Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Des Croix-de-feu de feu au FN

Dans ces temps troublés, l’hypothèse fasciste n’est plus à exclure. De la ligne ultra-réactionnaire de Jean-Marie Le Pen a succédé celle, de type nationale-républicaine et populiste de masse, incarnée par Marine Le Pen. Il est très instructif de savoir qu’il y a 70 ans, le même type de transformation s’est opéré lors du passage des Croix-de-Feu en parti de masse, le Parti Social Français (P.S.F) de François de La Rocque.

Les Croix-de-Feu avaient un peu plus de 10 000 adhérents, tous anciens combattants médaillés prônant la régénération nationale par la discipline et la hiérarchie, sur une base anti-communiste. C’était le lieu naturel pour l’engagement de La Rocque. Il rejoignit les Croix-de-Feu au printemps 1929, en devient le vice-président en juin 1930, puis président en septembre 1932. Mais il avait compris une chose essentielle, qui va distinguer sa démarche de celle des ligues d’extrême-droite : l’option du coup de force et la prise de commandement de la société par l’Armée est impossible. A contre coeur de ses origines aristocrate et catholique, il a compris que la République avait triomphé sur le féodalisme et que l’option monarchiste liées à l’Armée et au catholicisme n’était plus possible. Du coup quand le front populaire interdit en 1936 les Croix-de-Feu et les autres ligues, cela non seulement ne l’inquiète pas mais au contraire le réjouit.

Le parti que va vouloir fonder La Rocque est le même parti qu’avait fondé Mussolini. Son caractère xénophobe était incontestable, il disait : « Nous voulons être maîtres chez nous : trop d’étrangers et de métèques, profitent de notre hospitalité, se mêlent indiscrètement de nos affaires, interviennent dans notre politique intérieure, sabotent nos valeurs morales dans la métropole et dans nos colonies, tout en mangeant chez nous un pain dont bien des travailleurs français sont maintenant privés. Nous voulons que soient restaurées et respectées les trois valeurs morales essentielles qui sont les éléments de la civilisation française : TRAVAIL, FAMILLE, PATRIE. Nous voulons qu’on nous respecte, chez nous et hors de nos frontières. »

Lors des événements du 6 février 1934, dans le climat d’instabilité politique et de scandales de corruption, plusieurs milliers de manifestants des ligues d’extrême-droite ont tenté de prendre d’assaut le parlement. Il s’agissait de taper fort, pour former un climat d’instabilité permettant à l’Armée de prendre le pouvoir. Or, ce 6 février 1934, La Rocque décida de ne pas s’associer au coup de force alors qu’il représentait la plus importante des ligues les Croix-de-Feu (15 000 personnes à Paris et de 20 000 en province). Cela ne fut jamais pardonné ni par les autres ligues, ni par Doriot. Avec La Rocque, c’était donc une nouvelle extrême-droite qui naissait, ni putschiste pro-royaliste, ni pro-nazi. En fait, comme on le sait, le fascisme nie les classes sociales, au nom de l’unité nationale. C’est un parti d’Ordre, c’est-à-dire ni droite ni gauche. La Rocque considérait le communisme comme absurde et pensait qu’il fallait dépasser la lutte des classes. Il pensait de manière sincère que les rapports employeurs-employés pouvaient être pacifiés, à condition de valoriser les employés. Le PSF était un parti qui prétendait représenter une tradition nationaliste, de type royaliste et catholique, mais qui entendait rassembler au-delà des classes sociales et des religions. La position est ouvertement laïque et chez les Croix de Feu, des célébrations pour les anciens combattants étaient faites indifféremment dans des églises, des synagogues, des temples.

Comptant un million d’adhérents à la veille de la Seconde Guerre mondiale, ce mouvement dirigé par La Rocque a donc former un parti associant nationalisme et revendications sociales. En 1937, le PSF revendique 2,5 millions de personnes. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, le PSF était ainsi en pleine expansion, revendiquant 12 députés, 198 conseillers généraux, 344 conseillers d’arrondissement, 2692 maires, 10 257 conseillers municipaux. Il est à noter que le PSF s’intégrait pleinement dans la politique gouvernementale. Les députés PSF votèrent l’abrogation des 40 heures, les décrets-lois permettant de faire passer la durée du travail dans certaines usines à 60 heures (tous deux issues du front populaires). Cela alors qu’il prétendait prôner la réglementation de la durée du travail. Les députés du PSF votèrent également en 1938 contre un ajustement des salaires face à l’inflation, ou contre l’amnistie de travailleurs à la suite d’une grande grève de novembre 1938. Il est important de noter l’ambiguïté de sa position pendant la seconde guerre car il insiste à la fois sur son loyalisme à l’égard du maréchal Pétain, mais aussi sur sa réserve à l’égard du gouvernement de Vichy. Aller comprendre....

La défaite face à l’Allemagne nazie fut un coup terrible à sa stratégie, entièrement fondée sur la grandeur française, et en opposition franche à l’Allemagne. En effet la ligne impérialiste française était par définition antagonique à celle de l’Allemagne. 70 ans plus tard, la crise en France est telle que nous sommes en droit de se poser la question si sa théorie n’est pas entrain de réussir ? Le fascisme français arrivera-t-il à supplanter ses alter ego européens et imposera son impérialisme ? La crise économique française étant plus aiguë qu’en Allemagne, cette configuration n’est plus à exclure, d’autant que maintenant la droite organise des manifs pour dresser le peuple contre la justice et la presse, ce qui est propre à l’extrême droite, façon février 1934.

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2017/03/d...
URL de cet article 31638
   
Communication aux lecteurs
N’extradez pas Julian Assange ! #FreeAssange #Unity4J
Via Wikileaks, Julian Assange a rendu un fier service au monde entier, en rendant compte des crimes de guerre américains, de l’espionnage de leurs alliés, et d’autres secrets peu reluisants des organisations, entreprises et régimes les plus puissants de la planète. Cela n’a pas fait de lui l’ami de l’État profond américain. Tant Obama que Clinton ou Trump ont déclaré que son arrestation devrait être une priorité. Récemment, nous avons reçu la confirmation [1] qu’il a été inculpé en secret de manière à le faire extrader vers les USA aussitôt qu’il aura pu être arrêté.

suite : https://internal.diem25.org/fr/petitions/1


Vous avez une minute ?

Même Thème
« Marine Le Pen amène le pire » (*)
Maxime VIVAS, Frédéric VIVAS
(*) Anagramme imparfaite cueillie sur Internet. Ce livre (publié par les éditions Golias) est une compilation de documents révélateurs de l’analogie entre le FN d’hier et celui d’aujourd’hui. Y sont démontrées la difficulté pour Marine Le Pen, malgré les habiletés tribuniciennes, à se dépouiller des oripeaux paternels les plus exécrables, la distorsion entre le discours du FN ripoliné et son programme, entre son programme et ses objectifs. Sont mis en relief le fiasco du FN dans les villes qu’il a (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.