RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Hier les Juifs, aujourd’hui les Palestiniens

Revenant sur l’opération militaire israélienne lancée dans la bande de Gaza en juin 2006, j’écrivis :" Pluie d’été ! Non pas la divine ondée qui tombe du ciel, bienfaisante et nourricière, mais pluie de bombes et scories de l’enfer ! Beït-Hanoun comme pluie d’automne, l’hiver aura sa pluie, le printemps aura la sienne, puis l’été de nouveau, et le cycle recommencera "

Nous y voici.

« Paix » - mot étrange aux oreilles des loups israéliens.

C’est que la paix contrarie fortement l’obsessionnelle ambition qui les traverse de la tête aux pieds : réaliser le grand dessein du grand Israël, surtout lorsque des conditions aussi favorables se présentent : le sionisme est devenu l’idéologie officielle du capitalisme libéral qui affame partout dans le monde, puis disparition de l’obstacle soviétique, l’hégémonie mondiale du protecteur et allié US, le droit d’occire que vous donne l’expédient terroriste, un armement sophistiqué permettant de tuer sans être tué, capacité de semer des guerres civiles cataclysmiques chez les voisins Arabes - Irak, Libye, Syrie etc. Comment en effet renoncer au vieux rêve sioniste lorsque les circonstances elles mêmes vous tendent si gracieusement les bras ? Du point de vue des leaders sionistes, la paix reviendrait à un hara-kiri inacceptable. Continuons de tuer, de détruire, de pourrir la vie aux Palestiniens et aux Arabes des alentours, ils finiront bien un jour d’aller se faire voir ailleurs. Nous touchons au but, encore un effort et bientôt, très bientôt, le Grand Israël – rêve ancestral – rayonnera de mille feux à travers le monde entier.

Non ! la paix, surtout une paix juste, n’est pas et ne sera jamais dans leurs cordes ni dans leur tempérament. Non ! l’obstacle à la paix n’est ni les Palestiniens ni le peuple israélien mais l’idée des dirigeants sionistes et leur idée du Grand Israël qui leur colonise tripes et neurones. Et toute leur politique tient en ce credo : l’exil ou le cercueil ! Y a t-il seulement une seule personne au monde qui ne le sache, ou existe-il un seul endroit sur terre où l’on doute de cela : tuer tant qu’on peut et bouter le reste hors de la région, tel est le but poursuivi par les néofascistes qui dirigent Israël. Tout le monde le sait, sauf que tout le monde ne le dit pas, ne veut pas le dire ou ne peut pas le dire de peur de représailles. Alors que c’est cela même qui le conduira à sa perte !

Les massacres systématiques réservés aux Palestiniens, les dirigeants Israéliens les justifient par la sécurité. Et ce mot est devenu le mot rédempteur et magique qui lave Israël de tous ses pêchés. Dans la bouche d’Olmert ou de Bush hier, de Netanyahou ou d’Obama aujourd’hui, de Sarkozy ou de Hollande comme de Ségolène Royal et de tous "les grands démocrates" de ce monde, l’état hébreu a le droit de se défendre, il a le droit de commettre des crimes de masse, de tuer femmes et enfants, bref de recourir à l’holocauste. C’est la condition de la survie d’Israël, pensent les sionistes. Mais tout homme de bon sens sait que tant de haine semée est le facteur de la mort de leur "rêve". Transformer l’Israélien en néonazi est un total contresens par rapport à ce qu’a fait subir Hitler aux Juifs avec son idée de race aryenne.

Il est évident que la sécurité est un droit. Pour les Israéliens et même pour Netanyahou. Comme pour tout individu. C’est un droit élémentaire lié intimement au droit à la vie. Qui songe à remettre en cause une telle exigence ? Et précisément parce que c’est un droit universel que la sécurité – comme la liberté d’ailleurs – se réalise, se vit dans la réciprocité : ma sécurité est dans ta sécurité et su tu es une menace pour moi tu me transformes en menace pour toi ! Une véritable sécurité des Israéliens est fonction de la sécurité des Palestiniens et Arabes de la région.

Ce qui rend suspecte la revendication sécuritaire israélienne est que celle-ci n’est jamais abordée sous l’angle du bon sens et s’énonce seulement comme un à priori justifiant les terrifiantes représailles. En supposant que les Palestiniens soient de sauvages anthropophages et que vous êtes un petit nombre venu s’installer dans leur voisinage et occuper une grande partie de leur espace vital – que vous faut-il faire ? Se lancer dans une campagne exterminatrice qui tôt où tard se retournera contre vous et vous étouffera sous le poids du nombre, ce n’est certainement pas ce qu’il y a de plus intelligent à faire - n’est-ce pas ? Car s’il y a bien une chose incontournable c’est bien le rapport démographique qui fait qu’Israël ne pourra jamais éliminer les centaines de millions d’âmes qui l’entourent - ce n’est pas que ses dirigeants n’en ont pas la volonté, c’est simplement une impossibilité matérielle ! Etouffement économique, assassinats ciblés, enfants tués, punitions collectives, saccages des maisons - drôle d’exigence sécuritaire que celle qui consiste à transformer en mutants les millions d’êtres humains qui vous entourent et courir le risque d’être un jour submergé par ces êtres formatés par le désespoir et la haine et ? Aveuglement ou stratégie politique mûrement réfléchie ?

Et si les statistiques relatives aux morts, avaient une bouche, ne plaideraient-elles pas avant tout pour la sécurité des Palestiniens ? Il en meurt chaque jour. Hommes, femmes et enfants ! Sous des pluies de bombes au phosphore !

Il ne faut pas rêver, ni se bercer d’illusion, ce n’est pas demain que les leaders Israéliens actuels se convertiront à la paix. C’est dire combien le chemin d’une issue équitable est difficile et combien il y a-t-il à faire pour y parvenir.

Les Palestiniens font ce qu’ils ont à faire. Le payant au prix fort. Ils font face à l’adversité avec un courage exemplaire et un sens du sacrifice comme il en a existé très rarement dans l’histoire de l’humanité. Face à un ennemi impitoyable, surarmé, vindicatif, manipulateur, influent, riches de multiples complicités dans les Etats les plus puissants du monde et les grands médias, ils se battent comme savent seuls se battre les héros des tragédies mythiques. Quelle inventivité dans le combat ! Et que dire de la vaillance des femmes ! La douleur ne semble creuser leur visage que pour mieux l’imprégner de la force de l’acier trempé. Et déjà une des ces victoires morales annonciatrices de la victoire réelle et définitive : ils se sont appropriés le mythe du petit « David » contre le grand « Goliath ».

Oui, le monde changera, c’est inévitable, et alors l’Histoire mettra en bonne place dans sa galerie « Honte de l’Humanité » toute une pléiade d’hommes d’état et de personnalités politiques qui, pour certains cautionnent directement la politique d’extermination menée par les gouvernants israéliens, et qui pour d’autres, se calfeutrent, par lâcheté, dans une neutralité coupable, fermant les yeux sur l’infamie d’un mur, gris comme le malheur, dur comme la haine qui habite le cœur de ceux qui l’ont construit, mur condamné par un tribunal international, pudiquement qualifié de "mur de séparation" cette chose honteuse qui transforme l’environnement des Palestiniens en un énorme "goulag", à la merci des exactions de l’armée ennemie et du dénuement. Et c’est d’autant plus infâme que ces hommes et personnalités qui, avec cette aisance que donne la flagornerie des races supérieures, s’autoproclament chantres de la démocratie, de la liberté et de la justice.

Comme celui-ci qui écrivit le mot liberté sur son cahier d’écolier, les pupitres et les armes de guerre, les Palestiniens adressent, à chaque instant du jour et de la nuit, dans chacune de leur action de résistance aux Israéliens et à ce monde pourri par l’argent un message unique : nos droits, rien que nos droits, tous nos droits, vous pouvez nous affamer ou nous tuer, nous céderons pas d’un iota sur nos droits, cette terre est la notre, notre droit est d’y vivre en paix nous la quitterons jamais !

En réalité, la solution pacifique et définitive ne peut venir que des Juifs d’Israël. Un règlement juste est entre leurs mains seules. A condition qu’ils comprennent que l’idée du "Grand Israël" est plus chimère tu meurs, et que la dose de poison qu’elle recèle finira par emporter leur état et eux avec. Ce n’est pas la peine d’être un grand connaisseur de l’Histoire pour comprendre que dans cette tragédie, et à plus ou moins long terme, ils auront à perdre bien plus que les Palestiniens aujourd’hui. Le monde change vite et les Etats-Unis, comme les pays pollués par l’idéologie sioniste, ne resteront pas éternellement entre des mains amis, condescendantes jusqu’à la complicité. Que se passera-t-il alors ? Qui alors subira les conséquences désastreuses de tant de haine accumulée, de désir de vengeance profondément incrusté dans les gênes de ceux qui ont vu leur maison se détruire ou leurs enfants agoniser dans une mare de sang ? Ce ne sont pas les chefs sionistes qui plastronnent aujourd’hui avec l’assurance que donnent le surpuissance et les comptes bancaires bien garnis. Non ! seulement la politique de la canonnière des dirigeants Israéliens n’assure pas la sécurité des simples citoyens, bien au contraire, elle fait peser sur ces derniers une lourde menace : chaque jour qui passe en effet rapproche inexorablement nouvelles exodes et autres shoahs ! Si les Juifs du monde entier ont un ennemi, c’est bien le sionisme qui tue en leur nom, les transformant en ennemi de l’humanité entière.

A vouloir tout, les responsable israéliens feront tout perdre à ceux qui ont choisi Israël comme havre de paix.

Avant d’aller plus loin, en ces heures sombres, il y a lieu de rendre hommage à ces centaines de milliers de Juifs d’Israël et d’ailleurs qui refusent la politique de violence cultivée par les dirigeants sionistes et souffrent de cette assimilation au nazisme qu’elle induit dans les esprits des gens. Ils militent courageusement pour une paix juste, lutte d’autant plus difficile qu’elle s’effectue dans une atmosphère polluée par le climat de guerre. Mais le plus urgent est d’arriver au plus vite à ce déclic salutaire qui verrait cette tendance devenir la force majoritaire en Israël, la force démocratique capable d’imposer une solution conforme aux intérêts légitimes de chaque nation de la région.

La Palestine est avant tout un problème colonial avec son lot de racisme et de pillage - qui ne le sait pas ? Et comme l’expérience historique en apporte la preuve, toute question coloniale n’ a aucune chance de trouver un règlement juste et définitif sans un changement radical de l’opinion publique de la nation dominante en faveur d’une paix équitable. Les luttes des forces de libération, en somme, n’agissent que comme un déclencheur du déclic de la soudaine mutation de cette opinion publique, la transformant en force morale se dressant résolument contre l’entreprise va-t’en guerre de leurs dirigeants politiques et exigeant le respect des droits et de la dignité des résistants. Faut-il rappeler le cas de l’Algérie ?

A cause de cette politique coloniale conduite depuis des décennies par leurs dirigeants et ses soubassements racistes, d’oppressés, les Juifs d’Israël sont devenus des oppresseurs. Et à y voir de près, aujourd’hui les Palestiniens partagent la situation des Hébreux pliant sous le joug des maîtres de l’Egypte laissant aux faucons d’Israël le rôle oppressif des Pharaons. Par une inversion terrible de l’Histoire, ce sont aujourd’hui les Palestiniens qui portent le costume serti de l’étoile jaune de victimes de crimes génocidaires et c’est Israël et ses responsables qui rappellent par leurs discours raciste les pires partisans de la race aryenne ! Comme je ne voudrais pas être à la place de ces centaines de milliers d’Israéliens, victimes de la Shoah, enfants et petits-enfants de victimes, obligés de vivre sous la férule de gouvernants affichant et appliquant sans honte et sans vergogne le principe de la supériorité des races.

Il faut interpeller la conscience de chaque Israélien et l’obliger à se poser des questions simples : la paix que je veux pour moi, est-ce que les Palestiniens y ont droit aussi ? Est-ce que les armes et la répression aveugle et son cortège de femmes et d’enfants tués finira un jour par amener les Arabes à renoncer à la terre de leurs ancêtres et leur dignité humaine ? Le sang des Palestiniens coulant à flot est-ce –ce vraiment une garantie de sécurité ? Moi Juif dont l’histoire à la fois individuelle et collective est marquée à jamais par les crimes nazis, puis-je, au nom du confort des miens, continuer à cautionner une politique raciste et génocidaire qui bascule les peuples voisins dans la catastrophe, dans une nouvelle Shoah ! L’idée d’un Israël - oasis de verdure et de paix dans un océan de sang, vous semble t-elle moralement acceptable ?!

Il y a une manière simple et pacifique d’aider les Israéliens non sionistes à répondre à toutes ces questions qui trottent d’une manière ou d’une autre dans leur tête : accrochons sur notre poitrine une étoile jaune à cinq branches titré par exemple de ces mots " Hier les Juifs, aujourd’hui les Palestiniens " ou " Juif oppresseur, insulte à la Shoah ! C’est rien et c’est beaucoup. C’est beaucoup si tous les partisans d’une paix juste à travers le monde s’emparaient de l’idée ! Je suis convaincu que cela poussera beaucoup de Juifs sur le chemin du devoir humaniste des brave et de l’honneur des Justes.

URL de cet article 26414
  

Même Thème
Israël, Les 100 pires citations
Jean-Pierre Bouché, Michel Collon
Ce livre contient 100 citations de dirigeants, stratèges et penseurs sionistes, des origines du mouvement jusqu’à aujourd’hui. À partir de ces citations, il s’agit pour les auteurs de faire une analyse à la fois documentée et ludique de la pensée sioniste à travers les années. Les auteurs montrent ainsi qu’il y a bien une pensée sioniste cohérente qui se perpétue à travers le temps. Le conflit israélo-palestinien ne vient pas de nulle part : il prend sa source au moment même où le projet sioniste s’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous vous trouvez nuls, souvenez-vous qu’il a fallu 20 ans, des milliers de milliards de dollars et 4 présidents US pour remplacer les Talibans par des Talibans

Norman Finkelstein

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.