RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

ONU : Israël doit renoncer aux armes nucléaires

Une résolution de l’ONU, votée au début du mois en cours, a été quasiment ignorée par les agences de presse et les grands médias internationaux.

Et pour cause ! Une fois n’est pas coutume, c’est le nucléaire israélien qui est ainsi pointé du doigt. Certes, on peut toujours arguer qu’une résolution de l’Assemblée générale de l’ONU, n’est pas contraignante, il n’en reste pas moins que c’est de bon augure que la vraie communauté internationale dise non au nucléaire israélien.

Notons que la résolution a été adoptée par 161 pays sur les 193 composant l’ONU, 5 pays contre (dont certes Israël, les Etats-Unis et le Canada..) et 18 abstentions. Dans ses attendus, la résolution relève que l’Etat hébreu est le seul pays du Moyen-Orient qui n’a pas ratifié le TNP (Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires). Outre ce constat, la résolution onusienne prescrit à Israël de signer le traité « immédiatement et s’engager à ne plus produire d’armes nucléaires ». Israël devrait aussi renoncer aux armes qu’elle possède déjà.

Comme pour tous les pays qui disposent de sites nucléaires, Israël, doit soumettre ses installations au contrôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Notons néanmoins ce fait insolite : en 2004, l’Egyptien Mohamed El Baradei, alors directeur de l’AIEA, interrogé pour savoir s’il va discuter avec les dirigeants israéliens de leurs sites nucléaires, a eu cette réponse étrange « cette question n’est pas au programme ». C’est dire la « puissance » d’Israël, pays sur le nucléaire duquel l’agence de l’ONU de surveillance des sites atomiques n’a pas droit de regard. C’est cependant Israël, pays qui s’est mis hors des lois régissant le nucléaire dans le monde, qui est le « fer de lance » de la guerre menée depuis dix ans contre la recherche nucléaire en Iran.

Un pays, contrairement à Israël, fréquemment inspecté par l’AIEA. La résolution, mettant en exergue le « risque de prolifération des armes nucléaires au Moyen-Orient », plaide pour l’établissement d’une zone sans armes nucléaires de destruction massive au Moyen-Orient. En fait, le danger de prolifération et de menace ne vient pas uniquement de l’Iran et de la Corée du Nord, sur la sellette de l’Occident depuis plusieurs années, mais aussi, surtout, de nations qui possèdent l’arme nucléaire comme les Etats-Unis, la France et Israël. Alors que l’arme atomique est censée être une arme dissuasive, des pays la détenant – notamment les Etats-Unis – n’ont pas écarté la possibilité de son utilisation. A plusieurs reprises, des dirigeants – y compris les présidents G.W. Bush et B. Obama – avaient affirmé que l’option de l’arme atomique contre l’Iran était sur la table. Israël, de son côté n’attend que le feu vert de Washington pour passer à l’action. Ainsi, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avant la chute de Moubarak, plaidait encore pour une lutte « déterminée » contre, selon lui, la « menace » nucléaire iranienne qui, selon lui, serait « prioritairement » le combat des « Arabes ». Or, il se trouve en fait qu’Israël est dans l’illégalité totale en matière de nucléaire : par rapport aux résolutions de l’ONU ; l’empêchement de l’AIEA d’inspecter les sites nucléaires israéliens ; vis-à-vis des traités et conventions internationaux sur le nucléaire (TNP, Ctbt etc...) qui engagent le monde entier...sauf Israël.

Aussi, la résolution votée par l’ONU à une écrasante majorité est positive, ne serait-ce que dans la perspective de remettre les choses à l’endroit, mais reste largement insuffisante, du fait de l’impuissance de l’ONU et parce que ses recommandations ne sont pas contraignantes contre le(s) pays au(x)quel(s) elle enjoint de respecter les règles s’appliquant à la manipulation du nucléaire. Et Israël semble bien hors des lois s’appliquant au commun des Etats, du fait même que le pouvoir de décision appartient au Conseil de sécurité lequel est dominé par les Etats-Unis et deux pays occidentaux dotés du droit de veto. Seul pays au monde – à l’exclusion des pays officiellement détenteurs de l’arme atomique – à ne pas être contrôlé et inspecté sur ses activités nucléaires, Israël constitue un danger pour outre le Moyen-Orient, mais aussi le Maghreb.

L’ONU, les Etats-Unis veulent « dénucléariser » le Moyen-Orient, mais l’un et l’autre ne semblaient pas y inclure Israël, jusqu’à cette résolution votée par l’ONU, mais rejetée par les Etats-Unis. En fait, le désarmement ne sera crédible que le jour où la règle deviendra universelle et s’appliquera de la même manière aux grands et petits Etats, y compris les Etats-Unis et Israël. Nous en sommes encore loin. Très loin !

»» http://french.irib.ir/component/k2/item/351670-onu-israël-doit-renonc...
URL de cet article 27545
  

Roms de France, Roms en France - Jean-Pierre Dacheux, Bernard Delemotte
Population méconnue, la plus nombreuse des minorités culturelles, présente en Europe depuis des siècles, les Roms comptent plus de dix millions de personnes. Ils ont subi partout l’exclusion et les persécutions : l’esclavage en Roumanie du XIVe au XIXe siècle, l’extermination dans les camps nazis… Peuple à l’identité multiple, son unité se trouve dans son histoire, sa langue et son appartenance à une "nation sans territoire" . La loi Besson de juillet 2000 a reconnu les responsabilités de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Lorsque j’ai pris mes fonctions, j’étais déterminé à faire entrer les Etats-Unis dans le 21ème siècle, toujours comme le plus grand facteur de paix et de liberté, de démocratie, de sécurité et de prospérité."

Bill Clinton, 1996

"A travers le monde, chaque jour, un homme, une femme ou un enfant sera déplacé, torturé, assassiné ou "porté disparu", entre les mains de gouvernements ou de groupes politiques armés. Et la plupart du temps, les Etats-Unis en sont complices. "

Amnesty International, 1996

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.