RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Sympathie pour Jean-Michel Aphatie !

On connaît la sympathie du Grand Soir, son empathie, bref son admiration sans borne pour Aphatie (http://www.legrandsoir.info/Jean-Michel-Apathie-obsessionnel-et-poujadiste.html).

Malheureusement, il va falloir, cette fois-ci, le traiter plus bas que terre. Nous en sommes navrés, d’autant que l’occasion nous est fournie par une plainte déposée par Françoise Laborde.

Il n’est pas facile de prendre la défense de Françoise Laborde, journaliste de droite, ancienne étudiante de Raymond Barre, nommée au CSA par Sarkozy et qui, en bonne châtelaine (elle possède, dans le Madiran, un château monastère, http://www.chateau-monastere-de-saint-mont.com/) défend les intérêts de la grande bourgeoisie.

Tout récemment, au Journal de Canal+ où il sévit quotidiennement, le vociférateur du Béarn, de sa voix de fausset et du ton haineux qui sont familiers aux auditeurs de RTL, a déversé son ire contre les vedettes de la politiques ou d’ailleurs qui signent des livres écrits par des nègres. En bon poujadiste démago, il découvrait ce que tout le monde sait depuis des siècles et qui n’a strictement aucune importance. Apathie livra donc à la vindicte populaire plusieurs noms de politiques et autres people aidés dans leurs entreprises d’écriture, mais il prit bien soin d’oublier le plus connu d’entre eux. Qui aida, Notre Président à écrire, notamment, les deux pavés Libre et Georges Mandel, le moine de la politique  ? En voilà une question qu’elle eût été bonne !

Parmi les sujets du scandale, Aphatie cita donc Françoise Laborde, sur la foi d’un entrefilet erroné publié par un hebdomadaire de droite qui, c’est bien connu, ne se trompe jamais. Or il se trouve que Françoise Laborde, comme sa soeur d’ailleurs, est l’autrice de plusieurs ouvrages, politiques, d’un intérêt relatif mais au moins aussi intéressants que les éditos d’Aphatie, et surtout d’ouvrages très personnels, où elle nous livre sa souffrance avec finesse et pudeur. Elle a également préfacé un livre sur la maladie d’Alzheimer. Ce que n’a pas encore fait notre bouledogue piailleur.

Que faire pour ce pauvre homme ? Je suggère la création du FLAOP, le Front de Libération de l’Aphathie Obsessionnel et Poujadiste. Pour le libérer de lui-même, mais ce sera dur.

Théophraste R.

URL de cette brève 2079
https://www.legrandsoir.info/sympathie-pour-jean-michel-aphatie.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
04/11/2011 à 19:10 par babelouest

Bonne apathie mesdames, bonne apathie mesdemoiselles, bonne apathie méchieux. Et que le meilleur gagne*

* "Les enfants, vous avez tous gagné !" disait l’ex de l’ex
(ou tous perdu, c’est selon)

#73724 
05/11/2011 à 03:17 par Eric

Hélas. Rien ne sauve une pie. A part l’or.

Mais que ferait la pie Apathie de plus d’or encore que celui qu’elle touche pour servir ses mé-maîtres à son chien-chien ? Rien.

Rien ne sauvera la pie Apathie. Car , il y a longtemps le pauvre oiseau que la médiocrité l’a emporté.
Il le sait le bougre, la petite crotte de bique, qu’il est médiocre et fieffé pardi !

Sinon pourquoi chanterait-il tous les soirs sur l’arbre si tout le contraire était ? Il sait bien pourquoi l’oiseau est payé et quel cri poussif il doit piailler chaque soir que veau d’or fait.

Rien ne sauvera la pie Apathie. Il le sait le bougre et fieffé pardi ! C’est pourquoi il rajoute toujours à sa tête d’oiseau, le sourire idiot du pauvre piaf.

Hélas, 1000 fois hélas. Rien ne peut sauver la Pie Apathie. Piégée qu’elle est, dans la touffe de plumes merdeuses, d’un tout petit nid cathodique.

#73746 
05/11/2011 à 11:12 par jeuhaitunautre

Il semblerait que LGS et ses lecteurs trouvent plus d’intérêt à l’apathie qu’aux indignés de la Défense...

#73758 
05/11/2011 à 12:14 par pachanga

"l’autrice" ????

#73761 
05/11/2011 à 13:12 par yapadaxan

Aphathie n’est pas le problème. Le problème ce sont ces vedettes du JT. Interchangeables. Ecouter un revient à les écouter tous.

Ca pose d’autres questions. Pourquoi, lorsque je change de chaîne (ou de station de radio ou de manchette de journaux), entends-je le même son de cloche, énoncé dans le ton politiquement correct du consensus pas mou du tout et de la pensée autant inique qu’unique ?

Un exemple : y a manif. Eh bin, tous les media répètent connement l’estimation selon les syndicats et celle selon la police. Un rite ! Une habitude.

Les réacs choisissent celle de la police, les moins réacs se livrent à des opérations sur la calculette et les pas réacs du tout choisissent celle selon les syndicats.

Sans déconner !!!...

Une guerre se déclare :

- ici, un pays de faible importance.

- là , une incroyable coalition : surarmée, dotée des dernières trouvailles et surtout suivie par la presse embedded et non embedded.

T’éteins la lumière. Tu prends place sur ton putain de canapé, acheté à crédit chez Mr Meuble ou Ikéa. Tu fais asseoir bobonne à côté, merrrrrrde ! Et les minots, au pieu, que c’est pas un spectacle pour vous, remerrrrrde !

Question : qui c’est qui va gagner ? Moi, je supporte les petits vs la coalition. Je me suis peint aux couleurs de mon club. J’ai le fanion, la tenue vendue cher à à fond la forme. J’ai payé ma cotise syndicale, ma cotise du parti, chui abonné à l’organe qu’est plus central et j’ai des convictions.

CNN, merrrde ! J’ai pas confiance en TF1.

Le match ? C’est Démocratie vs Dictature. Ah putain, que c’est beau, que c’est grand ! A côté, les 10 Commandements, c’est faible. Même le jour le plus long...

Ca charcle dans les coins. Tin, les Rebeux, qu’est-ce qu’ils prennent ! Les fondamentalistes, les extrémistes, les terroristes... Houlala, ouille, tin, la rouste !... Vas-y Mickey !!! Ziiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin, le SCUD ! Zouuuuuum, le Furtif !

A la mi-temps, bon, t’as compris. La coalition, c’est le Barça. Circulez, y a rien à voir.

Je me pieute, d’abord, je tringle madame (ça m’a foutu une de ces triques !) pi je pionce. Chui Goldorak, Superman. J’t’ai une sacrée gaule que je me sens devenir DSK ! C’est dire...

AphatieFerrariPujadas et tutti quanti, merci ! On est la race supérieure, le génie des nations. On craint dégun !

Bon, la Libye, c’est finie... Quoi, la Syrie ? Chérie, reviens ! Ce soir, je te mets un wagon de penalties !...

#73766 
05/11/2011 à 15:57 par Eric

" jeuhaitunautre " :

"Il semblerait que LGS et ses lecteurs trouvent plus d’intérêt à l’apathie qu’aux indignés de la Défense..."

Tant que l’on brise les liens comme vous le faites au lieu de rebrancher le corps social dans tous ces circuits internes et externes : mémoires, pensées, actions ; vous ne ferez que reproduire ce pourquoi M.Apathie est le pauvre nom. Celui qui est là pour boucher, rompre, faire diversion, afin d’ empêcher que les circuits du corps social soient rebranchés au delà de l’histoire passée et afin que le présent soit immuable comme le nom d’une opération militaire américaine qui avait su en son temps tremper l’absolutisme impériale dans le meurtre de masse sans que personne quasiment ne bronche.

Attaquer Apathie c’est faire comprendre que le médium de l’asservissement est le message du pouvoir. Apathie est le chaînon faible de la machinerie qui nous tue, nous isole et nous asservi. Loin de nous désintéresser de la cause des " Indignés ", il s’agit de tisser des liens serrés dans tous les rangs de ceux qui leur ressemblent et de propager la bonne nouvelle : celui d’un peuple retrouvé et en actes avec un "S" . Au pluriel. Rompre avec l’esprit de division, d’isolement est notre premier combat. Propager l’accessoire et les chicaneries plutôt que de faire circuler l’information fédérative c’est faire faillite.

Si je puis me permettre votre pseudo " jeuhaitunautre" en dit long sur cette affaire qui nous traverse tous.

#73775 
05/11/2011 à 16:31 par jeuhaitunautre

A yapadaxan,

Ya un rassemblement des indignés à la défense, la presse n’en parle pas ; une marche d’indignés au Royaume Uni, silence toujours. La presse de gauche, "la vraie" comme "la fausse", préfère, comme l’autre, s’étaler sur occupy wallstreet : ceux-là sont loin, ça n’engage à rien. Les indignés matraqués appellent à l’aide, personne n’y va.

Ils en prendront plein la gueule , ça leur apprendra, on espère bien qu’ils n’auront pas envie de remettre ça. Et la presse "de gauche", "la vraie"", pourra continuer à claironner son mépris pour cette jeunesse française incapable de se mobiliser, pour les vieux cons qui retourneront aux urnes en 2012.

C’est sans doute parce que je suis vieille et que j’habite trop loin de Paris, que j’ai le courage de signaler qu’il y a des jeunes qui se font matraquer parce qu’ils tentent de clamer notre commune révolte : de toute façon je ne peux pas les rejoindre.

#73777 
05/11/2011 à 16:40 par jeuhaitunautre

Propager l’accessoire et les chicaneries plutôt que de faire circuler l’information fédérative c’est faire faillite.

Je ne vous le fait pas dire !

#73778 
05/11/2011 à 18:38 par chépa

Je n’ai aucune sympathie pour Apathie, mais de là à défendre Françoise Laborde certainement pas.

Rappel d’un de ses écrits pas si lointain :

Françoise Laborde n’est pas seulement journaliste sur la chaîne France 2 de la télévision publique, elle a aussi écrit un livre publié en 2008, juste après le conflit sur les régimes spéciaux. Manifestement, cet ouvrage lui a permis de déverser tout le fiel que lui inspirent les actions menées par les cheminots. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle n’a pas du tout apprécié que ces "privilégiés" se mettent en grève pour défendre leurs droits et leur régime spécial de retraite ! Et pour couronner le tout, elle ose les traiter de collabos… Incroyable et pourtant vrai !

Ainsi, dans cet ouvrage impérissable intitulé "ça va mieux en le disant… !" , on peut lire aux pages 95 et suivantes :

« Parfois, quand le découragement me saisit, à défaut de mensonges pour m’évader, je me prends à rêver à la retraite… Oui, oui, moi aussi ! Comme tous ces heureux bénéficiaires des régimes spéciaux, agents de la SNCF, d’EDF, de Gaz de France, qui, vers cinquante ans, peuvent plier les gaules et attaquer une nouvelle vie à leur guise, farniente ou seconde carrière. 5par parenthèse, je suis toujours fascinée et perplexe en entendant des "jeunes" cheminots de trente-cinq ans expliquer qu’ils ont précisément signé pour partir plus tôt se la couler douce. A leur âge, je pensais à tout sauf à cette échéance qui me paraissait si lointaine !)

Pour défendre cet acquis non négligeable, ils font grève. Pendant dix jours, en novembre 2007, ils ont paralysé le pays en clamant des mots d’ordre variés. Au choix : pour défendre "l’intérêt du service" , les "acquis sociaux" , nos "futures retraites" , que sais-je encore ? Alors que nous - salariés du privé ou assimilés - cotisons déjà plus longtemps, avec des décotes bien plus substantielles !

Mensonges que tous ces slogans, mensonge que cette pseudo-solidarité : ils défendent leurs avantages ! ça se comprend, mais pourquoi ne pas le dire ? Car l’intérêt public, le sens du collectif, c’est bien autre chose ! La SNCF se targue d’être un modèle de solidarité sociale, mais nul n’ose rappeler que les trains de la mort qui emmenaient juifs et résistants vers les camps d’extermination n’ont jamais été stoppés par des grévistes et sont toujours arrivés à l’heure, leur prestation payée, rubis sur l’ongle, par les nazis. Sans les trains français, comment la déportation aurait-elle pu avoir lieu ? Les cheminots héros de la Résistance dans La Bataille du rail, voilà une imposture historique extrapolée et véhiculée par les "camarades" après la guerre…

Que Madame Laborde n’aime pas les cheminots, c’est tout à fait son droit. Mais, quand on est journaliste sur une chaîne de télévision du service public, un tel parti pris concernant les actions des cheminots ne pose-t-il pas une question d’objectivité dans la présentation de l’information ? Nous ne polémiquerons pas sur la définition de "l’intérêt public" , ni sur celle des droits liés aux contraintes du service public et à la pénibilité du travail dont bénéficient les personnels mis en cause, un concept que Madame Laborde semble totalement ignorer… tant son aversion pour les "fonctionnaires" est grande ! Mais peut être cette aversion n’est-elle que l’expression zélée d’un militantisme politique très sarkozyste ? Au moment ou la télévision publique est reprise en main par l’Elysée, ça peut servir !…

Mais que Madame Laborde falsifie l’histoire de la Résistance et traite finalement les cheminots de collabos, c’est totalement inacceptable ! Non Madame Laborde, "les cheminots héros de la Résistance" , ce n’est pas une fiction sortie de l’imaginaire du cinéaste René Clément, et encore moins "une imposture historique extrapolée et véhiculée par les camarades après la guerre" , c’est une réalité reconnue par la plupart des historiens… ainsi que par le Général De Gaulle !

Faut-il rappeler à cette journaliste que la SNCF a été réquisitionnée et mise à la disposition des Allemands par la Convention d’armistice signée par Pétain ? Fau-il lui rappeler que les forces d’occupation étaient physiquement présentes dans toutes les installations importantes de la SNCF et dans tous les trains de la déportation ? Faut-il lui rappeler qu’à chaque prise de service le personnel de conduite était escorté par un ou deux soldats allemands ? Faut-il lui rappeler que tout mécanicien qui refusait de conduire un train de la déportation, comme le fit Léon Bronchart, était licencié ?

Faut-il lui rappeler que les (vrais) syndicats étaient interdits et donc clandestins ? Que toute action de grève était fortement réprimée, les cheminots étant sous la contrainte des lois de la guerre allemandes prévoyant la peine de mort ?

Faut-il lui rappeler que Albert Deberdt et Henri Ployat, tous deux militants du syndicat CGT clandestin, ont été fusillés le 15 septembre 1941 à Lille ? Que Jean Catelas, secrétaire de l’Union des syndicats CGT des cheminots du Nord, a été guillotiné le 24 septembre 1941 ? Que parmi les 27 fusillés de Châteaubriant il y avait un retraité cheminot et deux fils de cheminots dont le jeune Guy Môquet ? Que Pierre Sémard, dirigeant de la Fédération des cheminots CGT et administrateur de la SNCF, a été livré par la police française aux allemands et fusillé le 7 mars 1942 ?

Françoise LABORDE, une journaliste très engagée… à droite !

Françoise (Maria) Laborde, née le 1er mai 1953 à Bordeaux, est une journaliste et présentatrice de la télévision française. Après avoir réussi un DEA de droit, elle s’installe aux Etats-Unis où elle obtient son diplôme à l’Univer-sité de Washington & Lee.

En 1979, elle part à Bruxelles, et collabore à la revue Euro-politique.

De 1982 à 1985, elle se spécialise dans l’économie et le social à RMC.

De 1985 à 1993, elle est chef du service économie puis rédac-trice en chef adjointe de TF1.

De 1993 à 1995, elle est chef du service économie de FR 3.

Elle arrive sur France 2 en 1995, devient rédactrice en chef de Télématin en 1997 et présente depuis cette année-là Les 4 vérités.

A partir de 1999, elle est la remplaçante de la présentatrice des journaux télévisés du week-end. Depuis 2006, elle remplace Elise Lucet au journal de 13 h.

Françoise Laborde est vice-présidente du Press Club de France, un club qui se veut le "haut lieu de la presse de l’entreprise et des institutions" , un club franchement à droite !

Elle est aussi membre du Haut-conseil à la coopération internationale.

Elle a écrit 9 livres…dont Les tribulations d’une femme d’aujourd’hui : ça va mieux en le disant ! en 2008.

Françoise Laborde est chevalier national du Mérite et officier du Mérite agricole. Pour service rendus… mais à qui ?

Enfin, elle possède le Château-Monastère de Saint-Mont dans le Gers, où les tarifs des séjours en chambres d’hôtes débutent à partir de 3 000 €… Un séjour que seuls ses amis peuvent s’offrir, ce qui n’est évidemment pas le cas de ces "privilégiés" de cheminots retraités !

Que Georges Wodli, secrétaire général de l’Union Alsace-Lorraine, a été pendu le 1er avril 1943 dans les locaux de la gestapo à Strasbourg ? Etc… Nous ne pouvons citer tous ceux qui ont payé de leur vie leur engagement dans la résistance, avec 1 647 cheminots assassinés, la liste serait très longue…

Faut-il lui rappeler que, malgré la farouche répression dont ils étaient victimes, bon nombre de cheminots ont participé activement à la résistance et qu’ils ont ainsi désorganisé les approvisionnements allemands ? Faut-il lui rappeler que leurs actions ont permis d’accélérer de manière décisive l’avancée des troupes alliées ?

Faut-il lui rappeler que le 10 août 1944, les cheminots ont déclenché la grève insurrectionnelle qui va permettre la libération de Paris… et que cette grève est la seule à être commémorée chaque année le 10 août à l’Arc de Triomphe ?

Faut-il rappeler à Madame Laborde que ces actions de résistance des cheminots ont permis à la SNCF d’être la seule entreprise française à recevoir la Légion d’honneur à titre militaire et la Croix de guerre avec palmes ? (1)

Certes, il n’est pas question de dire que tous les cheminots étaient résistants ! Comme partout, il y avait des collabos à la SNCF, notamment dans son état major, mais passer de quelques collaborations individuelles à une collaboration collective des cheminots, c’est franchir le pas du détournement de l’histoire !

Madame Laborde oublierait-elle que le patronat français privé, à l’image de Louis Renault, a lui collaboré activement avec l’occupant nazi, fidèle au "plutôt Hitler que le front populaire" cher à la bourgeoisie française ? Oublierait-elle que "seule la classe ouvrière dans sa masse est restée fidèle à la patrie meurtrie" comme l’a écrit François Mauriac ?

Par ses écrits, Madame Laborde ne se limite pas à insulter les cheminots, elle souille la mémoire des 1 647 cheminots fusillés ou déportés. Elle occulte totalement le rôle des autorités allemandes et de Vichy comme l’a fort justement rappelé Arnaud Klarsfeld (que l’on ne peut soupçonner d’être "un camarade" !) dans un article du journal "Le Monde" du 6 juin 2006 (voir encadré page présente).

Enfin, madame Laborde, ne manque pas d’aplomb quand elle traite les cheminots de privilégiés, alors qu’elle possède un château dans le Gers avec des chambres d’hôtes… que seuls les vrais privilégiés peuvent s’offrir ! (2)

Le parti pris pour la classe dirigeante et son anticommunisme primaire conduisent Françoise Laborde à une absence totale d’objectivité historique. Avec de tels écrits, elle déshonore la profession de journaliste et le service public. Elle ne mérite que notre mépris.

Maurice SAMSON
(Membre du BN/UFR et représentant retraités au CA/CPRP)

1. Les écrits de Françoise Laborde ont-ils donné lieu à réaction du Président de la SNCF ? Nous n’en avons pas connaissance…

2. Nous vous invitons à consulter le mot de la maîtresse de maison sur le site http://www.chateau-monastère-de-saint-mont.com

#73781 
RSS RSS Commentaires
   

Un nouvel art de militer
DIVERS
Ils sont le visage de la contestation des années 2000. Jeudi Noir, Déboulonneurs, Brigade activiste des clowns, Désobéissants, Anonymous... au-delà des formes traditionnelles que sont la grève ou la manifestation, une nouvelle génération de militants est apparue dans l’espace médiatique et agite régulièrement le cours de l’actualité. Chez eux, pas de chef, pas de violence, pas de longs discours théoriques, mais un goût prononcé pour l’humour et les mises en scènes spectaculaires, et un sens manifeste de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Partout où le hasard semble jouer à la surface, il est toujours sous l’empire de lois internes cachées, et il ne s’agit que de les découvrir.

Friedrich Engels

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.