RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ce n’est pas parce que le communisme a échoué que le capitalisme est en train de réussir

Vous êtes Vladimir Poutine

Vous êtes Vladimir Poutine, et vous ne comprenez pas pourquoi le soi-disant « Ouest » vous trouve si difficile à comprendre. Peut-être parce que les États-Unis et l’Union européenne sont tellement aveuglés par leur propre idéologie qu’ils ne peuvent véritablement même pas voir qu’ils en ont une ?

Mais vu du Kremlin, cela saute au yeux. Leurs dirigeants et leur presse proclament que leur économie de marché dominée par un système bancaire transnational globalisé n’est pas une idéologie, mais la triomphante « fin de l’histoire », selon la formule grandiose de Fukuyama, avant la « Grande Récession » et leur soi-disant « Retour au normal » actuel, avec son endettement massif, son chômage massif, la pression sur les salaires et les niveaux d’inégalités grotesques de revenus et de richesse, rend toute cette auto-congratulation idéologique pathétiquement ridicule.

Vous êtes Vladimir Poutine, et puisque vous êtes un produit de l’idéologie communiste de l’Union soviétique, vous pouvez certainement reconnaître une idéologie qui a échoué lorsque vous en voyez une ! Mais ce n’est pas parce que le communisme a échoué que le capitalisme transnational globalisé prédateur est en train de réussir. En Grèce, par prendre un exemple terrible, en Espagne, en Irlande, en fait dans toute l’Union européenne et même dans le saint des saints, les Etats-Unis.

Vous êtes Vladimir Poutine, un ancien professionnel du KGB, et donc un réaliste pragmatique qui ne prend pas du tout ses décisions sur la base d’une idéologie. Vous êtes le président trois fois élu de la Fédération de Russie, et votre travail est de défendre, de protéger et d’améliorer l’intérêt national de l’Etat russe et du peuple russe, point.

Et le peuple russe a été trahi, vomi dessus depuis l’effondrement de l’Union soviétique, ce qui explique pourquoi vous avez déclaré que l’effondrement était la plus grande catastrophe du 20e siècle. Car l’Union soviétique était un état transnational avec des niveaux complexes d’autonomie interne, une véritable fédération unie par des liens d’intérêts économiques mutuels, et non par un chauvinisme tribal étroit.

Quand Gorbatchev a annoncé qu’il allait « priver l’occident d’un ennemi » et a accepté la réunification de l’Allemagne au sein de l’OTAN, l’accord était que l’OTAN et l’Union européenne ne s’approcheraient pas des frontières de la Russie. Mais c’est exactement ce qu’ils ont fait, dans les Etats baltes, en Pologne, dans les Balkans slaves, et maintenant ils veulent engloutir l’Ukraine.

Vous êtes Vladimir Poutine, vous avez récupéré la Crimée pratiquement sans coup férir, et vous avez massé des troupes près des frontières orientales de l’Ukraine. Mais vous n’avez pas l’intention d’envahir. La dernière chose que vous voulez est d’annexer l’Ukraine ou sa partie orientale dans la Fédération de Russie, par la force militaire ou par tout autre moyen.

Vous avez un objectif beaucoup plus vaste - une Union eurasienne, qui s’étendra de Kaliningrad et la frontière occidentale de la Russie à l’est à travers la vaste Sibérie jusqu’à Vladivostok et le détroit de Béring, du nord du cercle polaire arctique jusqu’au Caucase et la frontière avec la Chine. Non pas une Fédération de Russie élargie, mais une confédération transnationale un peu comme l’Union européenne, avec la Russie comme membre principal, comme l’Allemagne dans l’UE, mais encore plus.

Ce rêve a été raillé comme une « Union soviétique édulcorée. » Et en vérité, cela ressemblera à l’Union soviétique mais sans l’idéologie communiste. Cela ne sera pas basé sur l’idéologie du tout, mais une civilisation multiculturelle plus vaste que l’Europe, avec une union douanière, une monnaie commune, une intégration économique, mais pas d’état national.

Pendant toute son histoire, la Russie a hésité entre l’ouest, vers l’Europe, et l’est, à travers la Sibérie jusqu’au Pacifique. Vous êtes Vladimir Poutine et vous dites qu’elle doit faire les deux à la fois. Vous êtes Vladimir Poutine et vous rêvez de votre place dans l’histoire comme le fondateur de cette Union eurasienne.

Et la clé est une Ukraine indépendante et souveraine dotée d’un gouvernement avec lequel vous pouvez traiter. Car le noyau autour duquel l’Union eurasienne doit être construite est le même que celui qui a condamné l’Union soviétique à la désintégration - la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan et l’Ukraine. Seuls, ces quatre états formeraient déjà le cœur d’une Union eurasienne. Mais si l’Occident globalisé dominé par les Etats-Unis avale l’Ukraine, c’en est fini.

Vous êtes Vladimir Poutine et vous ne pouvez permettre à l’Ukraine de rejoindre ni l’OTAN ni l’Union européenne. Et vous ne le permettrez pas. La force militaire que vous avez massée sur ses frontières orientales est le bâton. Mais une fois qu’il y aura un gouvernement ukrainien avec lequel vous pouvez traiter, vous aurez une carotte encore plus puissante à manier.

Laissez l’Union européenne et ses gros bras bancaires de la troïka poser leurs revendications économiques sur la table afin que tous les Ukrainiens comprennent que « austérité » signifie pauvreté et misère au service de leur « responsabilité fiscale ».

Ensuite, vous offrirez votre alternative. Si l’Ukraine adhère à l’Union eurasienne, la Russie ne se contentera pas de prêter de l’argent pour aider à payer sa dette contractée en échange d’austérité. Elle effacera toute la dette par l’achat de la Crimée à l’Ukraine. Vous êtes Vladimir Poutine. Lorsque les enjeux sont de cette taille, vous pouvez vous le permettre.

Vous êtes Vladimir Poutine, ancien du KGB. Vous êtes Vladimir Poutine, et s’il y a une chose que vous avez apprise, c’est de faire une offre qui ne se refuse pas.

Norman Spinrad

Traduction "Norman n’écrit pas que de la science-fiction" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

»» http://normanspinradatlarge.blogspot.fr/2014/04/ive-never-done-anythin...
URL de cet article 25128
   

Chroniques bolivariennes : Un voyage dans la révolution vénézuelienne
Daniel Hérard, Cécile Raimbeau
Après la mort d’Hugo Chávez, que reste-t-il de la révolution vénézuélienne, de ce « socialisme du XXIe siècle » ? Ses obsèques grandioses, pleurées par des foules pendant plusieurs jours et honorées par de nombreux chefs d’État, ont contrasté avec les critiques virulentes dont il avait fait l’objet dans les médias occidentaux. Cécile Raimbeau et Daniel Hérard nous entraînent au cœur de cette révolution pacifique, à la rencontre de la base, des supporters de Chávez. Ils les écoutent et les photographient, en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Dans toute idée, il faut chercher à qui elle s’adresse et de qui elle vient ; alors seulement on comprend son efficacité.

Bertolt Brecht

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.