RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


« Jour J » pour le changement de régime par la force au Venezuela

Moon of Alabama
Les Etats-Unis soutiennent l'opposition de droite au Venezuela contre le gouvernement socialiste du président Maduro. Depuis avril, l'opposition tente de déloger le gouvernement en menant des opérations violentes de changement de régime. Ses manifestations et ses combats de rue avec la police sont dirigés par des gangs violents et militarisés : Les manifestations de rue actuelles au Venezuela ressemblent de plus en plus à une guerre pure et simple. Alors que les forces de sécurité tirent des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et de temps en temps des balles réelles sur les foules agitées, des groupes de plus en plus déchaînés répondent avec des lance-pierres meurtriers, des bombes artisanales et des cocktails Molotov. Cette semaine, sept membres de la garde nationale, qui roulaient à moto, ont été blessés à Caracas lorsqu'une bombe posée au bord de la route a explosé. Les troupes de choc de l'opposition sont dirigées par des groupes de jeunes gens qui se font appeler les Templiers, les (...) Lire la suite »

Biodiversité. Des animaux de plus en plus menacés

Alexandra CHAIGNON

Jamais depuis la dernière extinction de masse, il y a 66 millions d’années, la planète n’avait perdu ses espèces de vertébrés à un rythme aussi effréné, alerte une étude.

En 2016, on ne comptait plus que 7 000 guépards et 35 000 lions africains, soit un déclin de 43 % depuis 1993, quand les populations d’orangs-outans de Bornéo ont chuté de 25 % ces dix dernières années. Quant aux girafes, elles sont passées de 115 000 spécimens en 1985 à 97 000 en 2015. Les pangolins, eux, ont été tout simplement décimés. Et plus près de nous, en France, le chardonneret a enregistré une baisse de 40 % de ses effectifs depuis dix ans... Autant de chiffres qui font froid dans le dos ! Selon une étude parue lundi dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (Pnas), plus de 30 % des espèces de vertébrés sont en déclin, à la fois en nombre d’animaux et en étendue. « Il s’agit d’un anéantissement biologique qui survient au niveau global, même si les espèces auxquelles appartiennent ces populations existent toujours quelque part sur Terre », affirment les auteurs de l’étude. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont examiné les évolutions de populations de 26 700 espèces (...) Lire la suite »

La fabrique des Nestor

Gaëtan PELLETIER
"En privatisant des éléments de la vie publique, l’organisation privée en prive la collectivité. La société privée opère donc un détournement de richesses au titre de la propriété ; elle ne se dégage pas de la vie publique, mais au contraire s’y engage dans le but d’y assurer une occupation. La société s’en trouve dominée par des sociétés. Le programme managérial qui se substitue au fait politique dans la société moderne contribue alors à jeter les bases d’un ordre gestionnaire que l’expression « gouvernance » baptisera plus tard, et radicalisera." Alain Deneault : Gouvernance *********** La décollectivité Il y a belle heurette ( eh ! oui, c'est ainsi que ça s'écrit, et c'est beau, du moins avant la glissade... belle lurette ) que le mot collectivité est un concept fantomatique trimbalé dans les sphères de la politique et de la totale financiarisation pour nous rassurer. La pratique du concept de collectivité a été matérialisée dans les premiers groupements humains obligés de s'unir pour survivre. Il faut (...) Lire la suite »

Le Qatar n’aime pas que la pierre de taille, aussi le terrorisme

Jacques-Marie BOURGET

La stratégie suicidaire de l’Arabie Saoudite qui, croyant réduire le Qatar l’a élevé au statut abusif de victime, a un effet sur ce monstre dont Bourdieu disait qu’il n’existe pas : l’opinion publique. Dans les chaumières certains esprits contrits imaginent le Qatar ravalé en Somalie ou Yémen où, pour survivre, il faut manger de l’herbe. Non, qu’on se rassure, inutile de lancer une quête pour un « SOS Qatar ». Si les choses de l’argent sont un peu plus difficiles, tout va bien. Mieux Erdogan et le Pakistan ont expédié des troupes pour défendre Doha… d’une offensive saoudienne qui restera imaginaire. Ne pleurez plus, le Qatar reste le bastion de l’islam le plus obscurantiste et radical, le wahhabisme, et son apparence de victime va conforter son activité messianique. Le 19 juin dernier, à Paris, le Centre International de Géopolitique et de Prospective Analytique (CIGPA) a tenu une cession consacrée aux différents aspects géopolitiques du Qatar. L’aide de Doha au terrorisme était au programme…

Le premier indice donné par le Qatar, afin de démontrer sa volonté politique majeure, celle de jouer un rôle décisif au Moyen Orient et même au-delà, dans une vision qui se voulait mondial, a été de donner refuge à tous les mouvements terroristes de la planète. A partir du moment où ils étaient d’essence sunnite et non hostiles aux Frères Musulmans. Ainsi Doha est devenu un lieu étrange, un peu comparable -mais à rebours- à ce que fût Alger dans les années 60 qui servait alors de base pour l’organisation et l’expression de tous les mouvements marxistes de libérations de peuples. La comparaison s’arrête ici, mais le Qatar a ouvert à Doha des bureaux, avec le statut virtuel d’ambassade, à tous les prêcheurs de djihad, à ceux qui rêvent d’Etat islamique ou de Califat. Cet outil diplomatique, si atypique, est surveillé à la fois par le bureau de l’émir et par les Frères Musulmans qui, au Qatar, sont un état bis. Pour ne citer que les plus notables, rappelons que le Front Islamique du Salut, le parti des tueurs (...) Lire la suite »

Venezuela, écarte de moi ce calice (lajiribilla.cu)

Enrique UBIETA GOMEZ
“Défendez-nous, vous qui savez écrire !”, demandait une vieille femme à Carpentier et aux intellectuels qui l’accompagnaient en juillet 1937, lors de son passage par un petit village de Castille, tout près de la capitale assiégée. L’écrivain cubain reprit cette anecdote dans les chroniques sur le IIème congrès International de Défense de la Culture qu’il publia dans la revue Carteles (1). La demande était justifiée : le peuple espagnol nous défendait tous, les armes à la main. Sans hommes et sans femmes il n’y a pas de culture. Bertolt Brecht l’avait dit pendant le 1er congrès, célébré deux années auparavant à Paris : « Ayons pitié de la culture, mais ayons d’abord pitié des hommes ! La culture sera sauvée quand les hommes seront sauvés ». Cette première rencontre avait senti le danger : le nazisme menaçait de s’étendre, pendant que les bourgeoisies « démocratiques » en Europe misaient sur le fait que les menaces visaient la jeune Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Alejo Carpentier. Chroniques publiées (...) Lire la suite »

Le glas sonne

Guillermo ALVARADO

Deux nouvelles très inquiétantes avec un potentiel de mobilisation aux conséquences imprévisibles ont secoué ces dernières heures le Brésil. L'une a été l'approbation par le Sénat d'une loi qui fait table rase de droits historiques des travailleurs et l'autre, la condamnation par un juge de première instance, à 9 ans de prison, de l'ex président et leader historique de ce pays, Luiz Inacio Da Silva « Lula », pour de présumés délits de corruption.

Une indignation profonde ébranle les piliers sociaux du dit Géant Sud-américain où la droite et les secteurs du patronat font des pieds et des mains pour instaurer un régime néo-libéral et pour empêcher, coûte que coûte, le retour au pouvoir de Lula et de son Parti, le Parti des Travailleurs. La réforme de l'emploi fait partie du train de mesures que le pouvoir économique a exigé du président Michel Temer en échange de son maintien à une présidence qui manque absolument de légitimité légale et qui n'a aucun appui populaire. Il s'agit, en réalité, de la matérialisation de vieilles aspirations du patronat qui auraient été impossibles sous les administrations de Lula et de Dilma Rousseff car elles privent les travailleurs de toute défense de leurs droits. Plus d'une centaine d'articles du Code du Travail ont été modifiés pour laisser aux mains des patrons des questions comme la durée de la journée de travail qui peut s'étendre jusqu'à 10 heures par jour, l'élimination du paiement des heures supplémentaires, (...) Lire la suite »

Brûler la nourriture : nouvelle tactique de la bataille des trente jours (hasta el nocau)

Marco TERUGGI
Le spectacle est désolant : des colis et des colis de nourriture brûlée. Du beurre, des pâtes, de la viande, du sucre fondus, du lait, du riz, calcinés par tonnes entières. Entre 50 et 60 au total sur les 180 tonnes qui étaient entreposées là quand, dans la nuit de jeudi dernier, deux individus sont entrés dans un dépôt du Mercal (magasin d’alimentation à bas prix de l’État) à Lecheria et y ont mis le feu. C’était le plus grand dépôt de l’État de Anzoategui. L’incendie a duré près d’une heure. Ils sont repartis en laissant derrière eux le bâtiment incendié et trois tags : « sales chavistes », « plus de famine » et « vive Leopoldo » (1). On savait que ce bâtiment était un objectif militaire pour la droite. Pas seulement celui de Mercal, mais aussi ceux de Pdval et du Centre d’approvisionnement Bicentenaire (autres systèmes publics d’alimentation à bas prix, NDLR) déjà attaqués avec des cocktails Molotov. Cette fois-ci, ils ont partiellement atteint leur objectif de détruire l’entrepôt tout entier dans le cadre d’une (...) Lire la suite »

Syrie - L’accord Trump-Poutine tiendra-t-il ?

Moon of Alabama
Le conflit entre les États-Unis et la Russie sur la Syrie semble s'être résorbé depuis la récente rencontre de Poutine et Trump à l’occasion du G-20. Il y a eu une sorte d'accord, mais on ne connait ni sa portée ni sa puissance contraignante. L’objectif commun est, comme d’habitude, la défaite d'ISIS. Source : Fabrice Balanche/WINEP Lors de la rencontre entre les présidents Trump et Poutine à Hambourg, il a été convenu d’une trêve temporaire pour la région du sud-ouest de la Syrie. Le gouvernement syrien (en violet) détient la ville de Deraa tandis que divers groupes d’insurgés parrainés par l’étranger (en vert), dont Al-Qaeda et l’EI, occupent les zones frontières d’Israël et de Jordanie. Il y a eu des combats sérieux après les récentes attaques d'Al-Qaïda sur la ville de Baath, près du plateau du Golan. Au cours de ces dernières, la force aérienne israélienne a soutenu plusieurs fois les groupes d'al-Qaïda en attaquant l'armée syrienne. En vertu de l'accord de trêve, la partie russe garantit que le (...) Lire la suite »

Pourquoi Les EU sont entrés en guerre en 1917 ?

vila

Aujourd’hui sur les champs Élysées, on commémorera le centième anniversaire de l’entrée en guerre des Etats-Unis avec comme invité d’honneur son président Trump.

C'est l'occasion d'extraire une partie de la substantifique moelle du livre de Jacques Pauwels (14-18, guerre de classes). Dans ce livre, il explique entre autre pourquoi les EU sont entrés dans le premier conflit mondial. Avant cela, il faut bien comprendre que l'essence même du capitalisme est malthusien. C’est-à-dire qu'une guerre, c'est avant tout l'occasion de supprimer le surplus de marchandise que l'anarchie de ce système économique a créé. Et ceci est vrai aussi bien pour le premier conflit mondial que le deuxième et pour celui qui vient. La guerre a aussi cet avantage de faire abattre sur la majorité de la population une terreur nihiliste qui a pour but de détourner les revendications de la classe ouvrière, et de mater toute velléité de changement. La guerre a donc cette vertu de supprimer les foyers d'une révolte qui pourraient abattre les privilèges du capital et aussi de se projeter dans un monde où il faut produire en grande quantité pour contenter les survivants démunis (comme les (...) Lire la suite »
15 

Casseroles pour les pauvres, vrais véhicules pour les riches

Georges SPÖRRI

Certains camarades pensent que Nicolas Hulot est un écologiste sincère. Ce n’est pas mon cas : je le considère comme une tirelire subventionnée par le capital et comme un précieux allié de la finance française qui a besoin de placer ses pions partout, y compris dans certains milieux "contestataires".

Certains camarades ont été surpris de constater que, très tôt, bien avant d'être le favori des sondages, Macron a reçu des soutiens non prévisibles : Cohn-Bendit, Renaud, Robert Hue, Braouzek, Rugy, Pompilli, etc. Argument pourri des traîtres : il faut voter Macron dès le premier tour parce qu'il est le seul qui puisse précéder Marie Le Pen. Hulot a fait beaucoup mieux, pire si vous préférez : en soutenant le gouvernement Macron il est le principal contributeur de la confusion mentale massive qui a abouti à la victoire de LREM aux législatives, sur fond d'abstention massive et de désarroi de l'électorat "dominé-exploité". Les annonces d'Hulot sont là pour brouiller encore plus l'image de ce que sera le macronisme : un renforcement des dictatures du patronat et de la finance qui existent déjà plus un ethnocentrisme de classe décomplexé et un mépris affiché des populations les plus dominées et les plus exploitées (chômeurs, ouvriers, employés, fonctionnaires des catégories B, C et D...etc.). Le macronisme (...) Lire la suite »
54 
Faut-il attendre quand le gouvernement fonce ?

Dans la rue le 12 juillet pour défendre la Code du travail

Vincent MORET

« Non à la casse du code du travail »

Le 12 juillet, rassemblements populaires partout en France pour dire « non » à la casse du code du travail par ordonnances comme le veut Emmanuel Macron.

À Paris, le rassemblement se tiendra à 18h30 place de la République en présence de Jean-Luc Mélenchon et des députés de la France insoumise. Plafonner les indemnités prud’hommales de licenciements, augmenter la durée maximale du travail à 60 heures par semaine, étendre les forfaits jours sans accord collectif, faciliter les licenciements économiques, mettre fin aux paiements des heures d’astreinte, autoriser l’employeur à baisser les salaires sans l’accord des salariés concernés et sans raison économique... c'est son prooojeeeet. Selon le mot d'un député insoumis : le gouvernement En Marche veut piétiner 150 ans de droit sociaux. En mars 2016, LGS publiait un article où il apparaissait que même Tarzan était contre la casse du Code du travail. PS ou LREM au pouvoir, l'article reste d'actualité, sauf sur un détail : Jane a disparu. Même Tarzan défend le Code du Travail : « Comment voulez-vous que le chômage recule si je ne peux pas créer des chômeurs ? » C’est le dernier illogisme du MEDEF (donc du PS) (...) Lire la suite »
36 
L’arbre de la liberté rafraîchi avec le sang des patriotes et des tyrans

Dans les profondeurs historiques de l’État profond étasunien

Jada THACKER

Il semble que tout le monde parle de l’État profond de nos jours. Bien que le terme semble avoir pénétré le langage commun à la fin des années 1990, pendant des années il ne faisait référence qu’à des gouvernements de l’ombre étrangers, sûrement pas à notre propre « nation indispensable ». Est-ce que la présence soudaine d’un État profond étasunien – grossièrement définie comme une élite non élue qui manipule le gouvernement élu pour servir ses propres intérêts – constitue une menace nouvelle, voire existentielle, pour la démocratie ?

Pas vraiment. La menace semble assez réelle, mais elle n’est pas nouvelle. Considérez ces faits : il y a 230 ans, un groupe non élu d’élites américaines a tenu une réunion secrète avec un ordre du jour non divulgué. Leur but n’était pas seulement de manipuler un gouvernement légitime dans leur propre intérêt, mais de l’abolir complètement. À sa place, ils installeraient un gouvernement radicalement non démocratique – un gouvernement « plus parfait », ont-ils déclaré – disons mieux adapté à leurs portefeuilles d’investissement. L’histoire n’appelle pas ces conspirateurs l’État profond. Elle les appelle les Fondateurs. Les Fondateurs ne se considéraient pas eux-mêmes comme des conspirateurs, mais comme des « républicains » – non pas en référence à un parti politique, mais plutôt à leur position économique dans la société. Mais leur dévouement au « républicanisme » était visiblement intéressé. Un texte courant de l’université, « The American Journey : A History of the United States », révèle, sans l’expliquer, « (...) Lire la suite »

Le spectre du fascisme au Venezuela (Venezuela Analysis)

Alci Rengifo
Il était presque inévitable que la crise vénézuélienne engendre des spectres du fascisme. Avec 80 morts au cours d'affrontements de rue persistants, et la nation prise entre une bureaucratie incertaine et une vieille garde de l'opposition, le terrain est prêt pour l'apparition de nouveaux acteurs radicaux. Le 27 juin, la situation déjà volatile a pris un nouveau tournant lorsqu'un hélicoptère de police détourné fut utilisé pour attaquer plusieurs bâtiments gouvernementaux. Le ministère de l'Intérieur et de la Justice et la Cour suprême furent visés par des attentats à la grenade, sans faire de blessés. Ce qui devrait attirer plus d'attention, c'est la vidéo publiée lors de l'assaut par Oscar Alberto Perez, un officier de l'Agence de police criminelle et scientifique du Venezuela. Perez a non seulement participé à l'attaque, mais prétend faire partie d'un réseau souterrain infiltré dans les forces de sécurité et de l'armée, déterminé à faire tomber le gouvernement sous assaut de Nicolas Maduro. Ce fut un (...) Lire la suite »
14 

Des « porteurs de boucliers » à Oscar Pérez : comment les médias blanchissent l’image du terrorisme au Venezuela

Alba Ciudad

L’agence Reuters a organisé une séance photo à 23 “escuderos” (du mot escudo = bouclier) ou membres de la dénommée Résistance, des jeunes qui ont commis de graves délits sous couvert de leur « lutte » contre le gouvernement de Nicolas Maduro. “(Le palais présidentiel de) Miraflores en flammes”, dit ce bouclier. Photo : Carlos García Rawlins, Reuters.

Qu’arriverait-il si les fondamentalistes religieux qui posent des bombes, écrasent des personnes et exécutent des actes terroristes dans des pays européens, était soudain présentés par les agences de presse internationales comme des héros, des personnes sensibles qui se préoccupent d’autrui ? C’est à peu près ce qui se passe en ce moment au Venezuela : d’importantes agences internationales comme Reuters, et des médias du monde entier (du Washington Post, à CNN, El País d’Espagne ou El Comercio du Pérou) présentent comme des héros et de grands combattants ces jeunes opposants qui ont détruit des édifices publics et assassiné des personnes innocentes. C’est la même chose dans le cas d’Oscar Pérez, le pilote protagoniste mardi dernier d’une attaque terroriste contre deux édifices gouvernementaux, que l’on présente dès lors comme un “Rambo”, un “Superman” et une personne sensible, qui aide les enfants atteints de cancer. Comment expliquer cette attitude des médias ? L’agence Reuters a publié ce jeudi 29 juin un (...) Lire la suite »

L’accord saoudo-égyptien sur les îles de la mer Rouge profite à Israël (Al Jazeera)

Jonathan COOK
Tel Aviv pourrait utiliser le capital diplomatique que lui a valu sa validation de l’accord Tiran et Sanafir pour obtenir du soutien sur la question palestinienne. Deux petites îles inhabitées, Tiran et Sanafir, gardent l’entrée du golfe d'Aqaba, entre l'Egypte et l'Arabie Saoudite. C'est la seule porte d'entrée d'Israël à son port d'Eilat, au sud, et à ses routes commerciales vitales avec l'Asie du Sud-Est. Il y a exactement 50 ans, les restrictions égyptiennes sur les transports israéliens dans le détroit de Tiran ont contribué au déclenchement de la guerre israélo-arabe de 1967. Malgré une sérieuse opposition, le parlement égyptien a approuvé ce mois-ci le transfert des deux îles de la mer Rouge à l’Arabie Saoudite. En retour, Riyad doit fournir des milliards de dollars de prêts et d'investissements pour soutenir l'économie chancelante de l'Égypte. Mais tandis que le transfert provoquait de grosses manifestations en Égypte, les opposants arguant que cela revenait à « vendre » le territoire (...) Lire la suite »
Parlons (Inter) Net
Le Monde au tribunal à cause de deux mensonges de son Decodex

Le Monde a inventé le « Decodex » qui coud sur le revers de veste des médias dits par lui « peu fiables » une infamante « étoile jaune croix rouge » qui les signale au peuple. Parmi les pestiférés, le site Le Grand Soir, mais aussi le site belge d’information Investig’action (http://www.investigaction.net/fr/) dirigé par notre ami Michel Collon (photo).

Que dit (sur LGS et Investig’action) le Decodex : « Ce site diffuse régulièrement de fausses informations ou des articles trompeurs. Restez vigilants cherchez des sources plus fiables ».

Investig’action a la chance de voir sa condamnation étayée par deux arguments :
1- Collon « attribue les attentats du 11 septembre aux services secrets américains ».

2- Colon a « participé à un voyage en Syrie avec des sympathisants du Front National » (dont un proche de Marine Le Pen.

Or, non seulement Investig’action n’a pas investigué et n’a rien publié sur le 11 septembre, mais Michel Collon n’a jamais mis un pied en Syrie.

Investig’action est une PME. Elle est affectée par les média-mensonges du Monde et, pour vivre, ne pas licencier et pour prospérer, elle a besoin de laver la tache. A cet effet, Michel Collon en appelle à la Justice. Toute aide financière pour les frais de procès sera la bienvenue. LGS y participera grâce à une partie des dons que nos lecteurs fidèles nous envoient de temps à autre.

Théophraste R. (« Un média-mensonge qui meurt, c’est une vérité qui naît »).

Voir la vidéo : http://www.investigaction.net/fr/decodex-michel-collon-expose-les-medi...
Et voir cet article : https://www.legrandsoir.info/decodex-le-vieux-monde-se-meurt.html







 
Voir aussi
Washington peut-il empêcher la mort des États du Golfe ?
Le secrétaire d’État Tillerson est contrarié que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis aient rejeté ses efforts pour calmer leur différend avec le Qatar. Sa vengeance, assortie d’une menace de mesures plus sérieuses, prend la forme d’une « fuite » (...)
Moon of Alabama
Face à la cohérence destructive des projets Macron, construire l’opposition populaire et patriotique
En tous domaines, la grande bourgeoisie fédérée par Macron passe à l’offensive contre les travailleurs et la nation : sur le plan fiscal, d’énormes cadeaux sont consentis au 1% de foyers les plus riches aux dépens des dépenses sociales de nouveau dans (...)
Georges GASTAUD
Le pilori médiatique est une infamie contre laquelle on ne peut rien, mais...
... la dénonciation calomnieuse est (aussi) un délit
Une personne membre du FN, elle-même mise en examen, faisait des dénonciations pour accuser d’autres de ce qui lui était reproché. C’est la technique du ventilateur à bouillasse ! Mais elles restaient sans effet. Le FN a donc fait depuis des « (...)
Jean-Luc MELENCHON
Olivier Besancenot et Arlette Laguiller : quel populisme ?
Olivier Besancenot et Arlette Laguiller, chacun porte-parole du peuple, des populistes ? De quel peuple ? Quel populisme ? Cette analyse vaut pour Nathalie Arthaud et Philippe Poutou, les remplaçants au poste de porte-parole. I - PREALABLE : (...)
Christian DELARUE
Pour une politique française en Syrie indépendante et respectueuse du droit
Monsieur le Président, Vous avez déclaré que vous ne souhaitiez pas la destruction de l’Etat syrien et qu’avec vous au pouvoir, on en aurait fini avec les “néoconservateurs importés”. Plus récemment, au sortir du G20, vous avez de nouveau précisé votre (...)
Collectif
Est-il possible d’allier le meilleur du capitalisme et du socialisme ?
Enrique Ubieta, directeur des revues Cuba Socialista et La Calle del medio, s’est entretenu avec le site Cubadebate au sujet de questions comme le centrisme politique, le néo-annexionnisme et l’affrontement permanent entre socialisme et (...)
José Raúl Concepción
La Syrie constitue le baromètre du monde actuel et la victime de l’interventionnisme néolibéral néoconservateur
Pour des raisons historiques, culturelles, religieuses, politiques et géopolitiques, la Syrie est située au centre de la confrontation entre plusieurs visions de l’arabité et de l’islamité, et l’issue du conflit actuel sera déterminante pour l’avenir (...)
Bruno DRWESKI
La Grèce est devenue une colonie
Le Dispensaire Social Métropolitain d’Elléniko dénonce : L’annulation de la décision dans l’affaire des malversations de la TAIPED(1) à l’encontre du Gouvernement Grec concernant les biens immobiliers est une tentative de couvrir un scandale sous le (...)
Dispensaire Elléniko
Le Venezuela est-il victime d’une guerre économique ?
Un gouvernement autoritaire qui affame son peuple et le réprime à coups de matraques : c’est de cette manière que la situation au Venezuela est présentée par les médias occidentaux. Le gouvernement de la révolution bolivarienne, quant à lui, n’a de (...)
Valentine Delbos
Netanyahou n’a pas sa place à la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv !
Les 16 et 17 juillet 1942 avait lieu la rafle du Vel d'Hiv : 13 000 hommes, femmes et enfants juifs sont arrêtés par la police française et déportés à Auschwitz. Alors qu'Israël occupe, colonise, massacre, bafoue le droit international, cette (...)
Claire VÉRILHAC
10 
L’anglais de Macron
Á plusieurs reprises, le président de la République française a fait des déclarations officielles en anglais. Cela pose évidemment de nombreux problèmes. Rien ne l’y obligeait. Le français est une langue officielle dans les instances internationales et, (...)
Bernard GENSANE
Le Monde Diplomatique, juillet 2017
Pour Serge Halimi, nos démocraties sont friandes d’entourloupes démocratiques : « Auréolé d’une élection remportée avec trois millions de suffrages de moins que sa concurrente, le président Donald Trump a choisi l’Arabie saoudite pour y dénoncer l’absence (...)
Bernard GENSANE
Pourquoi faut-il renverser le gouvernement du Venezuela ? (Mision Verdad)
Alors que l’ONU vient de condamner les attaques aériennes perpétrées par un commando d’extrême droite contre le Tribunal Suprême de Justice et le Ministère de l’Intérieur du Venezuela – attentats terroristes occultés par les médias français – (1), (...)
Bruno Sgarzini
L’art de la guerre
Drapeau USA sur les Trois mers de l’Europe (Il Manifesto)
Ce sera un triomphe pour le président Trump quand, le 6 juillet, il arrivera en visite à Varsovie. La Pologne, assure la Maison Blanche, est un « fidèle allié Otan et un des plus proches amis de l’Amérique ». En effet elle est le fer de lance de la (...)
Manlio DINUCCI
Le clash saoudo-qatari - Le Qatar et l’Iran l’emportent – Les princes saoudien et émirati perdent la face
La campagne saoudo / émirati contre le Qatar a vite tourné au bazar. Le Qatar n’a pas craqué comme prévu. Il n’y avait pas de plan B. Les instigateurs du plan doivent maintenant craindre pour leur tête. L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le (...)
Moon of Alabama
Derniers commentaires
« Jour J » pour le changement de régime par la force au Venezuela
Les guerres scélérates : interventions de l'armée US et de la CIA depuis 1945
Face à la cohérence destructive des projets Macron, construire l’opposition populaire et patriotique
« Jour J » pour le changement de régime par la force au Venezuela
Biodiversité. Des animaux de plus en plus menacés
Biodiversité. Des animaux de plus en plus menacés
« Jour J » pour le changement de régime par la force au Venezuela
Biodiversité. Des animaux de plus en plus menacés
Biodiversité. Des animaux de plus en plus menacés
... la dénonciation calomnieuse est (aussi) un délit
Biodiversité. Des animaux de plus en plus menacés
Biodiversité. Des animaux de plus en plus menacés
Biodiversité. Des animaux de plus en plus menacés
Biodiversité. Des animaux de plus en plus menacés
Olivier Besancenot et Arlette Laguiller : quel populisme ?
Venezuela : comment les médias internationaux incitent à tuer
... la dénonciation calomnieuse est (aussi) un délit
... la dénonciation calomnieuse est (aussi) un délit
Le Venezuela est-il victime d’une guerre économique ?
... la dénonciation calomnieuse est (aussi) un délit
RSS RSS Commentaires


le 20 juillet 2017
vous étiez 10105 à contempler le Grand Soir.

Pour les accros des réseaux sociaux

Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.