Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

48 

Eloge de la colère et des bons chasseurs

Les psychologues trouvent des vertus à la colère qui sert au maintien de l’intégrité physique et psychique de celui qui l’exprime. Elle est souvent l’affirmation d’une volonté altruiste, d’une solidarité, une réponse à l’injustice ou à une agression.

Moi, par exemple, si des hommes armés me sortent du lit à 7 heures, fouillent mon appartement, je suis en colère. Il faut avoir le sang-froid d’un serpent ou d’un énarque pour rester calme. Si j’apprends qu’on fouille aussi mon entreprise et si on m’empêche d’y entrer, j’essaie de forcer le passage en parlant cru et dru.

En politique, il n’est pas une conquête sociale qui n’ait été acquise sans la colère d’un peuple. Tel qui a fait tomber la Bastille, affronté les 200 familles, foncé derrière une armée nazie en déroute n’a pu le faire sans colère.

Quiconque a négocié avec son maître en baissant les yeux et en tournant son béret dans ses mains est inapte à conduire un changement.

Mordre un chauffeur de taxi comme le fit une député LREM, casser à coups de casque de moto la tête d’un responsable PS comme le fit un député LREM, traiter les climato-sceptiques de « connards » comme le fit Nathalie Kosciusko-Morizet, lancer à un citoyen « Casse-toi pov’ con », qualifier les électeurs de Mélenchon d’« abrutis » comme le fit un journaliste en vue (Eric Brunet), repérer dans le peuple les alcooliques, illettrées, fainéants, gens de rien, comme le fit Macron, traiter de merde un journaliste de FR 3 comme osa le faire Mickaël Nogal, député LREM du 31, traiter des adversaires politiques de putes, de pouffiasses et inviter un maire (Jean-François Copé) à aller niquer sa mère, comme le fit Rayan Nezzar, l’éphémère (et pour cause) porte-parole de LREM, passe encore. Mais vouloir pourrir la vie de ceux qui vous calomnient, ah ! non, pas de ça, lider maximo, caudillo, duce, führer !

Les médias nous mentent, les médias appartiennent à la finance
La classe politique quasi unanime leur lèche les bottes et les talons aiguilles. Cette bande organisée travaille à convaincre le peuple que pousser un cri devant des flics ou un juge c’est roter dans le salon de la comtesse, que contredire un journaleux c’est pisser dans un vase vénitien.

Et n’avons-nous pas des proches qui, de concert avec ceux qui leur « pourrissent » la vie, déplorent les outrances verbales ou comportementales de Jean-Luc Mélenchon, en exigeant inconsciemment qu’il ne soit pas comme nous : simplement (et heureusement) humain (1) ?

Théophraste R. (Editeur de l’annuaire en 10 volumes des pourritures politico-médiatiques).

(1) Devenu ange après sa mort, Merluchon descendit du ciel vers Aubagne et il vit que cela était bon. Hélas, Judas le décrivit aux chasseurs comme une bartavelle et…

En prime : la chasse à la mélenchonnette énervée : https://www.youtube.com/watch?v=QuGcoOJKXT8

URL de cette brève 5958
https://www.legrandsoir.info/eloge-de-la-colere-et-des-bons-chasseurs.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
24/10/2018 à 15:21 par hf

On est là vraiment dans l’article limite. Tu commences à sortir de la route. Je pense que Trump ou Bolsonaro sont, au fond d’accord avec toi sur le niveau d’insultes à utiliser dans le discours politique, après tout le populisme part d’une idée du "peuple" pour qui l’insulte, la gastrosophie et la grossièreté sont les éléments d’une reconnaissance socio-culturelle ; c’est un peu répugnant. Quant à la Bastille, les éléments de langage font qu’on reconnait à présent un "insoumis" à son usage dans la discussion, disons au bout de 45 secondes, je l’ai vérifié sur pièces.

#152863 
24/10/2018 à 16:31 par Cartésien

Quelqu’un a compris ce que dit hf ?

#152864 
24/10/2018 à 17:02 par barbe

Hf, vous avez le droit de croire que populiste est un mot qui a une signification.

#152865 
24/10/2018 à 17:42 par yack2

Notre colère est légitime ! point barre !

#152868 
24/10/2018 à 17:55 par yack2

Hf, je ne sais pas ou vous vivez,mais surement pas avec les miens,surement pas avec le smic, surement pas avec des angoisses de fins de mois pour vouloir moraliser la colère. La colère est la colère ,elle n’a pas de code de bienséance , elle s’exprime avec les formes à disposition....Aucune conquête sociale ne s"est faite avec des airs policés, des grandes phrases et du vocabulaire choisi. Le pire de cette moralisation est qu’elle sert l’opprimeur..." Mais monsieur, vous êtes bien mal élevé"....Elle dénature, elle rabaisse, en clair elle répond à l’injonction d’un combat sur le terrain choisi par l’adversaire. La colère est la seule chose dont ils ont peur, une peur panique, c’est pourquoi ils veulent la moraliser.
Ils n’ont pas besoin de colère, ils ont tous les pouvoirs et la violence nécessaire pour les imposer....Nous n’avons que notre colère, en plus ils nous ont volé les mots.

#152869 
24/10/2018 à 18:24 par AUBERT

Très bien, court, précis, et pourtant puissant sur le fond.

Je ne comprends pas la réaction de Hh

#152870 
24/10/2018 à 20:02 par szwed

Hf la lecture de Chantal Mouffe vous est fortement conseillée avant d’employer à tort et à travers comme un journaliste de France info le mot populisme. Dans la bouche de la plupart des politiques et des commentateurs, le mot "populisme" est synonyme de démagogie. L’accusation de "populisme" est l’arme de ceux qui défendent le statuquo néolibéral pour disqualifier ceux qui veulent le remettre en question....
Chantal Mouffe , Construire un peuple, un livre d’entretiens avec Inigo Errejon , cofondateur de Podemos, aux éditions du Cerf

#152871 
25/10/2018 à 05:04 par Paco Tyson

« En politique, il n’est pas une conquête sociale qui n’ait été acquise sans la colère d’un peuple. »

Malheureusement ce brave Jean-Luc c’est plus souvent contre le peuple qu’il se met en colère, ce peuple qu’il "use sa vie à défendre", et en fait de conquêtes sociales c’est quand on lui rappelle qu’il n’est pas au dessus des lois qu’il se met en rogne.

https://youtu.be/ITTJXRbf6oA
https://youtu.be/uyuSsDqTBjc

Pour provoquer un brigadier ça il a de la gueule, par contre quand il rencontre "fortuitement" le président en visite dans sa circonscription là on entend plus personne, tout ce qu’il sait faire c’est parler du beau temps...

#152876 
25/10/2018 à 08:02 par AF30

Hf et Paco Tyson, comme je ne saurais mieux dire que la personne concernée elle-même, je copie-collé son dernier commentaire : https://melenchon.fr/2018/10/24/penser-ce-qui-compte/?fbclid=IwAR2qpnL...
Bien évidemment il ne s’agit nullement ici de vous convaincre car à ce niveau d’analyse je sais par avance que la partie est perdue.

#152880 
25/10/2018 à 08:58 par Théophraste R.

@Paco Tyson

Malheureusement ce brave Jean-Luc c’est plus souvent contre le peuple qu’il se met en colère, ce peuple qu’il "use sa vie à défendre..."


Une malédiction veut que ce qui a été démontré par LGS ne soit pas lu par tous nos lecteurs et que seuls les écrits des médias des milliardaires soient trop souvent pris pour argent comptant, sans vérification.
Je rappelle donc une fois de plus que la séquence où JLM dit qu’il "use sa vie" à défendre les cheminots est lancée à un cheminot ivre qui l’a menacé et qui a été désapprouvé illico par ses collègues présents, lesquels ont applaudi JLM à l’issue de l’échange. Le mieux (le minimum) est de visionner la vidéo dans son intégralité. Les exemples des colères de JLM contre le peuple restent à trouver.
MV

#152882 
25/10/2018 à 10:20 par mediacideur

Oula ! Je venais de lire Politis, moi, donc ça me fait un choc ! Après les ronds de jambe tortillés les uppercuts qui assomment, fichtre ! Pensez un peu à vos lecteurs fragiles... Mais bon, une bonne douche froide après l’eau tiède, ça fait circuler le sang, ça ravigote ! Merci Theo !

#152887 
25/10/2018 à 11:45 par irae

HF
Est notre troll officiel de service et comme il n’y a aucune raisons pour que nous soyons épargnés on se le garde.

#152894 
25/10/2018 à 11:53 par irae

Et soyons très précis dans la séquence j’use ma vie il y a appel au meurtre de la part de "l’ouvrier" qualité non garantie. Mais là les merdias tournaient la tête. En revanche et comme par un heureux hasard lors de l’appel a pourrir les journaleux de franceintox les micros et caméras étaient ouverts et bien orientés. Il survient de telles coïncidences ma brave dame, c’est impressionnant !

#152896 
25/10/2018 à 14:24 par Georges SPORRI

Je trouve que l’ambiance politico médiatique et culturelle devient hystérique dans la forme et perverse dans le fond - Les plus ridicules sont les flics qui veulent baver, tabasser, commettre des abus de pouvoir à tire-larigot et à tord-la rigole, et être aimés . Ils pleurnichent comme des pleutres : vouin ! vouin ! il est trop méchant monsieur Mélenchon ! Ridicule ! Les profs du collectif Racine et LREM qui fayottent Macron et le délire répressif ciottisto-lepéniste avec leur hashtag pleurnichard, sont encore plus ridicules et abjects . Mais ils sont moins méprisables que les journalistes et les commentateurs stipendiés, sycophantes - délateurs et diffamateurs, qui déversent des km3 de larmes de crocodiles ( il paraît que les vers de terre ne pleurent pas ) surs leurs égos de mouchards blessés ...
On ne doit pas accepter de vivre dans une ambiance où les pires pervers sont considérés officiellement comme des victimes et où trop peu d’animalcules humains trouvent la force de mépriser ces conneries et haïr sans complexe de culpabilité les coupables.

#152898 
25/10/2018 à 19:13 par hf

Lecture plaisante, on attend désormais, et avec tout votre soutien la colère de Sarkozy qui va y passer une fois encore, puis de marine Le Pen. Il y a colère et colère. S’en prendre à une journaliste ou à une presse indépendante, c’est pas pareil que celle des mineurs en 1948. Pour répondre à l’un de vous, je suis prof d’Histoire, excusez moi de n’être pas au RSA.
On peut dire ici la même chose pour "la" violence" pendant qu’on y est. Quel rapport entre la violence des salariés d’Air France qui répondent à une violence sociale et celle de la brute qui jambonne sa bourgeoise ? (Je m’essaye au langage populiste). Faut pas tout mélanger.
Car au fond ce n’est qu’une perquisition et l’enquête montrera ce q’ili en est. Un conseil Yack2, tu prends trop d’ Élan, réduit l’assiette. Quant au troll que je serais, tout en est pour vous dès lors qu’on vous critique. J’ai en souvenir les coups de griffes à Ruffin avant les présidentielles dès lors qu’il avait osé émettre une critique...

#152913 
25/10/2018 à 21:16 par irea

@hf
Le propre du troll c’est de dire tout et n’importe quoi en alternant un coup la défense du sarko un coup celle de ruffin qui ne vous a rien demandé. Quant au mépris de classe (je m’essaye à...) on vous le laisse.

#152918 
25/10/2018 à 21:56 par Xiao Pignouf

je suis prof d’Histoire

Les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés.

#152919 
25/10/2018 à 22:16 par irae

Incroyable enfin une feuille de choux se décide à se poser la bonne question, détails du dispositif des perquisitions à l’appui : "l’artllerie lourde était-elle nécessaire ?" en substance. Est-ce l’huma ? Le canard ? Non marianne2.

#152920 
26/10/2018 à 00:08 par Geb.

Moi, par exemple, si des hommes armés me sortent du lit à 7 heures, fouillent mon appartement, je suis en colère. Il faut avoir le sang-froid d’un serpent ou d’un énarque pour rester calme. Si j’apprends qu’on fouille aussi mon entreprise et si on m’empêche d’y entrer, j’essaie de forcer le passage en parlant cru et dru.

Sur le fond tu as raison de te défouler.

Si ça t’arrives demain, en France, ça ne te fera qu’une citation en plus pour "outrage à magistrat", une peine d’emprisonnement si tu as déjà un antécédent, et une amende conséquente . Tu te sera bien défoulé et ça te donneras du coeur pour passer les six mois suivant à Pontoise en réfléchissant où tu vas bien pouvoir trouver le pognon pour payer.

Si c’est aux USA, (Et ça va pas tarder à arriver ici), tu sera tout simplement tazé si t’as de la chance, ou carrément mitraillé si ce sont les SWATS qui ont investi ton entreprise.

Et au fait, après ça, ton vrai problème, celui qui aura amené des connards à venir te sortir du lit, il en sera où ?

#152922 
26/10/2018 à 01:03 par Serge F.

@Paco Tyson Ne faites pas comme beaucoup de journalistes des médias grand public. Quand vous utilisez une vidéo montrant Jean-Luc Mélenchon en colère, ne passez pas que la partie la plus tonitruante. Pour la première vidéo, voici la scène en entier afin que chacun puisse se faire une idée du bien fondé ou pas de sa réaction :

https://www.youtube.com/watch?v=mvD5xvPyj9c

Ne voyez-vous pas combien la scène change de sens quand on la remet dans son contexte ?

C’est pareil pour les déclarations de Jean-Luc Mélenchon. N’isolez pas que les parties les plus rudes pour frapper les esprits. Voici un bel exemple de cette mauvaise méthode utilisée couramment dans les médias grand public vers 7’00 de cette vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=c7CzBHIsshg

Cependant, quand cette même méthode est utilisée par l’interviewé, ce n’est pas du goût du journaliste. Exemple vers 13’40 de cette vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=F4-eKvB2ssk

Quand les journalistes passent en boucle l’expression « pourrissez-les » utilisée par Jean-Luc Mélenchon contre les journalistes (de la cellule investigation) de France-Info (et pas tous les journalistes, nuance importe). Il serait bon de replacer l’emploi de cette expression dans son contexte. Voici la vidéo en entier (allez vers la fin) :

https://www.facebook.com/JLMelenchon/videos/2184226405181750/

Vous comprenez bien, après avoir vu cette vidéo, que Jean-Luc Mélenchon demande à ses militants de relayer toutes les informations qui contredisent les affirmations de France Info. Il s’agit de pourrir leur travail mal fait et non leur vie.

Jean-Luc Mélenchon ne cache pas ses sentiments. Il est naturel devant une caméra comme dans la vie. Pourquoi aurait-il dû se disputer avec Emmanuel Macron le soir où ils se sont rencontrés à Marseille ? Ils s’étaient déjà vus le matin pour parler de la politique européenne avec Angela Merkel qui était aussi à Marseille ce jour là (et ce soir là). Qu’aurait-il eu à gagner à se disputer avec lui dans la rue en milieu de nuit ? On ne se met pas en colère sur commande, il faut une raison sérieuse. Jean-Luc Mélenchon a toujours dit qu’il n’avait rien à reprocher à l’homme politique. Ce sont à ses idées et à son action politiques qu’il combat.

#152923 
26/10/2018 à 09:09 par Serge F.

A quel moment les journalistes vont-ils se poser les bonnes questions ? La réaction de Jean-Luc Mélenchon au local de la FI ne pose pas de problème. Il représentait ce jour là les millions de Français qui ont voté pour lui aux présidentielles et les milliers aux législatives en tant que député de la nation et président d’un groupe parlementaire. Il n’était pas dans la peau d’un citoyen ordinaire. Il a dit aux policiers postés devant les portes du local qu’ils n’étaient pas Benalla, qu’ils étaient des policiers républicains. Ils leur a rappelé de ce fait leur mission. C’est pour cela qu’il leur a demandé plusieurs fois qui leur avait donné cet ordre inique de ne pas le laisser entrer alors qu’il en avait parfaitement le droit. Devant le silence et le refus des policiers de faire valoir son bon droit, ils leur a rappelé qu’il représentait la République (« La République c’est moi ! ») et qu’à ce titre les policiers républicains auraient pu désobéir aux ordres qu’ils avaient reçus. Car Jean-Luc Mélenchon avait bien compris que cette action policière de grande ampleur (17 perquisitions simultanées et plus de 100 policiers déployés) était d’ordre politique et non judiciaire. Pour vous en convaincre, écoutez la conférence de presse donnée par les avocats de la FI :

https://www.youtube.com/watch?v=Py36_rNk26k

Le problème n’est donc pas sa colère, que je considère d’ailleurs comme saine venant de quelqu’un pour qui les valeurs républicaines sont sacrées (il suffit pour s’en convaincre de constater la passion qu’il porte à l’histoire de la Révolution française). Le problème est cette opération policière, inédite dans la cinquième République, décidée sans nul doute au sommet de l’État. Il s’agit d’une affaire d’État et pas des moindres. Imaginez un peu : grâce à cette opération le pouvoir macronien détient aujourd’hui toutes les données personnelles du principal parti d’opposition. En particulier les noms des hauts fonctionnaires ayant aidé à l’écriture du programme de la FI, je pense en particulier à son volet économique.

Cette opération était illégale selon la cour européenne des droits de l’homme (article 6-1 de la Convention) :

http://fbls.net/cedh.htm#4

ou selon Maître Régis de Castelnau, avocat à la cour :

http://www.vududroit.com/2018/10/melenchongate-demandez-programme/

Ce type d’action policière est aussi dénoncée par le syndicat de policiers Vigi :

https://vigimi.fr/f/actualites-fr/entry/perquisition-au-siege-de-la-france-insoumise-des-methodes-dignes-de-la-nuit-des-longs-couteaux

Sachant cela, pourquoi les journalistes ne s’intéressent-ils donc qu’à la forme, en passant en boucle jusqu’à l’écœurement le passage filmé par la chaîne TMC (émission « Quotidien ») des quelques minutes où Jean-Luc Mélenchon et ses collègues députés sont en colère ? Il s’agit soit d’alimenter le buzz (donc l’audience), soit de discréditer l’homme politique et son mouvement. Ceci est très malsain pour la vie démocratique du pays. Il s’agit d’une autre infamie pour la FI.

Certains journalistes indépendants se sont posées les bonnes questions. C’est le cas par exemple d’Alexis Poulin ou de Jacques Cotta :

https://www.huffingtonpost.fr/alexis-poulin/en-boucle-sur-la-colere-de-melenchon-les-medias-font-le-jeu-du-gouvernement_a_23565119/

http://la-sociale.viabloga.com/news/perquisitions-contre-la-fi-et-haine-de-classe

#152927 
26/10/2018 à 09:53 par hf

En face de Macron, le vieil ours rugissant s’est mis à miauler. ici pas de colère, juste une soumission, une révérence courtoise à l’autorité du jeune président, entre gens du même monde... j’ai trouvé cet épisode particulièrement navrant et révélateur d’une sorte de "comédie" qu’on nous joue, comme aurait pu le dire Balzac. La colère, c’est pour d’autres. Elle ne vint d’ailleurs pas lors de la perquisition au domicile, mais plus tard, en meute. Pignouf, l’état de mes chaussures importe peu. Sur l’Histoire que j’enseigne, on peut débattre, choisi un thème.

#152931 
26/10/2018 à 11:08 par Xiao Pignouf

@hf, il me semble qu’être historien, c’est mettre en lien entre eux les évènements, pour partie en tout cas.

Et mettre en lien les attaques contre la FI, à propos desquelles tout spectateur censé, expert ou non en quoi que ce soit, s’accorde à dire qu’il s’agit bien d’attaques, avec les poursuites contre Sarkozy, dont la campagne a été financée par un dirigeant africain, c’est toucher le fond en matière de désespoir de l’argumentation. Rapprocher Mélenchon avec Sarkozy qui a mordu la main qui le nourrissait et qui a provoqué à lui seul une guerre qui s’est soldée par la destruction, le démantèlement d’un pays et accessoirement le lynchage de son dirigeant est une escroquerie intellectuelle que même les médias n’ont pas osé faire, à ma connaissance. Bref, comparer un personnage sanguin à un criminel de guerre, c’est, oui, faire preuve soit de lacunes en histoire soit, puisque vous êtes prof d’histoire, et probablement très bon dans votre boulot, d’une mauvaise foi grosse comme une caravane batave.

Pourtant, il est légitime de questionner, voire de regretter l’emportement de JLM, bien sûr. J’ai moi-même au premier abord été inquiet de ce que les médias allaient en faire, sans toutefois que cela ne change d’un iota mon opinion de la FI et de son chef de file. Mais tout compte fait, il nous a montré qu’il était humain, et cela paiera. En outre, si les médias continuent de s’acharner sur la FI et JLM à coup de doutes sur sa présidentiabilité ou de sondages, c’est bon signe.

hf, quoi qu’aurait pu être la réaction de JLM, vous auriez de toute façon trouvé des raisons de la dénigrer.

Quant à MLP, les moyens utilisés contre elle et son parti sont sans commune mesure, et sans connaître à fond le dossier, il me semble, mais on me contredira si c’est faux, qu’il y a une instruction judiciaire, donc que des faits ont été avérés.

#152932 
26/10/2018 à 11:31 par pauvre d'eux

Voici une autre grille de lecture sur "les colères" de Mélenchon, même si j’apprécie celle de Théophraste.
http://www.rallumerlesetoiles.com/2018/10/la-colere-de-melenchon-va-bi...

#152934 
26/10/2018 à 15:39 par Georges SPORRI

Pendant que certains radotent pour nier l’opération de basse police - basse justice commise pour tester toutes les associations, tous les partis, tous les syndicats et le "peuple de gauche" ... L’état policier avance ses pions. Blanquer et Castaner, utilisant le hashtag pervers et pleurnichard des profs LREM - LR - Collectif Racine, ont proposés de foutre des flics dans les bahuts. Cette abjection, la collaboration étroite profs/flics, fut commise aux USA avec un super résultat, puisque chaque année des élèves se pointent au bahut avec un flingue et tirent dans le tas. Trump vient d’ailleurs de proposer que les profs soient armés et entrainés pour riposter... La connerie n’a pas de limite et la France ressemble de plus en plus aux désirs des Ciotti, Le Pen, et autres cons de la "gôche réconciliée avec la sécurité" aussi brillante que la "gôche réconciliée avec l’entreprise".

#152939 
26/10/2018 à 18:03 par barbe

à pauvre d’eux
ok, mais l’auteur de ce papier en fait encore des caisses pour dire quoi au fond ? Il cause bien le monsieur bénedetti, et tant mieux si parmi des universitaires, il y en a pour voir ce qui se passe. Mais ce qui se passe n’est ni nommé clairement (privatisation de ce qui est commun : fini de jouer dans la cour des grands, les pauvres, nous les riches on vous privatise tout ce qu’a fait le cnr), et ce qui va se passer n’est pas non plus annoncé : c’est pourtant simple, et à évoquer tocqueville, appliquons le vraiment, lui qui dissertait sur le mouvement incoercible à l’égalisation des conditions : vous croyez que les Français vont continuer à accepter de se laisser tondre par quelques uns qui ne redistribuent rien ? A suivre tocqueville, la lutte doit se faire au plan institutionnel (et pas seulement dans le monde du travail) : il faut se battre pour que le peuple vote les lois. Même les députés, qui craignent pour leur nombre, aurait à y gagner leur place : on aura toujours besoin d’eux pour écrire les lois. Pas les voter.
Je parie toute ma fortune que TOUS les Français seraient d’accord pour voter les lois.
Hf vous êtes d’accord ?

#152943 
26/10/2018 à 22:28 par irae

Le prési touvre "démagogique" l’arrêt de ventes d’armed. Tant d’amour christique de son prochain de la part d’un ultra catho (qui a quand même convoité la femme d’autrui) c’est bô !

#152950 
27/10/2018 à 01:20 par Jean Cendent

@ hf / je suis prof d’Histoire, excusez moi de n’être pas au RSA.

Je suis au RSA, excusez moi de ne pas être un prof d’Histoire.

La majuscule corporative vous sied à merveille, Maître…
Du haut de votre travail et croyance en votre indispensable grandeur d’utilité publique,
rassurez vous de ne jamais trébucher et de perdre votre statut social pour goûter aux joies de la disgrâce sociétale.

Sur l’Histoire que j’enseigne, on peut débattre, choisi un thème.
Le travail à la con / le travail de merde ou la vie à mort
Le travail subi ou une vie à mourir.


M. Mélenchon (à 1:13) moi si, je ne suis qu’un passant dans la rue et que pensez vous que font les flics
à un passant, seul dans la rue… Et cela tous les jours !

Que fait concrètement ou pense la FI de l’outil répressif basique « d’outrage à agent public » 

#152952 
JPEG - 57.3 ko
27/10/2018 à 11:33 par François de Marseille

@ hf : vous êtes prof d’histoire. Dit autrement, vous êtes l’artisant (malgré vous ?) du degout progressif de plusieurs générations d’enfants de cette matière qui est pourtant intrinsèquement une des plus intéressante. Vous êtes le témoin (muet ?) de la désagrégation du niveau scolaire, de l’irruption du monde de l’ entreprise, de l’enseignement de la constitutuin d’un CV à 13 ans !
Et tout ce que vous trouvez à dire c’est incidieusement sarko melenchon meme combat. Pffff (soupir de désespoir total en la race humaine).

#152955 
27/10/2018 à 15:02 par calahan

Et pourtant, Gandhi parviendra en prônant la non violence à emmener derrière lui son peuple.
La colère peut nourrir le combat sans en prendre la forme, dans cette situation c’est là que réside la sagesse peut être ?

#152958 
27/10/2018 à 20:05 par Geb.

Si vous pensez que Ghandi a réellement "gagné" avec la "non-violence" il va falloir que vous réétudiez les circonstances et les réalités historiques du moment. C’est triste pour les artisans des événements de l’époque qui y ont laissée leurs vie mais tout dénonce la réalité de la chose y compris les événements qui ont suivi. Si vous vous situez parmi les "gagnants "nous n’avons probablement aucun intérêt commun.

Depuis Ghandi, en dehors de la partition ethnique et religieuse de l’Inde voulue par la Grande Bretagne afin d’éviter de ne plus pouvoir contrôler un géant en puissance, pouvez vous me dire ce qui a changé fondamentalement sur place sinon que le pouvoir colonial britannique a été remplacé par un pouvoir compradore à son service ??? Une "victoire" où c’est pire ensuite toujours pour le gain des mêmes, pour mon compte on peut considérer ça comme une "défaite"

Je serai toujours émerveillé de voir que certains puissent "imaginer" quelque chose de positif fondamental puisse être réalisé sans violence face à des monstres qui n’ont aucune éthique ni morale, ni religieuse ni humaine et qui assassinent aussi bien leurs ennemis que leurs "amis" dès que ça va à l’encontre de leurs intérêts.

#152961 
27/10/2018 à 21:11 par hf

Jean : on met une majuscule à Histoire parce qu’il s’agit d’une matière enseignée, pas comme on dirait "des" histoires, j’ai appris à me plier aux règles grammaticales. Quant au témoin muet que tu évoques, je sais plus qui, j’ai toujours adoré les gens qui te définissent sans jamais t’avoir vu. Il y a sur ce site, beaucoup qui ont un gros peton au casque. J’ai été 20 ans secrétaire départemental de la FSU, je milite au PCF, j’ai fait la campagne de 2012 à fond, vraiment à fond dans le FdG, pour Mélenchon, j’ai encore voté pour lui en 2017 et n’ai en retour reçu que des injures et des crachats de sa part. C’est un sale type. Et s’il manque quelqu’un pour lui rappeler, appelle moi.

#152964 
28/10/2018 à 02:00 par Jean Cendent

@ hf
on met une majuscule à Histoire parce qu’il s’agit d’une matière enseignée, pas comme on dirait "des" histoires, j’ai appris à me plier aux règles grammaticales.

Je sais, je me suis « renseigné » pour éviter la "faute". (car je suis un fautif question orthographe)

Mais bon, le « dénigrement » sur les précaires aux RSA c’est pas dès plus sympathique comme argument « comparatif »,
du genre : le bon et le mauvais travailleur !
Surtout lorsqu’on défend comme idéal, une société sans classe.
Et on ne sait jamais ce que la « vie » peut nous réserver même si vous avez le sentiment d’être dans une relative sécurité face à l’emploi ou en retraite.

Je ne comprend pas trop le truc du témoin muet. (pas grave)
Par contre, j’ai compris qu’en régime hiérarchique tant que nous voterons pour des chefs, des élus, nous serons effectivement condamnés au mutisme, mise à part pour d’éventuels et exceptionnels arrivistes.

Un jour de Mai 81, j’ai glissé un bulletin de vote par inexpérience pour un type, F. Mitterrand, un sale type qui portait « l’espoir » du changement, d’un avenir ou des personnes de ma condition ne seraient plus assujetties à un travail de naissance / déterminisme social.
Ce sale type ainsi que J. Lang et d’autres puis la gauche plurielle et leurs décisions « culturelles » ont participé pour beaucoup à bousiller « ma » vie .
Alors, ce que je pense de JL Mélenchon ? J’en ai écrit un bout ici.

#152968 
28/10/2018 à 07:33 par guy

"Quiconque a négocié avec son maître en baissant les yeux et en tournant son béret dans ses mains est inapte à conduire un changement." si je peux me permettre vous auriez du accorder cette phrase au présent , car meme s’il s’en est expliqué , c’est exactement ce qu’à fait merluche il y a qques années déjà .....

#152969 
28/10/2018 à 13:30 par Florent

Éloge de la colère ?

Pourquoi pas, mais pourquoi parler de la Bastille alors que la colère de JLM n’est qu’un substitut à ce genre de choses. Combien de fois a-t-il rappelé que la révolution se faisait dans les urnes ? Ce qui, au passage, se traduit par l’électoralisme de la Fi, pensée sur le modèle de la start up électorale lancée par de bons communicants. Instrument très intéressant pour une campagne mais le reste du temps ?

Pourquoi pas, mais JLM lui-même, ne fait pas cet éloge.Il n’y a qu’à rappeler les "bonnets rouges". JLM les traitaient de "nigauds" qui se trompent de colère. De même, ses mots très durs en 2012 sur lesjeunes d’Amiens Nord. C’est que même pour JLM, toutes les colères ne se valent pas... Si j’ai bien compris, les colères de JLM valent parce qu’elles sont celles de JLM. Celle des autres ne valent pas parce qu’elles ne sont pas celles de JLM. 

Pourquoi pas, mais quand ça ne frise pas le ridicule... JLM annonçant qu’on va le jeter en prison ? Se prendrait-il pour Lula ? Pour Mandela ? "Je suis 7 millions de personnes" ? Quel aveuglement sur le sens de ce qui s’est passé pour lui en 2017. Critiquer Sophia Chikirou ? Du racisme et de la misogynie, nous dit-il. Propos relayé ensuite par bon nombre d’insoumis. Il avait déjà utilisé ce procédé pour faire taire les critiques quand Danièle Obono était la cible d’attaque pour ses proximités avec Bouteldja : là encore, les questions légitimes devenaient l’expression du racisme et de la misogynie.

Bref, je n’ai rien contre la colère en soi, mais comme JLM je pense qu’il faut l’estimer politiquement, d’où sa critique des bonnets rouges. Là je la trouve seulement ridicule.

ps : je viens de lire un lien indiqué par l’un d’entre vous sur les perquisitions. Le titre : "Perquisition au siège de la France Insoumise : des méthodes dignes de la nuit des longs couteaux". Là ça se passe de commentaire. Le grotesque saute aux yeux.

#152977 
28/10/2018 à 17:33 par Serge F.

@Florent Vous arrêtez-vous au titre d’un article ? L’avez-vous lu ? Ce qu’il dit devrait nous inquiéter tous. Voici ce que répond l’auteur, le syndicat de policiers Vigi, au sujet de son titre :
https://twitter.com/VIGI_MI/status/1052455038206001154

#152981 
28/10/2018 à 17:58 par Serge F.

François Molins, le procureur qui ouvre une enquête préliminaire sur les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon, qui classe la plainte d’Anticor sur ceux d’Emmanuel Macron, qui décide de ne pas enquêter sur le coffre d’Alexandre Benalla, et qui est sur le coup d’une instruction judiciaire à Lyon :
https://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/stups-la-mysterieuse-audition-de-francois-molins_2039582.html
A noter qu’il était pressenti pour succéder à Gérard Collomb et qu’il vient, par décret datant du 26 octobre 2018, d’être nommé procureur général près la Cour de cassation.

#152982 
29/10/2018 à 05:08 par Paco Tyson

@MV j’ignorais le contexte de cette courte séquence vidéo, il n’empêche que cette phrase en elle-même transpire le mépris de classe, et le fait d’hurler à la figure de son interlocuteur ne fait qu’accentuer ce fait. JLM se positionne comme "savant" face à l’autre qui ne serait qu’un animal sur qui il convient de crier pour se faire entendre. C’est limite s’il ne se compare pas à quelqu’un qui serait mort sur une croix pour racheter les pêchés de l’humanité.
Pareil pour le policier sur qui il se défoule et qui n’est aucunement responsable de la situation. Et l’attitude de Corbières est encore plus grotesque (là encore, je n’ai vu que des extraits hors contexte, mais essaye un peu de gueuler comme ça sur un flic sans finir ta journée au poste...)

Cette attitude contraste avec l’affabilité dont il a entre autres fait preuve lors de sa rencontre fortuite avec Macron. Il n’avait certes pas de raison d’être en colère, mais je ne vois pas de raison de cet abondance de courtoisie envers son adversaire désigné.

Pour terminer, le fait qu’il refuse de se faire fouiller -enfin, de subir une rapide palpation- à l’entrée d’une manif montre aussi la très haute estime dans laquelle JLM tient sa propre personne.

#152994 
29/10/2018 à 06:53 par hf

Serge F. Que la justice soit à deux, trois ou plusieurs vitesses, nul n’en doute, surtout pas les militants communistes qui connaissent leur Histoire. Que ce soit encore le cas à présent, certainement. Mais dire cela est une chose, le dénoncer est nécéssaire, mais ça ne change rien au fond de l’affaire en cours. mes élèves réagissent souvent comme ça, dès qu’il est pris la réaction est : "Y’a pas que moi". alors j’attends qu’il dénonce les autres... La somme de plusieurs coupables n’en font pas des innocents.

#152995 
29/10/2018 à 11:58 par Serge F.

@hf Il y a une différence entre dire pour se défendre "Y’a pas que moi" et dénoncer des innocents pour tenter d’affaiblir sa faute. C’est ce qu’a fait Sophie Montel. La soutenez-vous ? La somme de plusieurs innocents ne fait pas un coupable.

#153014 
29/10/2018 à 13:33 par Serge F.

@Paco Tyson Avez-vous bien entendu ce que dit le cheminot ? Il met dans le même sac tous les partis politiques, de l’extrême-droite à l’extrême-gauche (pour lui peu importe celui qui sera au pouvoir). Il le menace en disant que si leur situation ne change pas il y aura une révolution et des assassinats. Il ne laisse pas Jean-Luc Mélenchon en placer une et le prend pour un ennemi car pour lui tous les hommes politiques sont des pourris.
JLM n’use pas de la langue de bois, contrairement aux énarques, et quand on le cherche on le trouve. Quand il revient vers le cheminot, il hausse le ton pour pouvoir placer ce qu’il a à dire et lui rappelle que c’est le PS qui les a mis dans la situation dans laquelle ils sont (ce qui est bien vrai). De nombreux cheminots applaudissent et une dame critique le cheminot. Je ne vois aucun mépris de classe, juste une explication entre hommes. Vous remarquerez au passage que JLM n’est pas entouré de gardes du corps.
Le mépris de classe des "savants", comme vous dites, je le vois plutôt dans cette vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=FHMy6DhOXrI
Il est surtout flagrant quand on constate que juste après avoir conseillé à ce jeune homme de « traverser la rue » pour trouver du boulot, Emmanuel Macron s’est entretenu avec une personne qui souhaite faire l’ENA. Le ton de la conversation n’est pas du tout le même :
https://twitter.com/Qofficiel/status/1041747422479900672
On voit bien qu’Emmanuel Macron défend sa classe.
Pour le policier, JLM a en mémoire l’affaire Benalla et a conscience de la dérive de la police républicaine amenée à faire des choses qu’elle ne devrait pas faire (ce qui est d’ailleurs dénoncé par le syndicat de policiers Vigi). Son attitude est certes violente verbalement, mais il espère en protestant de la sorte que le policier désobéisse à l’ordre qu’il a reçu (je rappelle qu’il n’était pas dans la peau d’un citoyen ordinaire, mais d’un élu de la République en outre président d’un groupe parlementaire). A noter que quand ils sont plusieurs à pousser la porte, il demande à ce que l’on ne blesse pas les policiers qui ne font que le sale boulot qu’on leur a donné de faire. Regardez le passage en entier et non pas les extraits qui sont passés en boucle dans les médias :
https://www.youtube.com/watch?v=3q7yjL6Ybks
Au sujet d’Alexis Corbière, il essaye de ramener à la raison un policier qui en train d’étrangler au sol un militant. Le chef de ce policier est d’ailleurs obligé d’intervenir pour calmer son subordonné. La colère d’Alexis Corbière s’explique du fait qu’il a déjà vu maintes fois des actions violentes de policiers dans des manifestations. Il n’agit pas lui non plus dans la peau d’un citoyen ordinaire.
JLM peut avoir une haute estime de sa personne, mais il a surtout une hausse estime de la personne républicaine qu’il incarne.

#153021 
29/10/2018 à 14:56 par joel

la personne républicaine qu’il incarne a soutenu le traité de maastricht , celui de Barcelone signé par jospin ; celui d’Amsterdam, signé par le meme jospin ; meme chose pour l’agenda de Lisbonne ; ou encore Bologne ; tous ces textes son aujourd’hui efficients dans la destruction de toutes nos protections sociales. On peut me dire qu’il a changé, c’est possible ; il a juste changé de calcul en fonction de son interet bien compris. Aucune confiance dans cet opportunisme qui n’a quitté les socialistes que lorsqu’il ne dépendait plus d’eux financièrement.
Pour le reste c’est horace qui écrit que "la colere est une courte folie", soit elle est sincere et melenchon devrait subir un examen psychiarique, soit elle est feinte et il faut qu’il dégage.

#153024 
29/10/2018 à 15:07 par eris

Mais bon qu’est-ce qu’ils vous arrivent la plupart !!? Vous cherchez un maître c’est ça ? Vous avez besoin de vous exprimer alors faites le !!!
S’il y a problèmes dans l’expression générale de la pensée de la FI,par le porte parole Mélenchon et à mon avis il faut le prendre comme ça,engagez donc une pétition dans le mouvement pour connaitre l’opinion au minimum des adhérents à la plateforme,une sorte de référendum révocatoire...
Peu m’importe en fait qui serait notre porte parole et je pense qu’il y en a d’autres qui sont présents médiatiquement,pour ma part je préfère avoir à faire à un colérique,colère justifiée s’entend,que des flagorneurs de première ; quelqu’un de cultivé qui n’en fait pas des caisses qui contrairement à certains n’a jamais opéré de revirement politique opposé à ses croyances

#153025 
29/10/2018 à 17:51 par irae

on met une majuscule à Histoire parce qu’il s’agit d’une matière enseignée


Ca doit être encore une nouvelle règle. Jamais vu UV de philosophie ou prof de philosophie avec majuscule. En revanche l’anglicisation débile qui fait écrire aux merdiacrates un français ou le peuple français avec majuscule je le vois hélàs trop souvent. Comme l’horrible de pire en pire.

#153030 
30/10/2018 à 10:24 par Assimbonanga

Un Français : nom propre, Français prend une majuscule.
Le peuple français : adjectif qualificatif, français ne prend pas de majuscule.

#153048 
30/10/2018 à 10:25 par Assimbonanga

Un Français : nom propre, Français prend une majuscule.
Le peuple français : adjectif qualificatif, français ne prend pas de majuscule.

#153049 
30/10/2018 à 10:44 par Assimbonanga

Un Français : nom propre, Français prend une majuscule.
Le peuple français : adjectif qualificatif, français ne prend pas de majuscule.

#153050 
31/10/2018 à 20:55 par Assimbonanga

C’est la dèche ! En panne d’internet depuis la date fatidique du 16 octobre, j’ai eu une lucarne de connexion ce matin mais avec grandes difficultés. On voit le résultat : multiplication par trois de la règle de grammaire ! Toutes mes excuses. C’est involontaire.
Il semblerait qu’une franche connexion soit à cet instant rétablie. Esperamos !

#153071 
RSS RSS Commentaires
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...


Vous avez une minute ?

Donde Estan ? ; Terreurs et disparitions au Pérou (1980-2000)
Daniel Dupuis
La pratique des arrestations illégales, des tortures et des exécutions en dehors de tout procès régulier puis de la dissimulation des dépouilles (d’où le terme de « disparus ») est tristement célèbre en Amérique latine où les dictatures ( l’Argentine de la junte militaire, le Paraguay dirigé par le général Alfredo Stroessner, le Chili tenu par Augusto Pinochet...) y ont eu recours. De 1980 à 2000, sous un régime pourtant démocratique, l’armée du Pérou n’a pas hésité à recourir à la terreur pour combattre la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.