est bien plus grand que ne l’imagine le commun, et n’est pas près de trouver son épilogue, même avec le mariage pour tous et la PMA.

Qui peut croire à ce qui serait la fin de tout l’art et de toute littérature ?

Ce n’est pas l’actuel prêchiprêcha sur l’amour qui me fera changer.

#89789 
15/01/2013 à 14:07 par Sheynat

@ Dwaabala
Inutile de vous justifier sur vos possibles passions primaires ou invectives lorsque vous n’en avez pas été accusé en réponse à la question que vous avez posée ; je suis assez grande pour constater par moi-même que vous ne les avez pas directement affichées, et pour vérifier que je n’y ai pas fait référence.

Par contre, j’ai répondu en développant et argumentant sur le fond de votre interrogation.

Quant à la "fin de tout art et toute littérature", nous sommes d’accord : je ne peux croire que les oeuvres de créateurs tels Louis Aragon, Michel Foucault, et tant d’autres, ne puissent survivre aux vieux clichés homophobes auxquels rétorquent, entre autre, le prêt à penser féministe.

#89813 
15/01/2013 à 20:19 par erwin

@ Dwaabala, Sheynat, et "anonyme 14/01/2013 à 18:32" :

Je n’avais pas trop le temps et pas du tout l’énergie pour répondre de manière construite à Dwaabala. Sheynat l’a fait (surtout dans la première partie de son com’) et je l’en remercie.

"anonyme" aurait du se relire, ou alors je n’ai rien compris, ou alors effectivement points Godwin à l’horizon (je ne savais pas ce qu’étaient les points Godwin, merci à LGS et wiki).

Dwaabala n’a pas vraiment compris le sens de la question que je lui posais (enfin je veux dire que je me suis probablement mal exprimé, toutes mes excuses) : je voulais savoir quelle était l’intention de son com’, ce qu’il voulait montrer. Parce que globalement je crois qu’on est d’accord (je peux me tromper) : en vouloir aux homos pour leurs goûts et leurs pratiques sexuelles et amoureuses et les leur refuser, c’est dégueulasse, mais avoir du mal à les voir se peloter ou se rouler une galoche relève de la sensibilité de chacun et même si on peut le regretter on ne peut pas demander des comptes à ceux qui n’aiment pas le tripoux ou la langue de boeuf (perso ces mets me repoussent, mais pas l’idée d’une sodomie homosexuelle), ni les forcer à regarder ripailler ceux qui goûtent d’autres mets qu’eux.
De manière générale, surtout ne le prenez pas mal (j’aurais préféré le tutoiement...), j’apprécie vos com’ mais ai parfois l’impression que vous pinaillez sur des détails qui ne font pas bien avancer le débat. Ceci dit, vous venez de prouver que, le diable (ou un autre) étant dans les détails, ceux-ci amènent parfois la discussion sur des terrains inattendus qui peuvent se révéler fertiles (enfin chacun jugera de la fertilité de cette discussion...).

A tous trois : les questions qui viennent d’être soulevées méritent que soit rappelée une chose : l’homosexualité et l’hétérosexualité ne sont que des cas extrêmes. Il y a entre elles une multitude de sexualités individuelles, dont la "bisexualité" n’est qu’une généralisation et une réduction, enrichies d’une grande diversité de pratiques et de fantasmes, plus ou moins avouables et admis par la morale la bien-séance et la loi, et dont la richesse m’étonnera toujours (je vous épargne les détails afin de maintenir le débat au-dessus de la limite, anatomique et/ou philosophique, que ce site respectable se doit de se fixer).
La question n’est donc surtout pas à envisager de manière binaire.

Bien amicalement, avec un brin de lubricité au coin de l’oeil et une bonne bouteille de cidre dans la panse

erwin

#89817 
16/01/2013 à 19:33 par Sheynat

@ erwin
Je vous remercie (ou te remercie) pour ce retour :)

#89854 
16/01/2013 à 22:39 par erwin

@ Sheynat : je t’en prie, tout le plaisir est pour moi, si je puis dire ;)

#89863 
RSS RSS Commentaires
   

Putain d’usine, de Jean Pierre Levaray.
« Tous les jours pareils. J’arrive au boulot et ça me tombe dessus, comme une vague de désespoir, comme un suicide, comme une petite mort, comme la brûlure de la balle sur la tempe. Un travail trop connu, une salle de contrôle écrasée sous les néons - et des collègues que, certains jours, on n’a pas envie de retrouver. On fait avec, mais on ne s’habitue pas. On en arrive même à souhaiter que la boîte ferme. Oui, qu’elle délocalise, qu’elle restructure, qu’elle augmente sa productivité, qu’elle baisse ses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Aucune femme en burka (ou en hijab ou en burkini) ne m’a jamais fait le moindre mal. Mais j’ai été viré (sans explications) par un homme en costume. Un homme en costume m’a vendu abusivement des investissements et une assurance retraite, me faisant perdre des milliers d’euros. Un homme en costume nous a précipités dans une guerre désastreuse et illégale. Des hommes en costume dirigent les banques et ont fait sombrer l’économie mondiale. D’autres hommes en costume en ont profité pour augmenter la misère de millions de personnes par des politiques d’austérité. Si on commence à dire aux gens la façon dont ils doivent s’habiller, alors peut être qu’on devrait commencer par interdire les costumes."

Henry Stewart, Londres

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.