RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La Célébration israélienne de destruction, dépossession et profanation

Jeremy SALT
Le 10 mai de cette année, l’État d’Israël ... mais attendez un instant ... avant d’aller plus loin ... l’ « indépendance » de cet État n’a-t-elle pas été proclamée en 1948 par un petit groupe de colons ? Ce qui la place exactement dans la même catégorie que la « déclaration unilatérale d’indépendance » faite en 1965 par Ian Smith, qui représentait le groupe minoritaire des colons de Rhodésie (aujourd’hui Zimbabwe). La notion d’indépendance déclarée par un groupe minoritaire de colons au détriment de la majorité autochtone était absurde et elle a été tout naturellement rejetée par le reste du monde lorsqu’elle a été proclamée par les colons de Rhodésie. C’est très étrange qu’elle ait pu être acceptée sans protestation lorsque les colons installés en Palestine l’ont proclamée à leur tour, surtout à une époque où la décolonisation et l’autodétermination étaient à l’ordre du jour. Cette question est toujours la principale épine dans le pied de l’État d’Israël. Mais passons... Le 10 mai, l’État colonial de peuplement israélien va (...) Lire la suite »
14 
Comprendre la situation en Colombie

D’où vient et où va la Colombie ?

Romain MIGUS

D’insoutenables violences submergent la Colombie. L’armée, la police, et des groupes paramilitaires assassinent le peuple colombien impunément. Les Colombiens crient leur désespoir et leur rage en espérant que leur réalité transcende les frontières. Cela dure depuis longtemps, très longtemps, trop longtemps. Depuis la trahison de Simon Bolivar par Francisco de Paula Santander, au XIXe siècle, l’oligarchie colombienne n’a eu de cesse d’étouffer avec zèle toutes les velléités de révolte populaire. Une situation qui a pris une tournure encore plus tragique avec l’assassinat de Jorge Eliecer Gaitan en 1948, évènement fondateur d’une guerre sans répit contre le peuple. Comment se fait-il qu’une chape de plomb médiatique et politique ait, depuis au moins 60 ans, couvert les cris de souffrance de ce peuple opprimé ?

Ce qui se déroule désormais sous nos yeux n’est que le dernier épisode d’une guerre de classe (et devrait-on aussi ajouter de la guerre d’indépendance initiée il y a 200 ans) dont la recrudescence correspond à l’arrivée d’un secteur mafieux dans les arcanes du pouvoir. Qu’est-ce que l’uribisme ? L’uribisme est le système mis en place par l’ancien président Alvaro Uribe Velez et une partie de l’oligarchie foncière avant même leur accès au pouvoir en 2002. Ce système est une excroissance narco-mafieuse de la guerre civile qui dévore le pays depuis plusieurs décennies. Originaire d’un secteur de propriétaires ruraux qui s’est développé aux côtés des narcotrafiquants, l’uribisme forme une communauté d’intérêt avec l’oligarchie traditionnelle et la bourgeoisie industrielle tout en préservant un développement autonome. Élu en 2002 dans le contexte de la guerre civile qui déchire le pays entre l’État colombien épaulé par des milices paramilitaires, et les guérillas des Farcs et de l’Eln, Alvaro Uribe est la figure (...) Lire la suite »

États-Unis 2021 : Néolibéralisme malmené et la gauche en embuscade !

Yorgos MITRALIAS

Biden : bien mais pas assez...
États-Unis 2021 : Néolibéralisme malmené et la gauche en embuscade !

Ayant été député ou sénateur pendant 39 ans, et vice président du pays pendant huit ans supplémentaires, Joe Biden a eu évidemment tout le temps pour se faire un profil de politicien que Wikipedia situe avec raison à “l’aile droite du parti Démocrate”. Alors, que se passe-t-il pour que les uns après les autres des économistes de gauche et même d’extrême gauche se déclarent “surpris agréablement” par le bilan des 100 premiers jours de la présidence de Biden, allant même jusqu’à constater qu’il s’éloigne du néolibéralisme dominant ? Comme en notre époque il n’y en a plus de miracles, ce qui se passe c’est tout simplement qu’il y a désormais aux États-Unis non seulement de très importants mouvements populaires mais aussi des forces de la gauche radicale jouissant d’une influence sociale sans précédent, capables de faire sentir leur présence au centre de la scène politique, et même d’imposer quelques-unes de leurs thèses et de leurs propositions ! Et pour preuve, voici tout de suite comment se manifeste cette capacité (...) Lire la suite »
10 

Cali, Colombie. Les nazis sont parmi nous !

Gérard FENOY

La répression d’une violence inédite qui s’abat sur les participants à la grève nationale commencée le 28 avril indigne tous les amis de la Colombie et de l’Amérique Latine : les autorités reconnaissent une trentaine de morts ; les ONG des Droits Humains annoncent plusieurs centaines de disparitions, des milliers de blessés, des viols dans les casernes, le vol à grande échelle des téléphones portables, sacs à main et autres pièces d’identité etc.

Ce que nous appelons en France des « bavures policières » est devenu en Colombie le nec plus ultra de la stratégie anti-manifestation. Des motos sans immatriculation tirent dans la foule et disparaissent dans la plus totale impunité ; des étudiants sont tabassés sans pitié à un contre quatre ; on remarque comme au Chili des blessés éborgnés ; impossible de savoir où se trouvent les étudiantes arrêtées... Bref une stratégie de la terreur. Les Forces Armées et la Police colombiennes ont osé mettre en pratique les théories d’Alexis Lopez, officiellement invité à une série de conférences par l’État-major il y a quelques semaines. Le point de départ en est la « Revolucion molecular disipada » (Révolution moléculaire dissipée), qui expliquerait la multiplicité des protestations : au lieu d’avoir plusieurs fronts de guérillas, l’opposition au gouvernement démocratiquement élu organiserait dans toutes les villes, les quartiers et les villages des défilés contre les autorités. Pas d’autorité centrale ; pas de hiérarchie ; (...) Lire la suite »
PREMIERE PARTIE

Comprendre la « goebbelisation » de Libération en 10 épisodes (et au dixième je cafte un secret, sans remords)

Maxime VIVAS
Qu’est-ce que Libération qui diffuse des « fake news » sur les Ouïghours et fait le bonheur de Washington ? 1er épisode. Où je suis moins crédible que Nabilla Dans son article du 30 mars « Qui est Maxime Vivas, ce Français qui dénonce des « fake news » sur les Ouïghours et fait le bonheur de Pékin ? », Laurence Defranoux écrit sur moi (pas sur mon livre, hein !) : « Deux ouvrages sur Reporters sans frontières lui ont valu, en 2008, un conflit avec Robert Ménard et des mentions dans la presse régionale française et sur le blog de Jean-Luc Mélenchon, lequel préfacera un de ses livres en 2011. Ce qui ne le rend pas pour autant « célèbre » – son compte Twitter vient juste de dépasser les 2 000 abonnés ». La célébrité (et donc la crédibilité ?) mesurée au nombre abonnés sur Twitter ! Avec deux ans de moins qu’elle sur Twitter et sans écrire dans un quotidien aussi médiatisé que Libération, j’ai à ce jour le même nombre d’abonnés qu’elle (mais moins que Nabilla, j’admets). Mon « conflit » avec Robert Ménard ? En fait, (...) Lire la suite »
26 
DEUXIEME PARTIE

Comprendre la « goebbelisation » de Libération en 10 épisodes (et au dixième je cafte un secret, sans remords)

Maxime VIVAS

« Je vous préviens, Libération,
Qu’au 10ème épisode, je touche ! »

Qu’est-ce que Libération qui diffuse des fake news sur les Ouïghours et fait le bonheur de Washington ? 7ème épisode. Libération contre le Washington Post Dans son article du 30 mars « Qui est Maxime Vivas, ce Français qui dénonce des « fake news » sur les Ouïghours et fait le bonheur de Pékin ? », Laurence Defranoux écrit, je le redis ici : « Faisant fi des critères établis par la Convention [de Genève] pour la prévention et la répression du crime de génocide signée par les Nations unies en 1948, il est persuadé qu’il ne peut y avoir de « génocide » puisqu’il n’y a pas d’« extermination. » D'abord, je ne suis pas le seul, comme on va le voir ci-dessous. Et puis, Mme Defranoux a un discours changeant au gré des mois et du public. Michael O’Hanlon, le Washington Post, 8 avril 2021. « Les États-Unis ont très peu à gagner à surdémoniser la Chine Mais le génocide désigne historiquement les meurtres de centaines de milliers ou de millions d'individus. Rien de semblable ne s'est produit contre les Ouïghours. De plus, (...) Lire la suite »
15 

Chronologie des actions militaires contre le Venezuela

Romain MIGUS

Le Venezuela est en guerre. Une guerre hybride où se mêle plusieurs fronts : institutionnel, diplomatique, psychologique, économique et militaire. Sur ce dernier front, le Venezuela est constamment harcelé par des groupes irréguliers composés de déserteurs, de mercenaires, de membres de la pègres, et de services spéciaux étrangers. Nous avons précédemment décrit les stratégies militaires à l’oeuvre au Venezuela depuis quelques années. En complément, nous avons élaboré une chronologie de ces actions militaires visant à renverser le gouvernement de la Révolution boliviarienne. Ce sont ici des faits bruts, incontestables et que vous ne lirez dans aucun média dominant.

10 juin 2013 : Neuf paramilitaires ont été capturés à Coloncito (Táchira) et Guanare (Portuguesa), membres de Los Rastrojos, liés au chef paramilitaire colombien José María Barrera, alias « Chepe Barrera », armés de fusils d’assaut, de grenades et de pistolets. Les autorités ont trouvé une boîte noire prête à être utilisée pour un faux positif dans un accident d’avion. Les paramilitaires capturés auraient dit qu’un troisième groupe se trouvait déjà dans la capitale avec des armes de sniper. Ils avaient prévu de se rendre dans la capitale de l’État, où ils se verraient confier une mission à accomplir à Caracas : assassiner le président Maduro. 25 mars 2014 : Un groupe de généraux de l’aviation militaire a été capturé, qui possédaient des liens directs avec les secteurs de la droite. Ils ont eux-mêmes déclaré que « cette semaine était décisive ». Ils préparaient un plan de soulèvement militaire, dénoncé par des officiers de rang inférieur. Il s’agissait du général de brigade (Av) José Daniel Machillanda Díaz, du général (...) Lire la suite »

Les branches vertes de Washington en Europe

Diana JOHNSTONE
Le cœur de l'empire américain est sa domination de l'Europe, directement par le biais de l'OTAN et indirectement par un réseau de traités, d'institutions et d'organisations d'élite qui élaborent un consensus politique et sélectionnent les futurs dirigeants des pays européens. L'influence américaine omniprésente a entraîné une détérioration radicale des relations entre les pays d'Europe occidentale et la Russie. La Russie est une grande nation qui occupe une place importante dans l'histoire et la culture européennes. La politique de Washington consiste à expulser la Russie d'Europe afin d'assurer sa propre domination sur le reste du continent. Cette politique implique de créer des hostilités là où il n'y en a pas et de perturber ce qui devraient être des relations fructueuses entre la Russie et l'Occident. Il est évident pour tous les observateurs sérieux que les échanges commerciaux entre la Russie, riche en ressources, et l'Allemagne, fortement industrialisée, sont tout à fait naturels et bénéfiques (...) Lire la suite »

Les charognards de la bourgeoisie (les leçons de la Commune, III)

Bruno GUIGUE

La principale leçon de la Commune, c’est que le peuple en armes, guidé par la fraction la plus résolue de la classe ouvrière, peut saisir directement les rênes du pouvoir politique.

Sa radicale nouveauté, et son exemple fécond, c’est d’avoir montré qu’on peut se passer des politiciens bourgeois pour jeter les fondements d’une République sociale, et que le prolétariat allié à la petite bourgeoisie peut lancer ce défi à la classe possédante et à ses serviteurs. Mais la tragédie de la Commune, hélas, a fait aussi la démonstration que cette classe possédante ne recule devant aucune ignominie lorsque ses intérêts sont menacés par ceux d’en-bas. On sait, parce que ses témoins les plus lucides, Lissagaray et Marx, y ont suffisamment insisté, combien la Commune a été paralysée par sa timidité et sa naïveté. Mais cette modération volontaire n’a pas épargné aux hommes et aux femmes de la Commune les horreurs d’une répression féroce. Au contraire. En scellant sa défaite, elle les y a condamnés. « Que la Banque de France soit restée une enclave versaillaise en plein cœur de Paris, c’est un étonnement et un scandale », écrit Henri Lefebvre dans « La proclamation de la Commune ». Moyen de pression sur le (...) Lire la suite »
20 
L’article en français des deux prestigieux nord-américains qui démontent la fable du « génocide ».

Les allégations de génocide au Xinjiang sont injustifiées

Jeffrey SACHS et William SCHABAS

Jeffrey Sachs est un économiste proche de nombreuses administrations démocrates US. Il est considéré comme l’un des cent intellectuels les plus influents au monde. Il a été le conseiller de plusieurs secrétaires généraux des Nations Unies dont Antonio Gutteres.

William Schabas est un professeur de droit de réputation mondiale, un spécialiste écouté aux Nations Unies sur les questions de la torture, de la peine de mort et du génocide.

Le texte ci-dessous est la traduction de leur article « The Xinjiang genocide allegations are unjustified » paru dans l’édition du 20 avril de « PS » (« Project Syndicate »), un réseau de 459 médias dans 150 pays.

Le 21 avril, ce texte a fait l’objet dans LGS d’une analyse de Gaston Monatte : « Ouïghours : un pavé (made in USA) dans la mare » où se lit en filigrane une annonce d’un infléchissement (ou revirement) possible de la propagande étatsunienne sur le sujet.

Dans l’immédiat, tremblons pour nos médias qui se sont acharnés sur un de nos administrateurs qui avait soutenu hier (l’impudent !) ce qui se vérifie aujourd’hui.
LGS

* * * Les allégations de génocide au Xinjiang sont injustifiées L'administration du président américain Joe Biden a réitéré l'affirmation selon laquelle la Chine organise un génocide contre le peuple Ouïghour dans la région du Xinjiang. Mais elle n'a fourni aucune preuve et, à moins qu'elle ne le fasse, le département d'État devrait retirer cette accusation et soutenir une enquête de l'ONU sur la situation au Xinjiang. NEW YORK/LONDRES - Le gouvernement américain a inutilement intensifié sa rhétorique contre la Chine en affirmant qu'un génocide est en cours contre le peuple Ouïghour dans la région du Xinjiang. Une accusation aussi grave a son importance, car le génocide est considéré à juste titre comme "le crime des crimes". De nombreux experts appellent désormais au boycott des Jeux olympiques d'hiver de 2022 à Pékin, qu'ils qualifient de "Jeux olympiques du génocide". L'accusation de génocide a été lancée le dernier jour de l'administration de Donald Trump par le secrétaire d'État de l'époque, Michael (...) Lire la suite »

Pérou : Le cri du Peuple et le rugissement des élites

Romain MIGUS

Le Pérou est une énigme. C’est certainement le pays qui condense le plus d’imaginaire social dans nos pays, et pourtant il reste l’un des plus méconnu d’Amérique du Sud. Grâce au dynamisme de son secteur touristique, chacun peut associer facilement la nation andine au Machu Pichu, aux lamas, à sa riche gastronomie, et à un certain folklore qui résonne parfois dans les bars ou métros des capitales européennes. Pour les lecteurs de Tintin ou les adeptes des Cités d’Or, l’évocation du Pérou active un imaginaire, certes non dépourvu de colonialisme, mais qui fait que le pays entretient l’illusion d’une certaine proximité, à l’inverse de nombreux de ses voisins régionaux.

Cependant, dès que l’on s’aventure sur les chemins des réalités politiques et économiques, le Pérou demeure une grande inconnue. Des pays moins emblématiques pour le citoyen occidental, tel que l’Uruguay ou l’Équateur, ont su attirer l’attention grâce aux processus politiques menés par des leaders charismatiques comme Pepe Mujica ou Rafael Correa. Pendant ce temps, le Pérou, englué dans une crise institutionnelle systémique depuis de nombreuses années, n’a généré que peu d’attention médiatique et politique. Une fois encore, le hasard des calendriers électoraux a focalisé l’intérêt politique sur l’Équateur où simultanément aux élections péruviennes se déroulaient le deuxième tour de l’élection présidentielle.

Et durant de long mois, avant que celle-ci ne soit finalement repoussée, l’élection pour la Convention Constituante au Chili -prévue initialement à la même date- a éveillé toutes les attentions outre-Atlantique. Pourtant, le Pérou vit une situation politique intense. Et riche d’enseignement pour les luttes politiques et sociales en Occident. Un système politique à l’agonie Pour saisir la dynamique politique et économique du Pérou, il faut remonter le fil chronologique aux années 90. Le pays se trouve alors aspiré dans une féroce spirale inflationnnaire, et est plongé dans la guerre civile contre la guérilla du Sentier Lumineux. Les péruviens veulent du changement et de la stabilité. Ils portent, contre toute attente, Alberto Fujimori à la présidence du Pérou. Celui-ci va se livrer à une guerre sans merci contre les groupes insurrectionnels, et parallèlement opérer une thérapie de choc économique d’une extrême violence qui placera le Pérou sur les rails du néolibéralisme. Afin de contourner un parlement (...) Lire la suite »
Elle a raté 2022, elle vise 2027

Ambitieuse et pressée, Clémentine Autain a besoin des Ouïghours

Vincent MORET

Clémentine Autain : 22 avril. « Mettre le mot sur l’horreur, c’est se donner des moyens de la combattre. A l’internement de masse des Ouïghours, aux stérilisations forcées, à leur mise en esclavage… nous devons opposer une voix ferme et haute de ses valeurs. » (sic).

Cf. Compte Facebook de Clémentine Autain, 22 avril 2021. La pétition : ». Le texte de la pétition est de Dilnur Reyhan directrice de « L’Institut Ouïghour d’Europe. » Cet Institut se réclame d’un mystificateur international, Adrian Zenz et d’une fausse ONG, Human Rights Watch sur laquelle Maxime Vivas nous apprend ceci dans son livre sur les Ouïghours (1) : « Human Rights Watch (HRW), la CIA et le prix Nobel En 2014, une lettre d’Adolfo Pérez Esquivel, Prix Nobel de la Paix et de cent professeurs demandaient à Human Rights Watch de se démarquer de la politique des USA. La lettre exigeait de cesser son parti pris dans ses condamnations des pays. Ils notaient que parmi l’Etat-major de HRW on trouve ou on a trouvé un ancien assistant spécial du président Bill Clinton, rédacteur de discours de la Secrétaire d’Etat Madeleine Albright, tandis que la vice-présidente du conseil d’administration se déclarait être « une vieille amie de Bill Clinton » et militante du parti Démocrate. On y a vu aussi un ancien (...) Lire la suite »
63 

Obsolescence programmée des vaccins étasuniens et revaccination annuelle : la guerre de Big Pharma ne fait que commencer

Guillaume SUING
C’est sans doute une surprise pour tous ceux qui croient aux « remèdes miracle » et aux solutions garanties sur l’honneur par les EU et l’Union Européenne ou par Macron : l’alliance Pfizer-BioNtech, pionnière avec Moderna des fameux vaccins à ARN contre le Covid-19, nous annonce déjà une hausse de ses tarifs en s’installant « dans la durée », « dans une logique de marché classique » et, la chose est d’importance, une possible « troisième dose », destinée à « renforcer l’efficacité » du vaccin contre les variants actuels. « Il est de plus en plus probable qu’une revaccination annuelle aura lieu » a récemment déclaré Franck D’Amelio, directeur financier de Pfizer...[1] Bref, ce que nous annonce Pfizer, mais aussi dans son sillage Moderna et Astrazeneca (nouveau vaccin avec ARN « réactualisé » pour les nouveaux variants, mélanges de vaccins, troisièmes doses) est aux antipodes de la stratégie des chinois ou des cubains ; celle de la « durabilité ». C’est la confirmation d’une stratégie lucrative et « d’obsolence (...) Lire la suite »
17 
Quand deux intellectuels étasuniens mondialement réputés contestent l’existence d’un génocide ouïghour

Ouïghours : un pavé (made in USA) dans la mare

Gaston MONATTE

Dans un article publié dans un média qui est une référence internationale en matière de politique étrangère, deux intellectuels étasuniens notoires demandent à leur gouvernement de ne pas poursuivre la campagne « contre productive » sur le prétendu génocide des Ouïghours.
Après un article allant dans le même sens, publié par le Washington Post et après les avis d’avocats du Département d’Etat pour qui le mot « génocide » n’est pas « prouvable », il se pourrait bien que le point fort de la campagne mondiale antichinoise, relayée en France par des médias quasi unanimes, soit sur le point d’être supplantée par d’autres bobards.
LGS

"PS" c’est-à-dire “Project syndicate”, est un réseau de 459 médias dans 150 pays. Dans son édition du 20 avril , il présente un article signé Jeffrey Sachs et Willian Schabas intitulé” the Xinjiang genocide allegations are unjustified”, en d’autres termes “Les accusations de génocide au Xinjiang sont injustifiées”. Les auteurs autant que la publication jettent un sérieux pavé dans la mare de la campagne internationale hystérique des médias et de quelques politiciens de droite comme de gauche qui “sans opportunisme” aucun, font le choix de soutenir les activistes de groupuscules séparatistes Ouïghours qui en appellent au “Jihad” et à ”anéantir la Chine”. Ces derniers sont en réalité ceux qui terrorisent les Ouïghours du Xinjiang”. De Clémentine Autain à l’atlantiste Raphaël Glucksmann de Nabilla à l’évangéliste de la secte”Born again” Adrian Zenz qui pense que sa dénonciation de la Chine est guidée par Dieu, il est devenu dorénavant “fashion” de participer au boycott du coton en provenance du Xinjiang initié par des (...) Lire la suite »

Torture à l’australienne : Un nouveau pays secret (New Matilda)

Lissa JOHNSON

Il s’avère qu’il est étonnamment facile de tolérer la torture de ses citoyens lorsqu’on est un pays qui en a l’habitude. Le docteur Lissa Johnson s’exprime sur le silence du gouvernement australien à l’égard de Julian Assange.

En tant que citoyen australien, Julian Assange a établi un certain nombre de premières pour l'Australie. Il a été le premier à créer une plateforme médiatique cryptée Dropbox permettant aux lanceurs d'alerte de partager anonymement des masses d'informations dans l'intérêt public, une pratique désormais adoptée par les médias du monde entier. Il est peut-être le premier éditeur au monde dont les articles sont exacts à 100 %. Bien sûr, il n'est pas le premier Australien à remporter le prix Walkley de la meilleure contribution au journalisme, mais il est le premier lauréat de ce prix dont le journalisme primé lui fait risquer de passer 175 ans dans les prisons américaines. Cette première remarquable fait de lui le premier journaliste australien à être poursuivi comme espion par le gouvernement américain. En fait, il est le premier journaliste à avoir été poursuivi comme espion par le gouvernement américain, en vertu de la loi sur l'espionnage de 1917. Si les poursuites engagées contre Assange aboutissent, (...) Lire la suite »
Parlons (Inter) Net
Pour ou contre l’esclavage ?

Ils ont marqué un mois de mai.

Maximilien Robespierre, avocat et homme politique français est né le 6 mai 1758. C’est un des pères de la République. Je retiens de lui aujourd’hui cette phrase : « La même autorité divine qui ordonne aux rois d’être justes défend aux peuples d’être esclaves. »

Karl Marx est né le 5 mai 1818. Théoricien de la révolution socialiste et communiste, il a marqué à jamais les disciplines comme la philosophie, l’histoire, la sociologie, l’économie. Il a décrit ainsi la condition ouvrière : « Une différence essentielle est que l’esclave moderne se croit "libre" alors que l’esclave ancien n’avait pas cette illusion ».

Napoléon Bonaparte est mort le 5 mai 1821. Despote sanguinaire, il massacra partout en Europe et rétablit l’esclavage.

Il est donc dans la nature de notre époque, où l’opinion est fabriquée par les médias aux mains de quelques milliardaires faiseurs de présidents, que les dates de naissance des deux premiers n’aient jamais eu quelque importance, tandis que l’anniversaire de jour de la mort du tyran soit l’occasion d’en faire une gloire nationale.

Théophraste R. Editorialiste libre, « Pourvou qué ça douré ! » (comme disait la mère de Napoléon quand elle apprenait que son fils avait tué plein d’ennemis).

16 






 
Voir aussi
La Libération de la France, sans les Français
Quelle magnifique cérémonie anniversaire de la Libération nationale ! Entièrement réservée au président, à l’exclusion de tous les Français. Ils ne la méritent pas. La traditionnelle remontée des Champs-Élysées s’est déroulée, sans public, sans drapeau – (...)
Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.
12 
NON à l’extradition de Sergio TORNAGHI - Pour une loi d’amnistie en Italie (Pétition + Cagnotte)
Nous avons tous été estomaqués quand nous avons appris la nouvelle. Sergio, notre pote Sergio Tornaghi, que nous connaissons depuis tant d’années et qui vit aujourd’hui, avec ses ânes et ses poules, au fin fond du Périgord Vert, venait d’être raflé au (...)
Au-delà du spectaculaire des Dix petits Nègres, le charme discret du racisme chez Agatha Christie
Curieuse mésaventure, que celle d’Agatha Christie, indéboulonnable interprète du politiquement correct pendant cinquante ans, aujourd’hui montrée du doigt par le politiquement correct à la sauce des années 2000 ! On peut encore trouver, sur une même (...)
Rosa LLORENS
Pourquoi le capitalisme britannique s’accroche-t-il à la monarchie ?
Par le correspondant socialiste Philippos Andreou de Schleswig-Holstein-Sonderberg-Glucksburg, est finalement décédé après 70 ans de vie dans un luxe remarquable aux dépens de l’État-providence. Alors que la Commission gouvernementale sur les (...)
Le correspondant socialiste
Le discours de Xi Jinping au Forum de Boao et les reportages biaisés sur le sujet
Un article de Reuters sur un discours du président chinois Xi Jinping révèle comment les reportages « occidentaux » biaisent la vision des problèmes mondiaux : Le président chinois Xi Jinping appelle à un ordre mondial plus juste alors que la rivalité (...)
Moon of Alabama
Après le 1er Mai, déconfiner les luttes !
Ce 1er mai marque un virage dans les luttes sociales et une accélération du combat politique. D’abord le nombre de participants dans les manifestations (+ de 300 initiatives dans toute la France ) dépasse les 150 000 manifestants. Ensuite la (...)
Jose ESPINOSA
Boris Johnson est du menu fretin
Boris Johnson est un menteur invétéré. Nous savons tout cela. Il a été limogé à au moins deux reprises pour avoir menti. Il a été limogé du Times en 1988 pour avoir fabriqué une citation de l’historien Colin Lucas, pour un article en première page. En (...)
Le correspondant socialiste
Elections madrilènes : le tableau de chasse de Diaz Ayuso
Il n’y avait pas que les bars : les Madrilènes ne supportent plus la pandémie et Ayuso leur a donné ce qu’ils voulaient. Díaz Ayuso balaie la gauche, Pablo Iglesias et la lutte contre la pandémie par une victoire écrasante dans un lieu qui était déjà (...)
Íňigo SAENZ de UGARTE
Une mesure prioritaire : reconstruire le produire en France par la franche nationalisation des secteurs stratégiques
C'est la 7e des 30 mesures prioritaires portées collectivement par le PRCF : Reconstruire le produire en France par la franche nationalisation des secteurs stratégiques Situation : Le tissu productif de la France à la solde des privatisations (...)
Fadi KASSEM
Hausse du SMIC : l’arnaque de la droite
Guillaume Pelletier, jeune libéral incarnant la relève chez « Les Républicains », clame partout son intention d’augmenter le SMIC pour relancer l’économie. Venant de la droite, une telle idée interpelle et l’on se dit qu’elle cache quelque chose. (...)
Damien ASTIER
En 2016, quand l’assassin d’un musulman, puisque musulman, par un "Français de souche" a été jugé "irresponsable". Indignation ? Zéro !
Il y a des morts qui sont plus égales que d'autres. Ainsi l'assassin raciste de Mohamed El Makouli, dans le Vaucluse, a été jugé irresponsable du fait de le consommation de drogue. Dehors, dans l'opinion, dans la presse qui dénonce tant (...)
Tahoufiq TAHANi
Un cran de plus dans l’offensive réactionnaire
A la recherche d’une hégémonie culturelle pour accéder au pouvoir, l’extrême droite est entrée dans une guerre de position, cherchant à sceller, par une bataille idéologique de tous les instants, l’alliance entre une partie du bloc populaire, que (...)
Patrick LE HYARIC
Le Monde Diplomatique (mai 2021)
Serge Halimi s’étonne que, dans la perspective de l’élection présidentielle, la politique étrangère n’intéresse plus personne : « Que l’on souhaite ou non une alliance de la gauche et des écologistes en vue de l’élection présidentielle française de l’année (...)
Bernard GENSANE
Contre nous de la tyrannie, l’étendard sanglant est levé !
Laurent Mucchielli vient de publier sur son blog un article intitulé : L’espérance de vie a-t-elle réellement chuté de façon inédite en 2020 ? Dans un de mes articles précédents, j’avais cité ce chercheur, en ajoutant qu’au moins, lui, personne n’oserait (...)
Dominique MUSELET
27 
En Bretagne, l’intimidation des journalistes qui enquêtent dans l’agroalimentaire
Le mercredi 31 mars, Morgan Large découvre l'une de ses roues de voiture déboulonnée. La journaliste, qui enquête sur l’industrie agroalimentaire dans sa région, dérange. Et ce n'est pas la seule ... En réalité, les problèmes de Morgan ne (...)
Jérôme HENRIQUES
Derniers commentaires
Pour ou contre l’esclavage ?
Pour ou contre l’esclavage ?
La Célébration israélienne de destruction, dépossession et profanation
Pour ou contre l’esclavage ?
La Libération de la France, sans les Français
La Libération de la France, sans les Français
Pour ou contre l’esclavage ?
La Libération de la France, sans les Français
États-Unis 2021 : Néolibéralisme malmené et la gauche en embuscade !
La Célébration israélienne de destruction, dépossession et profanation
Pour ou contre l’esclavage ?
« Une candidature communiste en 2022 ne serait pas une surprise » : une franchement communiste et insoumise, si !
D’où vient et où va la Colombie ?
La Libération de la France, sans les Français
Pour ou contre l’esclavage ?
Pour ou contre l’esclavage ?
La Libération de la France, sans les Français
Mercedes Banegas Saorin, Jean Sibille (coords.). Entre francisation et démarcation.
États-Unis 2021 : Néolibéralisme malmené et la gauche en embuscade !
La Célébration israélienne de destruction, dépossession et profanation
RSS RSS Commentaires

le 14 mai 2021
vous étiez 6248 à contempler le Grand Soir.

Pour les accros des réseaux sociaux

Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.