RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Un courage qui force le respect

Dans le même temps avant-hier lundi qu’officiels israéliens et étasuniens se congratulaient et se sont adonnés à des réjouissances célébrant le transfert de l’ambassade américaine à El Qods (Jérusalem), l’armée de l’Etat sioniste perpétrait un carnage sur les manifestants palestiniens qui protestaient pacifiquement près de la ligne séparant la bande de Ghaza du territoire israélien contre ce transfert qui à leurs yeux s’inscrit dans le déni de leur aspiration à un Etat national avec El Qods comme capitale.

Le bilan de la tuerie en ce jour noir a été horrible. Pas moins de 60 Palestiniens, hommes, femmes, vieillards et enfants, ont été tués tandis que près de 2 000 ont été plus ou moins grièvement blessés. L’hécatombe a indigné le monde entier mais sans perturber les consciences des participants à la cérémonie d’inauguration de l’ambassade américaine. Ceux qui y ont pris part ont même félicité la soldatesque qui commettait le carnage dont ils ont rejeté la responsabilité sur le Hamas accusé par eux d’être le chef d’orchestre d’une manifestation visant à « l’envahissement » d’Israël.

A l’endroit des Palestiniens qui ont bravé à main nue cette soldatesque formatée pour être impitoyable à leur égard et ivre de leur sang, ils ont été infâmants en les considérant comme des êtres réduits à l’état de moutons de Panurge docilement soumis à une organisation qui s’en servirait comme masse de manœuvre et de bouclier humain. Voilà à quoi se réduit le peuple palestinien pour l’occupant sioniste et son allié étasunien dont ils tentent de dévaloriser la haute conscience patriotique et l’extraordinaire courage. L’indignation internationale provoquée par la tuerie suivie en direct dans le monde entier cloue au banc de l’opprobre Israël et son protecteur américain.

Par la diversité des voix qui se sont unies pour dénoncer et condamner un carnage aux dimensions de crime contre l’humanité, il apparaît clairement que l’Etat sioniste s’est irrévocablement démonétisé en le commettant. Des Etats et des personnalités qui se sont toujours refusés à la condamnation et aux critiques d’Israël au motif que cet Etat est éthique agissant dans le respect des hautes valeurs humaines même à l’égard de ses ennemis voulant sa destruction, ont cette fois prononcé de sévères jugements contre lui. Des médias occidentaux qui ont la même ligne de conduite que ces Etats et personnalités à l’égard d’Israël ont eux-mêmes attiédi leur parti pris en sa faveur et émis des analyses et commentaires sur les évènements se déroulant sur la ligne de séparation entre la bande de Ghaza et l’Etat sioniste au ton désapprobateur du comportement de ce dernier.

Mais la réprobation internationale qui frappe Israël et pousse certains de ses défenseurs traditionnels à lui faire comprendre qu’il y a une limite à leur inconditionnalité, n’aura aucun effet sur les sionistes ayant viré au fascisme qui le gouvernent, si elle ne se traduit pas par des pressions et encore plus par des sanctions internationales qui les forceraient à changer de politique et de comportement à l’égard des Palestiniens. Par leur courage et leur dignité dans l’épreuve, les Palestiniens forcent au respect et à la solidarité.

Kharroubi Habib

»» http://www.lequotidien-oran.com/
URL de cet article 33399
  

Même Thème
Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le succès ou l’échec d’une révolution peut toujours être mesuré par l’ampleur avec lequel le statut de la femme a rapidement évolué dans un sens progressiste.

Angela Davis

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.