Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Résumé du débat des primaires de droite.

« Trop de migrants, tu as raison Jean-Frédéric, vivement les 39 heures, d’accord François, j’approuve pain au chocolat volé (à 0,15 ctes) rétablir l’autorité, tic de l’épaule, vois-tu, Nathalie, trop de fonctionnaires, tu as raison Bruno, un gouvernement fort, pardon, Jean-François, mais Alain t’approuve et cessera de régner avant ses 80 ans, recruter 10 000 policiers masqués et armés pour parader sur les Champs-Elysées.

Baroin, heu, Bayrou, lapsus, hilarité, la meilleure de l’année, on a de l’humour, ha ! ha ! Il faut des ministres de gauche, heu, de droite, re- hilarité des 7 candidats et des 2 journalistes, la meilleure (ex aequo) de l’année, on a de l’humour, ha ! ha !

Je suis fier, fière d’avoir servi Nicolas avant que les Français ne le virent, échec formateur, défaite pédagogique, beaucoup appris, rétablir les frontières, reculer l’âge de la retraite, construire des prisons, pas gesticuler Nicolas, gouverner par ordonnance, savoir être impopulaire, ne pas céder, sacrifices nécessaires, fermeté, un chef dont la main ne tremble pas, 49-3.

Ne surenchérissez pas, chers Nicolas, Alain, François, Jean-François, Bruno, Nathalie, Jean-Frédéric, on ne sait plus qui a dit quoi.

Réduire les déficits et le remboursement des soins, halte à l’assistanat, flicage des chômeurs, travailler plus, gagner moins, multiplier les réformes, apprentissage, licenciements, CDD, RSA, pas touche à l’ISF, bombarder la Syrie et y renvoyer les réfugiés.

Merci chers Nicolas, Alain, François, Jean-François, Bruno, Nathalie, Jean-Frédéric. Vous vous êtes exprimés à tour de rôle, mais on ne sait plus qui a dit quoi.

Merci aux téléspectateurs d’avoir suivi cet échange, parfois vif, mais toujours courtois (comme la banque du même nom) »(1).

Théophraste R. (analyste-décrypteur des débats de clones).

Note.
(1) J’aurais pu dire « banque Rothschild », mais ça n’avait pas de sens comique. De plus, Macron est déjà sur le créneau. N’ajoutons rien à la confusion.

URL de cette brève 5220
https://www.legrandsoir.info/resume-du-debat-des-primaires-de-droite.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
04/11/2016 à 10:35 par banal

Cette primaire de droite a quand même l’avantage de réunir à la fois Halloween et la Zombie walk dans le même émission : c’est bien fait et il ne faut pas la dénigrer.
Cela dit on préfèrerait avoir les explications et la vision du futur des capitalistes et des lobbies de toutes sortes dont ils sont les larbins et les porte paroles.
On comprendrait mieux pourquoi ils proposent certaines mesures et dans quels intérêts.

#128742 
04/11/2016 à 14:44 par Bernard Gensane

NKM veut défonctionnariser les enseignants. Cette arrière-petite-fille d’un des fondateurs du PCF, polytechnicienne, donc fonctionnaire, est vraiment moderne.

#128755 
04/11/2016 à 20:31 par Jean Cendent

Bonjour,
Le mal français, copinage, favoritisme, piston, etc. Népotisme.

Dans tous les domaines, enfin…Beaucoup plus dans ceux liés aux pouvoirs et à l’argent, contours et courtisans (médias, showbiz, etc.)
Tout pour les mêmes, les miettes pour le reste.

Pas besoin de chercher les coupables en Europe et l’eurozone, aux USA et le dieu dollar, dans le monde et le mondialisme.

Plus de 150 ans de politique de la caste bourgeoise bien française « mes enfants avant les tiens » et 40 ans de merdeuses pour exacerber le mal et bienvenue dans la vie concrète d’une très grande partie des français et des françaises nés à partir du milieu des années 60 et cela n’a fait qu’empirer après. (Sauf pour les arrivistes mais ça c’est un don que les hiérarchies et le capitalisme n’offrent qu’aux meilleurs d’entre nous …ouaf-ouaf)

Oui, je sais ! Avant ce n’était pas le paradis, j’ai des parents, j’ai même eu des grands-parents et même quand j’étais petit, petit, tout petit quelques arrière-grands-parents de la génération de ceux qui ont fait 14 / 18. Alors, pas de leçon de morale, j’ai bossé avec vous dans les années 80 (avant que vous soyez en retraite) et je vous connais bien et pas toujours en bien. Merci.

Et dire que certain politiciens « pensent » que le vote obligatoire + amende va aider les pauvres c… comme moi à nous redonner confiance dans la politique.

Mais ils vivent où ces gens-là dans un parti politique de père en fille et de mère en fils dans la tradition et la déviation de leurs goûts.

Ni dieu, ni maître et ni jeunisme, ni âgisme.

NKM un CV arriviste, népotique, etc. (je vote, tu votes, il vote, nous votons ….pour qui, pourquoi …)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_Kosciusko-Morizet

#128766 
05/11/2016 à 04:50 par BRUNO

Un bien fabuleux texte ! Mille fois merci.

#128772 
05/11/2016 à 10:58 par François

C’est l’éternelle chanson de Coluche "quand je s’rai grand j’veux êt’con" qui me vient à l’esprit. Les dominants, qui n’en foutent pas une et qui possèdent presque tout, proposent aux dominés de trimer plus pour un peu moins. Contre toute attente, les dominés applaudissent... Ils continuent à se dire que "heureusement qu’il y a les riches pour nourrir les pauvres".
Merci au passage à ceux qui arrivent à regarder ces débats pour nous tenir au courant de l’incommensurable connerie de ce qui s’y dit. Personnellement je ne peux plus !

#128780 
RSS RSS Commentaires
   
Donde Estan ? ; Terreurs et disparitions au Pérou (1980-2000)
Daniel Dupuis
La pratique des arrestations illégales, des tortures et des exécutions en dehors de tout procès régulier puis de la dissimulation des dépouilles (d’où le terme de « disparus ») est tristement célèbre en Amérique latine où les dictatures ( l’Argentine de la junte militaire, le Paraguay dirigé par le général Alfredo Stroessner, le Chili tenu par Augusto Pinochet...) y ont eu recours. De 1980 à 2000, sous un régime pourtant démocratique, l’armée du Pérou n’a pas hésité à recourir à la terreur pour combattre la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« A toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes : autrement dit, la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est en même temps la puissance spirituelle dominante. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, de ce fait, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général, elle exerce son pouvoir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. Les pensées dominantes ne sont rien d’autre que l’expression en idées des conditions matérielles dominantes, ce sont ces conditions conçues comme idées, donc l’expression des rapports sociaux qui font justement d’une seule classe la classe dominante, donc les idées de sa suprématie. »

Karl Marx


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.