Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

12 

Le duc, sa femme et le p’tit Stéphane Bern...

Le 19 mars 2018, le grand-duc (sic) Henri du Luxembourg et son épouse étaient reçus à l’Élysée pour un dîner d’Etat.

Brigitte Macron, robe crème « prêtée » (sic) par Vuitton (= LVMH, Bernard Arnaud, le milliardaire qui gagne 780 €/seconde), escarpins assortis, cheveux relevés en chignon, yeux maquillés comme une BMW volée, zygomatiques coincés en position extension maximale, resplendissait aux côtés du président français, (maquillé discrètement, comme les comptes de campagne de Sarkozy) qui avait opté pour un costume noir de banquier et « en même temps  » pour un début de calvitie frontale.

Parmi les invités, Laurence Ferrari (maquillée comme une voiture éponyme volée) et Stéphane Bern (maniéré comme un mignon d’Henri III et maquillé comme un carrosse volé à Chambord), sans lesquels la servilité des médias et les charmes des royautés seraient méconnus.

Bref, une belle soirée où la France a vendu des Airbus et des TGV et où a été valorisé le concept de République, ciment de notre pays, gage de paix civile, de liberté, d’égalité et de fraternité.

Théophraste R. (Président du Comité pour la garde à vue des complices français du paradis fiscal luxembourgeois).

URL de cette brève 5766
https://www.legrandsoir.info/le-duc-sa-femme-et-le-p-tit-stephane-bern.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
24/03/2018 à 09:43 par Assimbonanga

Il faut qu’il y ait un gugus en haut de la pyramide pour que les affaires continuent comme à l’habitude. Chez nous, c’est par le truchement d’une mise en scène électorale qu’on obtient un président présentable... Ça pourrait aussi bien être par la réunion d’un conclave qui fait des bulles et envoie de la fumée noire ou blanche, ou par le choix arbitraire d’un tout jeune garçon (pas fille !) désigné comme dada lala.
C’est au détour des hasards de l’information qu’on voit notre destinée nationale se dessiner. Sur France Inter ce matin, un homme a double casquette s’est exprimé : Jean-Michel Fauvergue, député LREM et ancien patron du RAID. Ce mec nous annonce tranquillement que la privatisation de la sécurité va se poursuivre et qu’on nous en fera officiellement part vers le mois de juin, quand une grosse proportion de gens ne pensera qu’à boucler la valise pour aller à la plage... Démocratie, démocratie.

#146649 
24/03/2018 à 10:01 par Fald

La femme d’un grand-duc, c’est une super-chouette ?

#146650 
24/03/2018 à 11:21 par Autrement

Et Philippe de Viliers, il n’était pas là pour leur serrer la pince (monseigneur) ?

#146655 
24/03/2018 à 13:45 par J.J.

Il serait peut être prudent que la citoyenne Macron, qui n’a aucun statut officiel, nous ne sommes pas(encore) aux Zétazunis , se fasse un peu oublier.
Des personnes mal intentionnées pourraient rapppeller au bon souvenir du bon peuple que madame Macron, née Trogneux, a eu, lorsqu’elle était encore madame Auzière, la chance de profiter de la grande mansuétude de parents, ainsi que de la grande expertise et du savoir faire des autorités écclésiastiques pour escamoter les personnes de sa mouvance en délicatesse avec la justice.
Gabrielle Russier n’a pas eu cette chance.

#146661 
24/03/2018 à 14:09 par calame julia

Stéphane Bern à l’instar de E. Macron, N. Sarkozy prend les Français pour des imbéciles.
Le hasard voulut que j’apprenne "en zappant" qu’il animait une émission le dimanche après-midi...
Bon, soyons intellectuellement honnêtes et regardons l’objet avant d’en parler, si l’occasion se
présentait, bien sûr.
Lorsque les djeuns demandent : tu déconnes ou quoi ? Ils sont loin de la réalité de cette
émission. Mais je pense qu’il aimerait concurrencer C. Hanouna...
Pour les autres ...! ...! ...!

#146662 
24/03/2018 à 15:15 par François

"Brigitte Macron [...], yeux maquillés comme une BMW volée, zygomatiques coincés en position extension maximale"
Merci de nous avoir épargné l’image, ça m’a épargné une remontée gastrique d’écœurement. L’image construite à la lecture de l’article n’a provoqué qu’une légère nausée.

#146664 
24/03/2018 à 15:50 par Assimbonanga

Rocambolesque. A l’Assemblée Nationale, le marchand de viande Bigard refusait de montrer ses comptes comme le lui intime la loi. A ce moment-là, le député Ruffin, ennemi n°1 de Bernard Arnaud (LVMH : je reste dans le sujet de l’article de Théophraste), avait dit : "Mais on est dans la Parain, là !" Suite de l’histoire : finalement, Ruffin a obtenu le rapport financier de Bigard grâce à une manœuvre interne à l’usine de la part d’un employé un peu téméraire. Je recopie ici le texte du député le plus rouletabille de l’Assemblée :

... ce rapport financier, finalement, on l’a eu. Mais pas grâce à la générosité de Bigard. Pas non plus parce que le fisc, ou Bercy, ou une armée de contrôleurs des impôts seraient allés fouiner dans les dossiers. C’est un salarié qui m’a confié ce document, pourtant confidentiel. Un salarié qui a pris tous les risques. Voilà comment l’Assemblée possède aujourd’hui les comptes d’une des plus grandes entreprises française, détenue par un des Top 10 des plus grandes fortunes de françaises, leader mondial de la viande. Un salarié. Pourquoi on vous raconte tout ça ? Parce que cette semaine en Commission et la semaine prochaine, En Marche ! fait voter une loi sur le secret des affaires. Et il est bien probable qu’une fois cette loi passée, le rapport Bigard qu’on nous a lâché soit bien le dernier. Copiée-collée des lobbies à Bruxelles, vous n’y trouverez donc aucune protection pour les lanceurs d’alerte, les ONG, les journalistes..


Complément : https://francoisruffin.fr/secret-des-affaires-les-amendements-france-insoumise/

#146667 
24/03/2018 à 19:54 par Palamède Singouin

@ JJ

Il serait peut être prudent que la citoyenne Macron, qui n’a aucun statut officiel, nous ne sommes pas(encore) aux Zétazunis , se fasse un peu oublier.

Vous faites erreur : une des premières mesures qu’à pris Macron c’est d’attribuer à l’épouse du PR un statut officiel avec attribution d’une dotation budgétaire et de moyens matériels.

#146672 
24/03/2018 à 20:05 par Ellilou

Mazette, la Grande-Duchesse est-elle une révolutionnaire cubaine ? Son Altesse Royale la Grande-DuchesseMaria-Teresa est née le 22 mars 1956 à La Havane, lit-on sur le site du palais ! Que nenni, ses parents millionnaires se sont enfuis lors de l’arrivée des Barbudos chez leurs grands amis d’Amérique du nord avant de s’installer en Suisse... :-)

#146675 
24/03/2018 à 21:38 par irae

Gabrielle Russier n’a pas eu cette chance


L’hypocrise catho dans toute sa splendeur. Forte avec les faibles...etc....

#146679 
24/03/2018 à 22:54 par cassiopea

Contrairement @ François, j’ai voulue voir à quoi ça pouvait ressembler d’être maquillé comme une BMW volée. Résultat, bien mal m’en a pris d’avoir été aussi curieuse.
Misère, si c’est ça l’élégance à la française (comme disent les médias en parlant de madame Macron) il y a un gros soucis à se faire. Dame Macron gagnerait à regarder de temps en temps "les reines du shoping" histoire d’éviter les "fashion faux pas"

#146681 
25/03/2018 à 10:30 par Assimbonanga

Merci @Ellillou pour ce détail fort instructif. Les Macron sont donc plutôt amis avec les riches exploiteurs de l’ancienne Cuba. Pas anodin. On comprend mieux leur semi-surdité à certaines informations, sur Cuba, sur le Venezuela. Le portrait du jeune Macron est complet, young leader, cul et chemise avec le camps du pognon étasunien. Pas étonnant que ce soit lui qui veuille nous conformer aux ordres des 2% de dépenses militaires qu’on lui a soufflé à l’oreille au groupe Bilderberg. On va devoir raquer pour s’acheter des matériels de guerre auprès des marchants US. Ainsi va le monde.

#146692 
RSS RSS Commentaires
   
Mai 68 : Histoire sans fin
Gérard FILOCHE
Nicolas Sarkozy accuse mai 68 d’avoir « imposé le relativisme intellectuel et moral », « liquidé l’école de Jules Ferry », « introduit le cynisme dans la société et dans la politique » et « abaissé le niveau moral de la politique ». Il aime à dire que « Les héritiers de ceux qui, en mai 68, criaient " CRS = SS " prennent systématiquement le parti des voyous, des casseurs et des fraudeurs contre la police », avant d’ajouter : « Je veux tourner la page de mai 68 une bonne fois pour toutes ». Selon (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’un des grands arguments de la guerre israélienne de l’information consiste à demander pourquoi le monde entier s’émeut davantage du sort des Palestiniens que de celui des Tchétchènes ou des Algériens - insinuant par-là que la raison en serait un fonds incurable d’antisémitisme. Au-delà de ce qu’il y a d’odieux dans cette manière de nous ordonner de regarder ailleurs, on peut assez facilement répondre à cette question. On s’en émeut davantage (et ce n’est qu’un supplément d’indignation très relatif, d’ailleurs) parce que, avant que les Etats-Unis n’envahissent l’Irak, c’était le dernier conflit colonial de la planète - même si ce colonisateur-là a pour caractéristique particulière d’avoir sa métropole à un jet de pierre des territoires occupés -, et qu’il y a quelque chose d’insupportable dans le fait de voir des êtres humains subir encore l’arrogance coloniale. Parce que la Palestine est le front principal de cette guerre que l’Occident désoeuvré a choisi de déclarer au monde musulman pour ne pas s’ennuyer quand les Rouges n’ont plus voulu jouer. Parce que l’impunité dont jouit depuis des décennies l’occupant israélien, l’instrumentalisation du génocide pour oblitérer inexorablement les spoliations et les injustices subies par les Palestiniens, l’impression persistante qu’ils en sont victimes en tant qu’Arabes, nourrit un sentiment minant d’injustice."

Mona Chollet


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.