Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

12 

Versailles : « Penser printemps ou n’être rien qu’une illettrée bretonne ou un alcoolique nordique »

Extraits d’un discours mémorable.

« Mesdames, Messieurs,
Les circonstances qui nous réunissent aujourd’hui sont de celles dont la gravité ne peut échapper qu’à ceux dont la légèreté et l’incompréhension constituent un conglomérat d’ignorance que nous voulons croire indépendant de leurs justes sentiments. L’exemple glorieux de ceux qui nous ont précédés dans le passé doit être unanimement suivi par ceux qui continueront dans un proche et lumineux avenir, un présent chargé de promesses que glaneront les générations futures délivrées à jamais des nuées obscures qu’auront en pure perte essayé de semer sous leurs pas les mauvais bergers que la constance et la foi du peuple en ses destinées rendront vaines et illusoires ».

Applaudissements debout Standing ovation.

Puis, l’orateur a formé « le voeu sincère et légitime de voir bientôt se lever le froment de la bonne graine sur les champs arrosés de la promesse formelle enfouie au plus profond de la terre nourricière, reflet intégral d’un idéal et d’une mystique dont la liberté et l’égalité sont les quatre points cardinaux en face d’une fraternité massive, indéfectible, imputrescible et légendaire. » (Pierre Dac, 24 septembre 1972, Meulan, Yvelines).

Théophraste R. (Robespierriste).

URL de cette brève 5481
https://www.legrandsoir.info/versailles-penser-printemps-ou-n-etre-rien-qu-une-illettree-bretonne-ou-un-alcoolique-nordique.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
04/07/2017 à 09:50 par J.J.

Comme aurait dit monsieur Prudhomme : "Ce sabre est le plus beau jour de ma vie". Fermez le ban (public).

#137618 
04/07/2017 à 11:07 par irae

Pas possible ce n’est pas un vrai extrait, c’est une blague. Enfoncé le discours de 1er de la classe d’Orléans. Je sais bien que je m’attends au quinquennat le plus burlesque et caricatural de la Vè que j’en salivais d’avance et que je ne suis pas décue par cette cascade de pitreries mais là cela dépasse toutes mes illusions.
Cela dit gros soulagement, en cas de canicule on dispose du meilleur système de ventilation possible.

#137621 
04/07/2017 à 11:20 par Fald

https://www.legrandsoir.info/le-seul-bon-programme-pour-redresser-le-pays.html
Puisque Théophraste insiste, moi aussi. Na !
« Stroumpfes, stroumpfs, mes chers costroumpfs,
Ce qu’il vous faut, ce n’est pas un stroumpf qui se contente de stroumpfer, mais un véritable stroumpf qui stroumpfe sans stroumpfer. C’est pourquoi, aux prochaines stroumpfs, je vous stroumpfe de stroumpfer résolument stroumpf.
Vive le stroumpf ! »

#137623 
04/07/2017 à 13:24 par L. A.

N’oublions pas ce passage magnifique (paraphrasant Houphouët-Boigny) « Notre pays est au bord du gouffre mais nous allons lui faire faire un gigantesque bond en avant ! »
L. A. (Rien parmi les riens, mais insoumis quand même.)

#137627 
04/07/2017 à 14:01 par Théophraste R.

@ Irae
"Pas possible ce n’est pas un vrai extrait, c’est une blague".
Oui.
Je crois même l’avoir signée Pierre Dac, qui en d’ailleurs est l’auteur.

#137629 
04/07/2017 à 14:47 par Georges SPORRI

Le seul livre d’anthropologie que MACRON pense avoir compris c’est "Jupiter-Mars-Quirinus" de Dumézil. Mais, en fait, il ne l’a pas profondément compris, alors, il ne parvient pas à incarner autre chose que le trio "Orléans-Napoléon 1er-Pétain".
S’il veut redevenir quelqu’un de vaguement acceptable je lui conseille de travailler sur "Sully-Colbert-Joachim de Flore" avec un petit supplément "Proudhon" pour faire plaisir au matou (Onfray) qui assure l’intérim du minet (BHL).

#137633 
04/07/2017 à 15:11 par AF30

Évidemment il ne faut pas oublier le maire de Champignac, grand précurseur du macaronisme triomphant : "Je suis heureux d’être aujourd’hui présent parmi toutes ces magnifiques bêtes à cornes à la tête desquelles Monsieur le Préfet nous fait l’honneur de s’asseoir, lui qui, debout à la proue du splendide troupeau de la race bovine du pays, tient d’un oeil lucide et vigilant le gouvernail dont les voiles, sous l’impulsion du magnifique cheval de trait indigène, entraînent sur la route toute droite de la prospérité, le Champignacien qui ne craint pas ses méandres, car il sait qu’en serrant les coudes il gardera les deux pieds sur terre afin de s’élever à la sueur de son front musclé, vers des sommets toujours plus hauts !"

#137634 
04/07/2017 à 15:33 par irae

Cher Théo,
Après le discours d’Orléans et ses envolées lyriques sur jehanne d’arc (esprit d’à-propos quand tu nous tiens) j’ai été tellement saisie de consternation que depuis j’ai une partie du cerveau en révision approfondie.
Cela dit l’enfilage de saloperies dans le plus pur style médiacratique destinées à jeter le discrédit sur quiconque s’aviserai de porter le moindre soupçon sur une politique tellement réaliste et bienfaisante pour l’humanité des siècles et des siècles en dit long sur la vacuité du fond (arsenic et vieilles recettes).
Ou alors cette pensée est trop complexe pour moi.

#137636 
05/07/2017 à 07:37 par calame julia

C’est c’la oui irae. Trop complexe pour nous sa pensée ! Qui réussit pense. Et, qui pense ne réussit pas !
Avec les quelques centaines de députés qui ont été élus avec son mouvement nous allons avoir du boulot
"intellectuel" pour les soirées d’hiver !
A nous les questions : "ce qui se conçoit bien s’énonce clairement". Parce que bien pensé...

#137653 
05/07/2017 à 10:44 par Gérard

Une différence avec Pierre Dac, cependant, celui-ci était bien plus rigolo !

#137660 
05/07/2017 à 14:20 par Fald

AF30,
Enfin un vrai érudit sur LGS !!! Citer le maire de Champignac, Bravo !
Mon problème, c’est de ne pas me rappeler où j’ai lu ou entendu telle ou telle chose. Par exemple ce maire qui remerciait le préfet d’être venu si nombreux.
Si quelqu’un pouvait retrouver la citation originale...
Merci d’avance.

#137671 
05/07/2017 à 14:23 legrandsoir

Un de plus , voulez-vous dire.
Sourire.

#137672 
RSS RSS Commentaires
   
Putain d’usine, de Jean Pierre Levaray.
« Tous les jours pareils. J’arrive au boulot et ça me tombe dessus, comme une vague de désespoir, comme un suicide, comme une petite mort, comme la brûlure de la balle sur la tempe. Un travail trop connu, une salle de contrôle écrasée sous les néons - et des collègues que, certains jours, on n’a pas envie de retrouver. On fait avec, mais on ne s’habitue pas. On en arrive même à souhaiter que la boîte ferme. Oui, qu’elle délocalise, qu’elle restructure, qu’elle augmente sa productivité, qu’elle baisse ses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le déficit de l’Etat était l’objet même de spéculations. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or chaque emprunt fournissait à l’aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l’Etat, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans des conditions toujours plus défavorables.

Karl Marx
La lutte des classes en France. 1850


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.