Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Condensé du livre de confessions du président de la République

Il n’est pas redit que son adversaire est la finance, mais il a avoué des assassinats ciblés par drones.

A part ça, les juges sont des lâches, les footeux des mous du cerveau, Sarkozy grossier, méchant, obsédé par l’argent, les verts cyniques et emmerdeurs, les immigrants trop nombreux, les pauvres des sans-dents (mais c’est pour plaisanter. MDR et LOL), Valérie Trierweiler maladivement jalouse, Julie Gayet veut se marier (Ah ! le charme de ce petit bedon et de ces cheveux de jais, non teints !).

L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est à oublier, le PS en manque d’un hara-kiri salutaire, Najat Vallaud-Belkacem basse du plafond, comme Claude Bartolone qui manque d’envergure, les 35 heures un non-sens, les frondeurs une foule idiote.

Bref, pour reprendre le flambeau de Jean Jaurès, moi, je dis qu’il ne reste qu’Arnaud Montebourg. Il est provisoirement libre, la direction du PCF venant d’y renoncer sur incitation de sa base qui s’est aperçue qu’il n’arrivait pas à dire « Karl Marx ».

Théophraste R. (Chef du bureau : « Suppression de la monarchie présidentielle »).

URL de cette brève 5211
https://www.legrandsoir.info/condense-du-livre-de-confessions-du-president-de-la-republique.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
25/10/2016 à 08:47 par "Personne"

Cher Théophraste R.,

Vous me décevez car vous participez à la curée.
Il est facile de dénigrer l’hôte élyséen.
Nonobstant la haute fonction républicaine, bat un petit cœur d’homme.
Avec ou sans casque, tel un atlante, il s’est offert pour supporter le destin de la Communauté nationale.
Alors, continûment, il se doit d’incarner la grandeur aux périls des autres.
Assidûment, il se doit de veiller aux moindres détails, même s’il en coûte.
En toute occasion, se faire le meilleur placier du savoir-faire national.
Longuement, distiller des confidences pour alimenter les autoroutes de l’info, pour mieux taire l’inavouable.
Satisfaire ses amitiés, combattre son ennemi, contenter ses amis sans décevoir ses sujets, telle est sa mission.
Ne pas ménager sa peine, user s’il le faut de moyens confondants, voire contondants.
Multiplier les commémorations avec componction, conserver cette figure piriforme qui montre,s’il est besoin, la gravité de la tâche.
Se représenter dans une ultime oblation, tel est l’unique objet de son acharnement.

Vous l’aurez compris : « la critique est aisée, et l’art est difficile ». Mais, en plus, il serait hâtif de le taxer de petit père de l’anaphore, quand domine l’antiphrase !

#128525 
25/10/2016 à 10:09 par Autrement

Autre portrait du ci-devant allant rassurer la City.
Je vous avais bien dit qu’i ne se représenterait pas ! Il se défile en mettant toutes les épingles de son côté : le digne devoir (je visite Florange et je reloge les habitants de la jungle), et l’élégance de la désinvolture (je me fiche complètement de ce que doit dire ou non un président, d’autant que je vais être riche et débarrassé de mes corvées). Quoi qu’il en soit, la voie est libre pour le succès de la combine initiale concoctée par les Juncker-Gattaz qui, dans l’ombre, tirent les ficelles : préserver le PS en tant que parti d’alternance euro-Medef ; s’il perd l’élection présidentielle au profit de la droite, l’euro-Medef est sauf de toutes façons, et le PS avec son appareil d’installés, et une nouvelle façade un peu plus présentable, reste la réserve. Les braves gens se sentant obligés de voter pour les uns ou pour les autres à cause que le FN reste aux aguets.
Est-ce ainsi que les hommes vivent, et leurs bulletins de vote au loin les suivent...

#128527 
25/10/2016 à 10:44 par Adel

A "personne"
j’ai pas tout compris et je m’en fous à vrai dire. Si t’as avalé un dico et que tu cherches à susciter une certaine fascination, saches que si la critique est aisée et bla bla bla, la pensée est encore plus difficile que l’art, car brute.
Concernant le petit bedon (ça lui va bien), lui trouver qqu’un qui cherche à le défendre même pour rire m’est insupportable (valls aime bien ce mot, normal il en voit la définition tous les jours devant sa glace).
Sinon, fais moi un billet sur cahuzac, dsk.

Pour hollande, il a tellement trahi au cours de ce mandat qu’à la fin il s’est trahi lui même. et il faudrait blâmer les autres ?

#128529 
RSS RSS Commentaires
   
Le cauchemar de Humboldt de Franz Schultheis
Bernard GENSANE
Bien qu’un peu long, ce compte-rendu rend à peine justice à la richesse de cet ouvrage indispensable à ceux qui veulent comprendre pourquoi, par exemple, la première contre-réforme imposée par Sarkozy fut celle des universités. On pourrait commencer par cette forte affirmation de 1991 de sir Douglas Hague, universitaire britannique de haut niveau, professeur de sciences économique, spécialiste du " marché de l’éducation " et, ô surprise, ancien conseiller de Madame Thatcher : "Si les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le combattant qui l’emporte est celui qui gagne la campagne de l’information. Nous en avons fait la démonstration au monde : l’information est la clef de la guerre moderne - stratégiquement, opérationnellement, tactiquement et techniquement. »

Glen Otis (Général US)


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.