Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


La liberté de la presse expliquée par Goebbels.

Bolloré n’est pas seulement le milliardaire qui accueille Sarkozy sur son yacht. Il est, entre autres, patron de Canal+.

Chacun a vu comment ça dégage dans les programmes depuis qu’il est là. Les présidentielles approchent et les Guignols se moquent de Sarkozy ? Finis les Guignols en clair. Idem pour le Petit journal. Yann Barthès (pourtant pas un révolté) s’y moque trop des politiques ? Finie son émission. Le reste des employés tremble et renonce aux sujets qui pourraient mécontenter le patron.

David Pujadas, valet servile, a écrit un livre « Et vous subissez des pressions ? » pour se moquer de ceux qui savent qu’il subit des pressions.

Il n’est pas dans ce pays un « grand » journaliste dont le média a été acheté par un milliardaire qui osera dire la vérité : celui qui paie l’orchestre choisit la musique, celui qui achète l’orchestre choisit les musiciens. Pis, ils se répandent partout pour dire leur indépendance totale, leur liberté, pour se réjouir de leur sort et pour plaindre leurs confrères de pays moins libres…

Et vous savez quoi ? Les gens les croient.

Goebbels, ministre de l’Information et de la Propagande du IIIe Reich a expliqué pourquoi : « Plus le mensonge est gros, plus il passe. Plus souvent il est répété, plus le peuple le croit ... »

Son maître à petite moustache disait : « Un mensonge répété dix fois reste un mensonge ; répété dix mille fois il devient une vérité.  » Il aurait même dit : « Faites un gros mensonge, faites-le simple, continuez à le répéter et, éventuellement, ils le croiront tous. »

Théophraste R. (Cafteur de domestiques à plumet qui cachent la poussière sous le tapis et le cadavre de la Vérité dans les placards).

Photo : Chavez brandissant des fleurs, qui deviennent un pistolet dans la presse vénézuélienne. Pour des manipulations aussi grossières dans nos médias, relire : http://www.legrandsoir.info/Les-medias-ronges-par-des-taupes-de-sites-...

URL de cette brève 5083
https://www.legrandsoir.info/la-liberte-de-la-presse-expliquee-par-goebbels.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
26/05/2016 à 13:30 par Lyendith

"Et éventuellement, ils le croiront tous". Vilain anglicisme ! "Éventuellement" veut dire "peut-être, on ne sait jamais" ; "eventually" veut dire "à la fin" ou "tôt ou tard, mais avec certitude". Or je suppose que c’est ce deuxième sens dont il est question ici.

C’était le chipotage du jour.

#124637 
26/05/2016 à 18:19 par Pierre M. Boriliesn

Le patron du bon docteur pédagogue a écrit ceci, dans son célèbre ouvrage :

« Dans la simplicité de leur esprit, les gens tombent plus facilement victimes d’une monstrueuse fiction que d’un petit boniment, car eux-mêmes se laissent souvent aller à de petites contrevérités peu importantes, mais auraient honte de recourir à de grosses mystifications. Il ne leur viendrait jamais à l’esprit de fabriquer une énorme imposture, et sont incapables de croire qu’un autre pourrait avoir pareil toupet. Même si des faits prouvant qu’il en est ainsi sont portés de manière claire à leur connaissance, ils continuent de douter et pensent qu’il pourrait y avoir une autre explication. »

« A qui doit s’adresser la propagande ? Aux intellectuels ou à la masse moins instruite ? Elle doit toujours s’adresser uniquement à la masse. Toute propagande doit être populaire et placer son niveau spirituel dans la limite des facultés d’assimilation du plus borné parmi ceux auxquels elle doit s’adresser. Dans ces conditions son niveau spirituel doit être situé d’autant plus bas que la masse des hommes à atteindre est plus nombreuse. Plus sa teneur scientifique est modeste, plus elle s’adresse exclusivement aux sens de la foule, plus son succès sera décisif. L’art de la propagande consiste précisément en ce que, se mettant à la portée des milieux dans lesquels s’exerce l’imagination, ceux de la grande masse dominée par l’instinct, elle trouve en prenant une forme psychologiquement appropriée le chemin de son cœur. »

Remarquez bien qu’on peut un peu actualiser ça :

« A qui doivent s’adresser les médias ? Aux intellectuels ou au grand public moins instruit ? Ils doivent toujours s’adresser uniquement au grand public. Tout médium doit être populaire et placer son niveau spirituel dans la limite des facultés d’assimilation du plus borné parmi ceux auxquels il doit s’adresser. Dans ces conditions son niveau spirituel doit être situé d’autant plus bas que l’audimat doit être plus élevé. Plus sa teneur scientifique est modeste, plus il s’adresse exclusivement aux sens du grand public, plus son succès sera décisif. L’art des médias consiste précisément en ce que, se mettant à la portée des milieux dans lesquels s’exerce l’imagination, ceux du grand public dominé par l’émotion, ils trouvent en prenant une forme psychologiquement appropriée le chemin de son cœur. »

#124646 
27/05/2016 à 16:01 par morvandiaux

7 milliardaires détiennent 95 % de la presse : un scandale !!
(il existe une vidéo mais considéré comme SPAM)

#124661 
RSS RSS Commentaires
   
Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais (prologue de Nelson Mandela)
Salim LAMRANI
En Occident - en Europe et aux Etats-Unis tout particulièrement -, Cuba suscite énormément de critiques et de controverses. Ce petit pays de onze millions d’habitants dispose d’une couverture médiatique disproportionnée par rapport à sa taille et les médias sont unanimes pour stigmatiser la plus grande île des Caraïbes et diaboliser son leader historique Fidel Castro. Les attaques sont virulentes, jamais nuancées et à sens unique. Cuba serait un enfer pour ses habitants avec un système archaïque et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.