RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Un courage qui force le respect

Dans le même temps avant-hier lundi qu’officiels israéliens et étasuniens se congratulaient et se sont adonnés à des réjouissances célébrant le transfert de l’ambassade américaine à El Qods (Jérusalem), l’armée de l’Etat sioniste perpétrait un carnage sur les manifestants palestiniens qui protestaient pacifiquement près de la ligne séparant la bande de Ghaza du territoire israélien contre ce transfert qui à leurs yeux s’inscrit dans le déni de leur aspiration à un Etat national avec El Qods comme capitale.

Le bilan de la tuerie en ce jour noir a été horrible. Pas moins de 60 Palestiniens, hommes, femmes, vieillards et enfants, ont été tués tandis que près de 2 000 ont été plus ou moins grièvement blessés. L’hécatombe a indigné le monde entier mais sans perturber les consciences des participants à la cérémonie d’inauguration de l’ambassade américaine. Ceux qui y ont pris part ont même félicité la soldatesque qui commettait le carnage dont ils ont rejeté la responsabilité sur le Hamas accusé par eux d’être le chef d’orchestre d’une manifestation visant à « l’envahissement » d’Israël.

A l’endroit des Palestiniens qui ont bravé à main nue cette soldatesque formatée pour être impitoyable à leur égard et ivre de leur sang, ils ont été infâmants en les considérant comme des êtres réduits à l’état de moutons de Panurge docilement soumis à une organisation qui s’en servirait comme masse de manœuvre et de bouclier humain. Voilà à quoi se réduit le peuple palestinien pour l’occupant sioniste et son allié étasunien dont ils tentent de dévaloriser la haute conscience patriotique et l’extraordinaire courage. L’indignation internationale provoquée par la tuerie suivie en direct dans le monde entier cloue au banc de l’opprobre Israël et son protecteur américain.

Par la diversité des voix qui se sont unies pour dénoncer et condamner un carnage aux dimensions de crime contre l’humanité, il apparaît clairement que l’Etat sioniste s’est irrévocablement démonétisé en le commettant. Des Etats et des personnalités qui se sont toujours refusés à la condamnation et aux critiques d’Israël au motif que cet Etat est éthique agissant dans le respect des hautes valeurs humaines même à l’égard de ses ennemis voulant sa destruction, ont cette fois prononcé de sévères jugements contre lui. Des médias occidentaux qui ont la même ligne de conduite que ces Etats et personnalités à l’égard d’Israël ont eux-mêmes attiédi leur parti pris en sa faveur et émis des analyses et commentaires sur les évènements se déroulant sur la ligne de séparation entre la bande de Ghaza et l’Etat sioniste au ton désapprobateur du comportement de ce dernier.

Mais la réprobation internationale qui frappe Israël et pousse certains de ses défenseurs traditionnels à lui faire comprendre qu’il y a une limite à leur inconditionnalité, n’aura aucun effet sur les sionistes ayant viré au fascisme qui le gouvernent, si elle ne se traduit pas par des pressions et encore plus par des sanctions internationales qui les forceraient à changer de politique et de comportement à l’égard des Palestiniens. Par leur courage et leur dignité dans l’épreuve, les Palestiniens forcent au respect et à la solidarité.

Kharroubi Habib

»» http://www.lequotidien-oran.com/
URL de cet article 33399
   

Même Thème
Chroniques de GAZA 2001-2011
Christophe OBERLIN
L’auteur : Christophe OBERLIN est né en 1952. Chirurgien des hôpitaux et professeur à la faculté Denis Diderot à Paris, il enseigne l’anatomie, la chirurgie de la main et la microchirurgie en France et à l’étranger. Parallèlement à son travail hospitalier et universitaire, il participe depuis 30 ans à des activités de chirurgie humanitaire et d’enseignement en Afrique sub-saharienne, notamment dans le domaine de la chirurgie de la lèpre, au Maghreb et en Asie. Depuis 2001, il dirige régulièrement des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Malheur aux pays qui ont besoin de héros.

Bertolt Brecht

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.