RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

De qui Valls, El Khomri et Macron sont-ils le nom ?

L’inspectrice du travail avait refusé de licencier un délégué syndical d’Air France, car sa participation à la déchirure de la chemise de son DRH n’était pas prouvée. Le gouvernement « socialiste » (sic) a cassé la décision. Voir ici l’article indigné de Danielle Simonnet, conseillère de Paris (Parti de Gauche).

Dans « Les déchirures » (photo), petit essai rédigé par un administrateur du Grand Soir, postfacé par un autre administrateur et édité grâce aux lecteurs du site (1), on lit ceci à propos des syndicalistes poursuivis en Justice :

« Le sort des 8 de Goodyear, comme celui de leurs camarades d’Air France, dépend du gouvernement. Il n’aurait qu’à froncer un sourcil et la Justice indépendante et impartiale recevrait le message 5 sur 5, sans avoir besoin d’une note écrite.

Plus précisément, le sort des 8 dépend de Manuel Valls qui ignore ce qu’est un patron car, parfait apparatchik du PS, il n’en a jamais eu, de Myriam El Khomri, ministre du travail, qui n’a jamais travaillé ailleurs qu’au PS, hormis d’éphémères petits boulots d’étudiante (qu’elle brandit comme des diplômes d’ex-ouvrière), d’Emmanuel Macron qui fit fortune à la banque Rothschild avant d’être parachuté ministre des Finances pour y détruire le Code du Travail.

Ces trois-là, quelle est leur légitimité démocratique ?
Myriam El Khomri a été conseillère de Paris. Pas plus. Emmanuel Macron n’a jamais été élu par quiconque. Manuel Valls, a été maire d’Evry et député de l’Essonne. Il a recueilli 5,63 % des voix à la primaire présidentielle de 2011. Il y a été classé bon dernier des candidats PS, ne devançant que Jean-Michel Baylet (PRG). Il est celui dont 2 512 128 votants sur 2 661 231 ont dit qu’ils n’en voulaient pas. Il est donc celui que le président, usant de ses prérogatives royales, a nommé chef du gouvernement de la France ».

La rentrée devrait être chaude.

Théophraste R. (Observateur atterré des Solferiniens).

(1) Editions Golias. Le livre est publié avec le soutien financier du site Le Grand Soir, c’est-à-dire avec vos dons judicieusement dépensés.

URL de cette brève 5143
https://www.legrandsoir.info/de-qui-valls-el-khomri-et-macron-sont-ils-le-nom.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
RSS RSS Commentaires
   
AGENDA
samedi 25 février 2017
mardi 28 février 2017
mardi 28 février 2017
vendredi 3 mars 2017
samedi 4 mars 2017
samedi 4 mars 2017
mardi 7 mars 2017
mercredi 8 mars 2017
mardi 14 mars 2017
mercredi 15 mars 2017
samedi 22 avril 2017
samedi 22 avril 2017
Contre-discours de mai de François Cusset
Bernard GENSANE
François Cusset. Contre-discours de mai. Ce qu’embaumeurs et fossoyeurs de 68 ne disent pas à ses héritiers. Actes Sud, 2008. Bizarrement, on a très peu célébré le cinquantenaire de Mai 58, la chute de la Quatrième République, le coup d’État feutré de De Gaulle, l’instauration d’une nouvelle République, donc d’un nouveau partage institutionnel du pouvoir, avec un renforcement du rôle de l’État, de sa prééminence, tout ce que les " gaullistes " libéraux d’aujourd’hui vomissent. J’ai lu peu (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Nous préférons croire au mythe selon lequel la société humaine, après des milliers d’années d’évolution, a finalement créé un système économique idéal, plutôt que de reconnaître qu’il s’agit simplement d’une idée fausse érigée en parole d’évangile. »

« Les Confessions d’un assassin financier », John Perkins, éd. Editions Alterre, 2005, p. 247

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.