RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Washington, Paris et Londres contre les négociations des groupes armés avec Damas et ses alliés.

Cette bataille d’Idleb que l’Occident veut empêcher

Après avoir nettoyé les Sud et Sud-Est syriens de la présence des groupes armés jihado-terroristes, les autorités de Damas n’ont pas caché que les forces gouvernementales allaient se préparer pour lancer l’offensive sur la province d’Idleb, la dernière du pays à être encore sous la coupe de ces groupes.

Les observateurs qui scrutent les mouvements de l’armée syrienne ont acquis la certitude à travers l’ampleur du redéploiement qu’elle opère à ses corps de bataille que le déclenchement de l’offensive sur Idleb est imminent.

Une imminence qui fait s’agiter les capitales occidentales et régionales pour lesquelles la reprise de la province d’Idleb par les forces gouvernementales sonnerait le glas de la rébellion armée anti-régime et par là même le rêve qu’elles ont caressé d’une victoire militaire qui aurait entraîné la chute du régime de Bachar El Assad. Leur agitation a pris la forme de mise en garde sur les conséquences humanitaires dramatiques que cette offensive ne manquerait pas selon elles d’induire pour la population civile de la province grossie par la masse de réfugiés qui l’ont ralliée fuyant les zones reprises par l’armée syrienne.

Si elles font pression de la sorte pour tenter de dissuader Damas d’entreprendre la reconquête de la province, il n’en est pas une qui s’est montrée disposée à user de son influence sur certains des groupes armés qui y sont retranchés pour les amener à conclure un accord avec le pouvoir syrien qui isolerait les extrémistes d’entre eux. Au contraire, on les entend conforter ces derniers par des déclarations menaçantes à l’endroit de Damas et par le travail de sape diplomatique qu’elles font contre les efforts déployés par les parrains du processus d’Astana et de Sotchi visant à parvenir à un tel accord.

Washington, Paris et Londres vont même plus loin pour détourner les groupes armés de la négociation avec Damas et ses alliés. Ils incitent en effet ces groupes armés en cas d’offensive de l’armée syrienne à récidiver le sinistre scénario d’une prétendue attaque aux armes chimiques qui donnerait prétexte à leur intervention militaire en vue d’inverser le rapport de force entre eux et les forces gouvernementales. On assiste par ailleurs, de la part de ces capitales, à une tentative d’atteindre ce qu’elles n’ont pu obtenir militairement en Syrie à savoir le départ de Bachar El Assad et un changement de régime par un processus diplomatique qui rendrait caduques les avancées enregistrées par celui d’Astana et de Sotchi. D’où la subite sortie de sa léthargie du secrétaire général onusien sur le dossier syrien qui vient de s’empresser d’annoncer la relance sous son égide des négociations de Genève sur la Syrie.

Ce même secrétaire général onusien que Moscou a récemment accusé de connivence avec les puissances occidentales pour entraver le lancement de la reconstruction du champ de ruines qu’est devenue la Syrie avec l’intention évidente de placer le pouvoir en Syrie dans une situation d’impossibilité pour lui de faire face aux besoins élémentaires à la survie des citoyens et par là même les conforter dans leur opposition à son égard. Une connivence flagrante l’ONU n’ayant eu de cesse, quand la victoire militaire de Damas a été difficilement envisageable, de réclamer l’ouverture de couloirs humanitaires au profit des populations civiles des zones sous contrôle des groupes rebelles armés et qu’elle a soudainement tu cette exigence quand ces zones sont repassées sous l’autorité de Damas. Le chantage économique et financier ainsi que la diabolisation médiatique sont les deux seules armes qui restent à la coalition anti-régime syrien pour espérer continuer à peser dans le dossier syrien.

Habib KHARROUBI

URL de cet article 33711
  

Le Printemps des Sayanim
Jacob COHEN
Interview de l’auteur. Pourquoi ce titre ? J’ai voulu que le terme « sayanim » apparaisse d’emblée et interpelle le lecteur. On se pose la question, et la définition se trouve juste dans les premières lignes de la 4e. La problématique est installée, sans faux-fuyants, et sans réserve. Idéalement, j’aimerais que ce terme entre dans le vocabulaire courant, dans les analyses, et dans les commentaires. Voulez-vous nous la rappeler ? Les sayanim - informateurs en hébreu - sont des juifs de la diaspora (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.