Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Poudre de perlimpinpin !

Première réplique après l'intervention du premier ministre.

Un mois s’est écoulé entre mon dernier article et aujourd’hui. Je constate que le gouvernement est demeuré sourd et aveugle. Pourtant le pays grogne, les problèmes restent entiers, la violence policière n’a pas eu raison des manifestants, la loi anti-casseurs non plus. Au contraire, les enseignants du premier degré soutenus par les parents d’élèves ont occupé la rue, les écoles. Les actions des personnels hospitaliers durent, se multiplient. Les liquidations d’entreprises se poursuivent sans que le gouvernement ne lève le petit doigt. Samedi après samedi, des dizaines de milliers de gilets jaunes ( par roulements) marchent dans Paris et dans les villes du pays bravant les interdictions, les interpellations, les arrestations, les amendes et les vexations de toute sorte. Seule et unique réponse du pouvoir : répression, violence. Pas une solution positive concrète. Seule litanie répétée par les élus et les ministres "en marche" : contentez-vous des 10 milliards débloqués en décembre.

10 milliards dites-vous ? Énorme mensonge si l’on retranche les sommes déjà prévues dans le budget, il s’agirait de près de 3 milliards, tous les économistes n’étant pas d’accord sur le montant total. Mais le pire n’est pas l’annonce, c’est la tartufferie qui l’accompagne. En effet, Macron a laissé croire que le SMIC était augmenté. Faux, le Smic n’a eu que l’augmentation prévue, le reste étant la prime d’activité qui existait bien avant Macron mais que tous les smicards ne touchent pas. Parlons du financement qui est à la charge du contribuable puiqu’il s’agit de la payer avec l’argent des allocations familiales. En ce qui concerne la défiscalisation des heures supplémentaires, il s’agit d’une mesure spécifique touchant quelques dizaines de milliers de salariés, mesure favorable au patronat qui voit ses cotisations sociales réduites diminuant d’autant les cotisations retraites et sécurité sociale. Autrement dit un tour de passe-passe défavorable au salarié. La réduction de la hausse de la CSG pour les retraités n’a touché qu’une partie de retraités alors que la majorité des retraités se trouve ponctionnée. Enfin la prime exceptionnelle que devaient attribuer les entreprises n’a pas eu l’effet escompté puisque personne n’est en capacité de donner des chiffres. Si la mesure avait été suivie d’effets, il est à parier que le gouvernement en aurait fait ses choux gras ! Bref, Macron a menti aux français en créant des illusions délétères.

Pour la première fois depuis des années, le pouvoir a légèrement reculé devant l’ampleur des manifestations mais il n’a pas touché les privilégiés, les milliardaires, les actionnaires, les grandes entreprises monopolistiques. Les riches ont été épargnés comme le stipule le dogme macroniste du ruissellement.

Nous arrivons au moment décisif où le "grand débat" doit accoucher de solutions. Le premier ministre vient de s’exprimer. Des propositions ? Néant ! Dans aucun domaine sauf deux, les impôts et la dépense publique. Edouard Philippe annonce la réduction d’impôts et la baisse des dépenses publiques. La contradiction va éclater : réduire les contributions directes va enrichir les plus hauts revenus qui déjà paient le moins car bénéficiant de niches fiscales, de systèmes de défiscalisation et autres cadeaux fiscaux. Par contre la réduction des dépenses publiques va aggraver le sort des plus démunis et affaiblir les couches moyennes. La santé, l’éducation, les transports, le logement, la culture, l’environnement, le social vont accélérer leur chute alors que la demande des populations se fait plus pressante et les besoins insatisfaits.

Fidèles à leur esprit clanique, les élus "en marche" et "modem" ainsi que le gouvernement attendent la parole du chef Macron qui se presse avec lenteur. Parole qui ne remettra pas en question le "cap" fixé par celui-ci. Or la majorité du pays demande un changement radical de politique. Cette contradiction va susciter de nouvelles vocations revendicatives. De nouvelles couches sociales déçues et amères vont se manifester rejoignant ainsi les cohortes de gilets jaunes qui ont éclairé le mouvement de contestation. Qu’on le nomme convergence des luttes, rassemblement, combat commun ou autre appellation, ce mouvement, cette expression va s’amplifier. La question du débouché politique s’imposera. Le retour aux urnes après un débat dans tout le pays apparaît comme la seule solution politique démocratique à la crise. C’est à l’assemblée nationale que doivent se prendre les décisions. C’est l’assemblée nationale qu’il faut dissoudre pour que le peuple puisse reprendre la main.

URL de cet article 34789
   
Che Guevara : Écrits sur la révolution
Ernesto Che GUEVARA
Cette anthologie d’écrits et d’interviews de Che Guevara permet de découvrir l’approche politique et théorique de la pensée du célèbre révolutionnaire, bien loin des stéréotypes qu’on voudrait nous imposer. Ce volume contient des interviews célèbres dont celle de Josie Fanon (épouse de Frantz Fanon, l’auteur des Damnés de la terre) mais aussi les textes suivants : Notes pour l’étude de l’idéologie de la révolution cubaine Il faut que l’Université se teinte de noir, de mulâtre, d’ouvriers, de paysans Le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’ai aucune idée à quoi pourrait ressembler une information de masse et de qualité, plus ou moins objective, plus ou moins professionnelle, plus ou moins intelligente. Je n’en ai jamais connue, sinon à de très faibles doses. D’ailleurs, je pense que nous en avons tellement perdu l’habitude que nous réagirions comme un aveugle qui retrouverait soudainement la vue : notre premier réflexe serait probablement de fermer les yeux de douleur, tant cela nous paraîtrait insupportable.

Viktor Dedaj


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.