Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Le stratagème par lequel le Canard enchaîné a démasqué Fillon

Pour atteindre la présidence de la République, il fallait passer par le 173 rue Saint-Honoré (75008 Paris), siège du Canard enchaîné où étaient entreposés, dans une galerie obscure, des trésors de la République sous forme de lourdes indemnités destinées aux attachés parlementaires. Lorsque François Fillon, qui l’avait traversée à l’abri des regards, en sortit et s’approcha du Palais de l’Elysée, situé au nᵒ 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré (75008 Paris), le palmipède suggéra qu’on les fît danser en public.

Jamais on ne dansa plus pesamment et avec moins de grâce. Fillon avait la tête baissée, les reins courbés, les mains collées à ses côtés. « Quel fripon ! » disait tout bas l’électorat (1). Il ne peut former des pas avec agilité, la tête haute, le regard assuré, les bras étendus, le corps droit, le jarret ferme.

Car, dans le temps qu’il avait été seul dans la galerie, il avait rempli ses poches et pouvait à peine marcher.

Il souffrit beaucoup en s’en retournant, penaud, en son modeste château de Sablé où l’attendaient son attachée parlementaire et confiturière, ses enfants avocats, ses chevaux et la rustre domesticité locale, cupide et indolente qui prétendait, entre autres folies mélenchonesques, être remboursée de ses médicaments et bénéficier d’une retraite rémunérée au plus tard quelques mois avant de mourir.

Théophraste R. (d’après « Zadig ou la destinée », Voltaire).

Note : (1) Sauf le chanteur Renaud qui, sa lucidité revenue grâce au sevrage, s’écria :« Ah ! l’honnête homme ! le brave homme ! ».

URL de cette brève 5306
https://www.legrandsoir.info/le-stratageme-par-lequel-le-canard-enchaine-a-demasque-fillon.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
01/02/2017 à 18:48 par François

Pas héroique Renaud, sur ce coup...
J’espere qu’il se remettra de son intoxication au star business.
Je le préférais alcoolisé, même si je pense quand même avant tout à santé car ça reste un être humain !

#132164 
02/02/2017 à 05:03 par Gilbert La Porte

Une mention particulière pour l’allégorie du traîneur de casseroles (illustration de l’article). Mais la question qui me taraude l’esprit : le candidat choisi par les ripoux-blicains ne pouvait être qu’un ripou-blicain ! Ca aurait échappé encore aux cerveaux de moineau des électeurs ?

#132183 
02/02/2017 à 08:36 par "Personne"

Cette affaire illustre parfaitement l’état de décrépitude, de pourrissement de la Cinquième.
C’est donc de bon augure pour l’avènement d’une nouvelle République digne de ce nom !

#132187 
02/02/2017 à 09:22 par J.J.

Merci à Théophraste de nous avoir rappelé ce passage de Zadig (et Voltaire sic...).J’y pensais également dans le "contexte" actuel, me rappelant mon livre de lecture de 7° où ce texte figurait en bonne place, et que nous avait commenté notre vieux hussard d’instituteur.
On pourrait faire une anthologie des textes de ce genre de l’antiquité à nos jours, avec Cicéron en bonne place : in Verrem, les Catilinaires etc...

Lequel Cicéron, en bon avocat attaquait, avec véhémence les adversaires de ses petits copains, mais n’hésitait pas à les défendre lorsqu’ils se trouvaient eux mêmes accusés d’avoir grugé autrui.

#132191 
02/02/2017 à 19:08 par Catherine

Et... euh... qui paie les flûtes et les violons du Canard ?

#132204 
02/02/2017 à 23:17 par Adel

Vive le népotisme
Vive les privilèges

Après ça il dira qu’il est contre le revenu universel il doit penser que 700 euros à rien faire c pas assez payé.
Je ne sais pas cequi est le pire si c’est qu’il continue de se défendre ou de voir ses amis le défendre alors que tout le monde voit bien qu’il est foutu. On a eu le déni la colère et la négociation (donnez-moi 15 jours ). Il ne lui reste plus que l’acceptation et la résignation et tirez la chasse sur cet escroc qui rejoindra son mentor Sarkozy. Eh oui François cette vague là tu ne l’as pas vu venir.

#132213 
03/02/2017 à 06:21 par patrice

Merci Théophraste,
Cela sent de plus en plus le Grand Soir, stockons du goudron et des plumes, on a pas fini de rigoler !

#132216 
03/02/2017 à 19:53 par Palamède Singouin

Pas héroique Renaud, sur ce coup...

Renaud a été Brejnevien avant 1981, puis Tontonmaniaque, puis charliehebdotiste avec Philippe Val, Ingrid Bettencouriste quand c’était à la mode...pour finir flicophile, puis Filloniste....

#132255 
04/02/2017 à 10:01 par J.J.

Palamède constate : Renaud a été Brejnevien avant 1981, puis Tontonmaniaque, puis charliehebdotiste avec Philippe Val, Ingrid Bettencouriste quand c’était à la mode...pour finir flicophile, puis Filloniste....

Et il pourrait reprendre à son compte la chanson de Jacques Dutron : A la prochaine révolution, je retourne mon pantalon....

#132268 
RSS RSS Commentaires
   
"L’Industrie du mensonge - Relations publiques, lobbying & démocratie"
Sheldon Rampton, John Stauber
En examinant le monde des lobbyistes, ce livre dévoile l’ampleur des manipulations pour transformer l’« opinion publique » et conforter les intérêts des grands groupes industriels. Des espions aux journalistes opportunistes, en passant par des scientifiques peu regardants et de faux manifestants, l’industrie des relations publiques utilise tous les canaux possibles pour que seule puisse être diffusée l’information qui arrange ses clients - gouvernements et multinationales, producteurs d’énergie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.