Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

30 

Laisser l’appareil du PCF-PGE torpiller la « France insoumise » au nom de la lutte des places ou unir les communistes dans l’action pour une France Franchement Insoumise à l’UE ?

Alors que la menace d’une victoire fasciste, macroniste ou filloni$te pèse sur notre pays,

alors que le candidat désigné et soutenu, fort normalement de façon critique, par les militants du PCF est Jean-Luc Mélenchon, une grande partie de l’appareil du PCF-PGE et ses dirigeants mènent un travail de sape contre la candidature de JLM au service mal dissimulé de Hamon et de sa mission de sauvetage du PS maastrichtien.

De toutes les régions de France nous reviennent les prises de position pseudo-unitaires des chefaillons du PCF-PGE visant, sous couvert d’ « unité de la gauche » sans contenu, à rabattre sur l’union derrière Hamon.

S’appuyant sur la victoire de Hamon à la primaire du PS, le PCF tente une manœuvre pour affaiblir Mélenchon, laissant croire que l’union avec le PS, les Verts, la France insoumise et le PCF-PGE est souhaitable et devient un objectif central du PCF pour éviter une victoire de la droite et de l’extrême-droite.

Non seulement le raisonnement politique est faux et mensonger mais il est hypocrite quant à son but.

Faux car la candidature de la France insoumise, de JLM, si elle parvenait à se placer devant le PS serait l’affirmation d’une volonté populaire de préserver un espace à gauche qui peut être un appui aux luttes à venir, y compris un point d’ancrage précieux pour appeler au Frexit progressiste sans lequel aucune politique « de gauche » n’est possible en France.

Faux car comment croire que le PS et les Verts qui ont mené pendant cinq ans une politique aussi nocive que cynique à l’égard du monde du travail et de la nation, comment croire que ces gens serviteurs zélés du MEDEF, de l’OTAN et de l’UE pourraient devenir de gauche ? Le PS est un parti bourgeois au service du grand capital et depuis les mandatures catastrophiques de Jospin et de Hollande-Valls (dont ministre fut ministre presque jusqu’au bout), cette servilité à l’égard du grand capital, devant Berlin et Washington, n’est même plus dissimulée. Cacher ce fait central, continuer à défendre le mensonge de l’ « Europe sociale » dans le cadre de l’UE, c’est tromper gravement les travailleurs et le peuple.C’est se comporter en 5e colonne du capital dans le mouvement ouvrier et républicain et contribuer indirectement à nourrir l’écœurement des masses qui fait le jeu de Le Pen.

Mais au-delà quelle est la raison qui explique le positionnement des européistes et collabos du PS de la direction du PCF-PGE ? Les places !

Nous le disons depuis longtemps sans pour autant confondre l’appareil et un certain nombre de camarades minoritaires qui restent fidèles au communisme : le PCF désormais affilié au Parti de la Gauche Européenne a échangé la lutte des classes contre la lutte des places. Cette fois il s’agit de permettre à Hamon de passer devant JLMélenchon de façon à négocier avec le PS les investitures aux législatives et de sauver l’appareil de la Bérézina, sans doute en allant autant que possible vers des candidatures uniques au 1er tour des législatives. Au risque de faire voter indirectement pour Valls ou pour El Khomri en polluant totalement le vote de ceux qui croiraient voter communiste.

Prétextant des propos hégémoniques et parfois peu nuancés de JLM sur les candidatures aux législatives, nombre de bureaucrates de Fabien et ses antennes locales, tentent donc de savonner la planche de la France insoumise pour retrouver quelques sièges au Palais-Bourbon grâce au PS dont le PCF-PGE est un satellite soumis. Rien à voir comme on le constate avec on ne sait quelle défense de l’ « identité communiste » face à Mélenchon sournoisement traité en adversaire principal. Comme si l’identité communiste, indispensable pour faire évoluer la « F.I. » vers une France Franchement Insoumise à l’UE, ne passait pas par l’émancipation des vrais communistes de la tutelle de « Fabien » et par la mise en place, que le PRCF propose à toutes les forces franchement communistes, d’une campagne commune sur un programme communiste commun visant à affranchir la France de la tutelle du grand capital…

L’objectif à moyen terme pour Hamon est de contrôler le PS-canal historique et de prendre la tête d’une recomposition autour d’une nouvelle social-démocratie incluant si possible les débris du PCF, des Verts, de la France insoumise, une sorte de « Syriza » ou de Podemos à la française. Cela rencontre le « mouvementisme » voulu par les uns et la liquidation de la forme parti voulue par les autres. Et tout cela, les vrais communistes doivent le combattre ENSEMBLE, fraternellement, sans torpiller la « France insoumise » mais en s’adressant fraternellement à elle et surtout, à la classe ouvrière à la porte des entreprises. Il faut aussi ensemble dénoncer la fascisation que révèle crûment la scandaleuse affaire du viol policier de Théo, dénoncer ensemble le programme et le comportement indécent de Fillon, faire la lumière sur ce que signifie de fascisation galopante la « France en ordre » de Le Pen, et montrer ensemble combien Macron est le candidat des banques et de l’américanisation revendiquée de notre pays, de son système social, de sa langue, etc. En s’adressant ensemble à la classe ouvrière, comme a commencé à le faire pour sa part le PRCF avec son tract-programme ciblé sur les entreprises, nous pouvons encore donner un coup d’arrêt aux manigances sordides qui empoisonnent notre pays.

Face à cette phase ultime, et particulièrement toxique, de décomposition-dégénérescence du PCF-PGE, dont la direction et l’appareil méritent de moins en moins le sigle glorieux hérité des Martha Desrumeaux, Marcel Paul et autre Ambroise Croizat, il est urgent pour tous les communistes, marxistes-léninistes, hors du PCF ou encore membres de cette organisation, de reprendre langue et d’envisager concrètement, et dans l’action, la renaissance du vrai parti communiste en France.

Le PRCF n’a d’autre but que celui-là.

Antoine MANESSIS, responsable du PRCF à l’action unitaire.

»» http://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/france-insoumise-jea...
URL de cet article 31514
   
L’Etat voyou
William BLUM
Quatrième de couverture « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement. D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain. Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’accepte plus ce que je ne peux pas changer. Je change ce que je ne peux pas accepter.

Angela Davis


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.