Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Comment vivre 100 ans sans lunettes ni déambulateur ?

Sciences et Avenir nous livre 6 règles d’or pour que notre cerveau continue à fabriquer des neurones et reste jeune jusqu’à la fin de ses jours.

Résumé (libre et tendancieux) :
1. Fuir la routine (Exemple, dans l’isoloir : rompre avec les choix qui assurent la sempiternelle alternance fausse gauche/vraie droite).
2. Lutter contre la surinformation (arrêtez avec BFM-TV).
3. Bannir anxiolytiques et somnifères (les discours de Hollande, les chiffres de Sapin…).
4. Bouger (tous dans la rue !).
5. Cultiver l’altérité (l’immigré n’est pas mon ennemi, il est une victime).
6. Soigner le microbiote. Notre flore intestinale communique avec le cerveau. Evitons d’avaler n’importe quoi (Télé, Le Monde, L’Obs, Libé, Valls, Hollande, Macron, Montebourg, toute la droite déclarée et l’extrême droite…).

On en déduit que les lecteurs du Grand Soir (legrandsoir.info) pourraient vivre jusqu’à 100 ans en lisant sans lunettes les pancartes lors des manifestations et en courant devant les CRS.

Théophraste R. (Dompteur de neurones : « Vous donc, foisonnez, multipliez, croissez en toute abondance dans le cerveau de mes lecteurs »).

URL de cette brève 5179
https://www.legrandsoir.info/comment-vivre-100-ans-sans-lunettes-ni-deambulateur.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
21/09/2016 à 09:30 par résistant

Oui mais Sciences et Avenir, c’est le groupe l’Obs. Donc on n’est pas sensés lire l’article, si on suis la recette. Mais on ne peut pas suivre la recette si l’on n’a pas lu l’article...

Ces magazines bidons qui nous disent quoi penser (quoi répéter sans penser en fait), et comment vivre, sont comme un cancer de l’intelligence.
Je suis d’autant plus triste que j’ai connu un certain nombre de journalistes qui ont travaillé (et travaillent peut-être encore) dans cette rédaction et qui étaient des gens intelligents, cultivés, intéressants, humains... mais qui devaient suivre les ordres de la direction (faire du tape-à-l’oeil superficiel pour vendre) s’ils voulaient garder leur boulot.

#127619 
21/09/2016 à 13:45 par Louise de Bretagne

"Vivre sans entraves et mourir libre"
(C.C.S....)

#127623 
21/09/2016 à 21:37 par calame julia

"Je voudrais changer les couleurs du temps..."
"Vivre libre, vivre libre c’est ma vie..."

C’était le temps, le temps béni de mes anciens où l’on disait ce que l’on pense à la télévision
comme ailleurs, le temps où les humoristes ne craignaient que la concurrence bon enfant
et où on formait l’esprit à autre chose qu’aux stigmates amalgamées et autres salades potagères...

#127628 
22/09/2016 à 09:14 par J.J.

Oui mais Sciences et Avenir, c’est le groupe l’Obs. Donc on n’est pas sensés lire l’article, si on suis la recette. Mais on ne peut pas suivre la recette si l’on n’a pas lu l’article...
Ne t’inquiète pas Résistant, Théophraste l’a lu pour nous, pour en tirer la substantifique moelle, revêtu de son solide et imperméable scaphandre anti-bobards....

#127637 
RSS RSS Commentaires
   
Déposséder les possédants - La grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire (1895-1906)
Miguel CHUECA
Textes de Édouard Berth, Henri Girard, Jean Jaurès, Hubert Lagardelle, Paul Louis, Fernand Pelloutier, Émile Pouget, Georges Sorel et Henri Van Kol Réunis & présentés par Miguel Chueca La grève générale exprime, d’une manière infiniment claire, que le temps des révolutions de politiciens est fini. Elle ne sait rien des droits de l’homme, de la justice absolue, des constitutions politiques, des parlements ; elle nie le gouvernement de la bourgeoisie capitaliste. Les partisans de la grève générale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En transformant les violences de l’extrême droite vénézuélienne en "révolte populaire", en rhabillant en "combattants de la liberté" des jeunes issus des classes aisées et nostalgiques de l’apartheid des années 90, c’est d’abord contre les citoyens européens que l’uniformisation médiatique a sévi : la majorité des auditeurs, lecteurs et téléspectateurs ont accepté sans le savoir une agression visant à annuler le choix des électeurs et à renverser un gouvernement démocratiquement élu. Sans démocratisation en profondeur de la propriété des médias occidentaux, la prophétie orwellienne devient timide. L’Amérique Latine est assez forte et solidaire pour empêcher un coup d’État comme celui qui mit fin à l’Unité Populaire de Salvador Allende mais la coupure croissante de la population occidentale avec le monde risque un jour de se retourner contre elle-même.

Thierry Deronne, mars 2014


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.