Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Comment vivre 100 ans sans lunettes ni déambulateur ?

Sciences et Avenir nous livre 6 règles d’or pour que notre cerveau continue à fabriquer des neurones et reste jeune jusqu’à la fin de ses jours.

Résumé (libre et tendancieux) :
1. Fuir la routine (Exemple, dans l’isoloir : rompre avec les choix qui assurent la sempiternelle alternance fausse gauche/vraie droite).
2. Lutter contre la surinformation (arrêtez avec BFM-TV).
3. Bannir anxiolytiques et somnifères (les discours de Hollande, les chiffres de Sapin…).
4. Bouger (tous dans la rue !).
5. Cultiver l’altérité (l’immigré n’est pas mon ennemi, il est une victime).
6. Soigner le microbiote. Notre flore intestinale communique avec le cerveau. Evitons d’avaler n’importe quoi (Télé, Le Monde, L’Obs, Libé, Valls, Hollande, Macron, Montebourg, toute la droite déclarée et l’extrême droite…).

On en déduit que les lecteurs du Grand Soir (legrandsoir.info) pourraient vivre jusqu’à 100 ans en lisant sans lunettes les pancartes lors des manifestations et en courant devant les CRS.

Théophraste R. (Dompteur de neurones : « Vous donc, foisonnez, multipliez, croissez en toute abondance dans le cerveau de mes lecteurs »).

URL de cette brève 5179
https://www.legrandsoir.info/comment-vivre-100-ans-sans-lunettes-ni-deambulateur.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
21/09/2016 à 09:30 par résistant

Oui mais Sciences et Avenir, c’est le groupe l’Obs. Donc on n’est pas sensés lire l’article, si on suis la recette. Mais on ne peut pas suivre la recette si l’on n’a pas lu l’article...

Ces magazines bidons qui nous disent quoi penser (quoi répéter sans penser en fait), et comment vivre, sont comme un cancer de l’intelligence.
Je suis d’autant plus triste que j’ai connu un certain nombre de journalistes qui ont travaillé (et travaillent peut-être encore) dans cette rédaction et qui étaient des gens intelligents, cultivés, intéressants, humains... mais qui devaient suivre les ordres de la direction (faire du tape-à-l’oeil superficiel pour vendre) s’ils voulaient garder leur boulot.

#127619 
21/09/2016 à 13:45 par Louise de Bretagne

"Vivre sans entraves et mourir libre"
(C.C.S....)

#127623 
21/09/2016 à 21:37 par calame julia

"Je voudrais changer les couleurs du temps..."
"Vivre libre, vivre libre c’est ma vie..."

C’était le temps, le temps béni de mes anciens où l’on disait ce que l’on pense à la télévision
comme ailleurs, le temps où les humoristes ne craignaient que la concurrence bon enfant
et où on formait l’esprit à autre chose qu’aux stigmates amalgamées et autres salades potagères...

#127628 
22/09/2016 à 09:14 par J.J.

Oui mais Sciences et Avenir, c’est le groupe l’Obs. Donc on n’est pas sensés lire l’article, si on suis la recette. Mais on ne peut pas suivre la recette si l’on n’a pas lu l’article...
Ne t’inquiète pas Résistant, Théophraste l’a lu pour nous, pour en tirer la substantifique moelle, revêtu de son solide et imperméable scaphandre anti-bobards....

#127637 
RSS RSS Commentaires
   
Philippe Bordas. Forcenés. Paris, Fayard 2008.
Bernard GENSANE
Ce très beau livre, qui montre à quel point le cyclisme relève du génie populaire et comment il a pu devenir une « province naturelle de la littérature française », me donne l’occasion d’évoquer des ouvrages qui m’ont, ces dernières années, aidé à réfléchir sur la pratique du vélo, sur le cyclisme professionnel et la place du sport dans notre société. Ce n’est pas l’argent qui pourrit le sport (l’argent, en soi, n’est rien), c’est le sport qui pourrit l’argent. La première étape du premier Tour de France en 1903 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.