Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

18 

Dupont-Aignan, Ménard, Jeanne d’Arc et les magouilles à gauche

Rêvant de devenir Premier ministre en cas de victoire du FN, Dupont-Aignan avait rallié Marine Le Pen avant le second tour de la présidentielle de 2017.

Politicard opportuniste, il aspire à présent à devenir l’élément central d’un rassemblement de toutes les droites avec l’extrême droite, de Laurent Wauquiez à Marion Maréchal-Le Pen.

En 2014, descendu à Béziers pour soutenir Ménard, dans sa campagne municipale, il prononça ces paroles immortelles : « Robert, c’est Jeanne d’Arc ».

Il est vrai que l’ex-patron de Reporters sans frontière fut longtemps adulé par toute la classe politico-médiatique. On le vit passer de la LCR au PS, se faire inviter par les communistes à la fête de l’Humanité (2001), par François Asselineau à son Université d’été de l’UPR (2012), voter un coup Bayrou, un coup Sarkozy. Il a pu dire son admiration pour l’OAS, s’appuyer sur le Bloc identitaire et écrire un opuscule : « Vive Le Pen ! » sans cesser d’être invité par les médias.

Pourtant, de nombreux articles documentés, arrachant le masque de RSF et de son patron, ont été publiés sans discontinuer sur ce site, dès 2004. En 2007, paraissait le livre d’un administrateur du Grand Soir (1) sélectionné pour un prix dont le jury, présidé par Régis Debray, était composé de quinze à vingt journalistes politiques, tous directeurs de la rédaction, ou rédacteurs en chef, ou responsables des services politiques des « grands » médias de la presse écrite ou audiovisuelle.

Donc, pour qui voulait regarder, le masque de Ménard était alors tombé, avant même qu’il devienne maire apparenté FN de Béziers.

Cependant, le 4 octobre 2017, Carole Delga, présidente socialiste (sic) du conseil régional d’Occitanie (dont il n’est pas un élu) l’invita à participer à Toulouse à une journée de soutien à la LGV.

Puis plongeant dans la marmite à tambouille, les élus EELV et PCF de cette région ont décidé, en pleines fêtes de fin d’année, de quitter le groupe « Nouveau Monde en Commun », une coalition électorale avec laquelle ils avaient été élus et comprenant également Ensemble et la France Insoumise, deux mouvements dont les 4 élus se retrouvent seuls à présent, face à un puissant FN et à un conglomérat dont la principale composante (PS) voit une partie de ses anciens dirigeants, de ses anciens ministres, de ses cadres, de ses élus, brouter dans la gamelle de la créature de Rothschild.

Vous savez, vous, pourquoi le taux d’abstention ne cesse d’augmenter chez les petites gens, les sans-dents, les jeunes, pourquoi le FN est si fort en Occitanie (2), le PCF si faible (3), le PS en recul (4) et la FI en progrès (5) ?

Théophraste R. (Colporteur de cette inadmissible plaisanterie : « Jeanne d’Arc s’est éteinte le 30 mai 1431, deux heures après sa mort »).

Notes.
(1) « La face cachée de Reporters sans frontières. De la CIA aux Faucons du Pentagone », Maxime Vivas, Aden éditions.

(2) Le FN y compte 40 conseillers régionaux.

(3) Pour mesurer l’influence du PCF, il faut examiner les résultats quand il se présente sous son étiquette. Au premier tour des dernières élections législatives dans la Haute-Garonne, le score du PCF varie entre 1,35 % et 3,09%. Pierre Lacaze, secrétaire fédéral et membre du bureau national du PCF, se contente de 2,34%.

(4) Le PS, qui avait 9 députés, garde un seul siège (mais l’élection vient d’être annulée).

(5) La FI est présente au second tour dans 6 circonscriptions sur 10, mais échoue, parfois de peu, face à la vague LREM qui rafle 9 sièges.

URL de cette brève 5698
https://www.legrandsoir.info/dupont-aignan-menard-jeanne-d-arc-et-les-magouilles-a-gauche.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
05/02/2018 à 10:01 par MF

Puisqu’il s’agit de taper sous la ceinture de l’UPR, voici la défense. Certes, la décision d’inviter M.Ménard à l’université d’été de 2012 est regrettable, notons cependant qu’il s’agissait d’une université d’été à laquelle des gens aux vues très divergentes, de droite et de gauche étaient invités à débattre (la liste est : Alain Benajam, Étienne Chouard, Slobodan Despot, Robert Ménard et Inès Benajaoud du mouvement de la paix, Abdelkrim Branine, Patrick Dhondt, Bruno Drweski, Éric Mary). Et puisqu’il s’agit d’antifascisme et d’anti-impérialisme, un peu d’équilibre dans les accusations ne fait pas de mal : je ne vois pas pourquoi cela serait pire que de continuer comme Mélenchon aujourd’hui à faire les éloges de son ami proche l’ancien ministre de l’intérieur pendant la guerre d’Algérie, ami et protecteur de Bousquet, décoré de l’ordre de la Francisque, ami avec ses anciens camarades de la Cagoule jusqu’à sa mort, geolier en chef de la Françafrique etc...

#144604 
05/02/2018 à 14:25 par legrandsoir

Puisqu’il s’agit de taper sous la ceinture de l’UPR, voici la défense. Certes, la décision d’inviter M.Ménard à l’université d’été de 2012 est regrettable, notons cependant qu’il s’agissait d’une université d’été...

Théophraste notait simplement comment Ménard réussissait à tromper son monde, y compris l’UPR, en se faisant inviter à son Université d’été, comme il s’était fait inviter par d’autres. Mais vous avez raison, on peut toujours (c’est la mode) taper sous la ceinture de JLM.

#144615 
05/02/2018 à 15:13 par Assimbonanga

Les torgnoles volent bas (@MF) et les répliques partent en mode automatique. Est-ce bien ce qu’il y a de plus urgent ? Remarquer que la situation des prolétaires est aujourd’hui catastrophique. Je me dis que ce fut un miracle que notre édifice social tînt durant 70 ans après tout. Pour positiver. A-t-on vu dans les siècles des siècles une sécurité sociale, une assurance chômage universelle, une assurance retraite pour tous, une école publique, des facs publiques, des hôpitaux publics ? Ce fut une époque bénie de 1947 à 2017 après quoi les travailleurs ayant perdu toute vigilance se la firent confisquer pendant qu’ils regardaient des matchs de foot devant leur télé privée sur abonnement. Ce fut vraiment ballot. Ils rejoignirent ainsi leurs amis grands-bretons et grecs dans la déchéance mais il leur fallu encore quelques années avant de réaliser que c’était vraiment vrai et que supprimer les cotisations sociales ne signifiait pas "gagner du pouvoir d’achat" mais "perdre la partie". Que voulez-vous, c’est comme ça. Quand tout va trop bien, on ne se méfie pas. On croit que c’est acquis.

#144617 
05/02/2018 à 15:16 par Roger

Il s’agit en effet de souligner que Menard a fait preuve de compétence dans son travail de "taupe" dans ses fonctions à RSF, et qu’il continue de déployer son habileté dans celle de Maire.
Il faut reconnaître que les officines US savent détecter, former et valoriser les compétences pouvant servir les intérêts de cette belle et grande démocratie-modèle (cf. aussi les Young Leaders qui noyautent nos "élites" jusqu’au sommet de l’Etat... https://www.legrandsoir.info/liste-des-premiers-signataires-du-manifes...

#144618 
05/02/2018 à 15:50 par Papon

Ce qui me gêne dans l’OAS c’est qu’elle etait financée par la CIA ainsi que le raconte un certain J.Ruby, l’assassin de l’assassin de JFK.

#144622 
05/02/2018 à 16:04 par MF

@Le Grand Soir
Peut-être était-ce l’intention de Théophraste. Cela dit, comme l’information incomplète donnée dans l’article pouvait inspirer un certain nombre de militants de la France Insoumise adeptes du deux poids deux mesures quand il s’agit de l’UPR et d’Asselineau, une réponse s’imposait. D’ailleurs, je n’ai fait que rappeler une position de M.Mélenchon toujours actuelle (hommage à Mitterrand), ce qui a plus de valeur pour le présent et de pertinence qu’une invitation malencontreuse à débat il y a 6 ans. Merci d’avoir publié ma réponse et bravo pour votre travail.

#144623 
05/02/2018 à 23:02 par Vigie rouge et insoumise

« …je n’ai fait que rappeler une position de M.Mélenchon toujours actuelle (hommage à Mitterrand), ce qui a plus de valeur pour le présent et de pertinence qu’une invitation malencontreuse à débat il y a 6 ans ».

Vous oubliez la déclaration d’Asselineau pendant les présidentielles de 2017 où il disait que l’UPR peut se sentir proche de quelqu’un comme Florian Philippot … et d’une déclaration plus récente où il l’invite carrément à rejoindre l’UPR.
Cela dit, ni Asselineau ni Mélenchon n’étaient le thème central du billet de Théophraste. Mais les militants de l’UPR ont le talent pour pourrir les débats et pour faire dévier les flèches qui risquent de toucher les droites extrêmes (ici Dupont-Aignan, Ménard) et le PS (moins ciblé par l’UPR que la FI).
Bizarre ?

#144635 
06/02/2018 à 09:33 par MF

@Vigie Rouge insoumise
Vous êtes adeptes du deux poids deux mesures. L’extrême-droite , c’est aussi ce que le parti de la gauche européenne est en train de faire en Grèce (interdiction du droit de grève, ultra-austérité, tabassage de manifestants etc...). Je rappelle que le PG de Mélenchon fait partie du PGE. Vigilance dites-vous ? Vigie rouge insoumise ou Vigie rose soumise à l’ue ? Pour le reste, ici on est sur un blog de sympathisants de la FI, dans un article qui parle de l’UPR, d’où mon intervention.

#144644 
06/02/2018 à 18:16 par florent

Je rappelais seulement qu’en matière de magouille,il est facile de dénoncer... Mais mieux vaut être exempt de tout reproche.
Vous allez me répondre que votre refus de publier vient du fait que mon post n’avait aucun rapport.... Ah ah ah

#144662 
06/02/2018 à 19:59 par GUILBAUD Didier

A MF, le parti de gauche vient de demander au PGE l’exclusion de Syriza
https://www.lepartidegauche.fr/le-parti-de-gauche-sadresse-au-pge/

#144666 
07/02/2018 à 09:45 par MF

@GUILBAUD Didier
Merci pour cette information. Quelques remarques :
1-La répression policière et la capitulation de Syriza ne sont pas nouveaux et datent d’au moins l’été 2015. Le PG a donc mis plus de deux ans et demi pour demander cette exclusion. Voilà un manque de réaction assez étonnant pour un parti dont le leader Mélenchon est pourtant très réactif, par exemple lorsqu’il s’agit de dire dans son blog le 28 mars 2017 qu’Asselineau fait partie de "l’extrême-droite brune" (sans se donner la peine de donner des arguments d’ailleurs, sans doute s’attend-il à ce que ses militants le croient sur parole se reposant sur son autorité). De toute évidence, avoir contribué à mettre le criminel Tsipras au pouvoir n’a hélas apporté ni humilité ni remise en cause politique. Que les états-majors du PG prennent garde que ce genre d’accusation ne se retourne un jour contre eux.
2-En réalité, Syriza est parfaitement à sa place au PGE. En effet, ce que le PG ne dit pas est que l’adhésion au PGE implique la défense de l’appartenance de son pays à l’UE (en échange de subventions à millions) et que l’appartenance à l’UE implique la politique d’austérité et de répression que Syriza a appliqué en Grèce. Ceci s’explique à la fois par des raisons juridiques directes (application des grandes orientations de politique européenne) et de pressions économiques rendues possibles par les traités ne pouvant être changés qu’à l’unanimité des pays membres (impossibilité de contrôler la circulation des capitaux et marchandises, de nationaliser etc...)
3-Peut-être qu’un vrai débat sur l’UE aurait permis d’y voir plus clair au PG. Le souci c’est que le PG refuse ce débat aussi bien en interne (voir témoignage de Serge Marquis sur l’enterrement des débats en interne https://blogs.mediapart.fr/serge-marquis/blog/050715/je-quitte-le-part...) qu’en externe (refus du débat proposé par Asselineau dont le parti a pourtant près de 30 000 adhérents à jour de cotisation, ah zut mais c’est de "l’extrême droite brune" j’avais oublié donc pas de débat avec Asselineau CQFD )

#144687 
07/02/2018 à 10:43 legrandsoir

C’était un nouveau communiqué de l’UPR, en commentaire d’un billet sur la droite française et Jeanne d’Arc.

#144692 
07/02/2018 à 12:47 par Moundi

C’était un nouveau communiqué de l’UPR, en commentaire d’un billet sur la droite française et Jeanne d’Arc.


Méfiez-vous LGS, il se pourrait qu’un jour les Français aussi vous trie parmi les traitres. Nous ne sommes pas aussi cons que vous le pensez... (ou que vous l’êtes ?).

#144703 
07/02/2018 à 13:53 legrandsoir

Vous entrez dans notre maison pour nous menacer ("méfiez-vous") et lâcher des "cons" et des "traîtres". Comment saviez-vous que le modérateur était parti boire un café ?

#144708 
07/02/2018 à 17:30 par Moundi

Lorsqu’on disait de se méfier de Hollande, de Tsipras, Varoufakis, Podemos, ... vous avez aussi compris ça comme une menace, je suppose ?

#144720 
14/02/2018 à 15:02 par JC

J’avoue ne pas comprendre cette rhétorique essentialiste du "masque" qui "tombe" et tout... En quoi a-t-il trompé son monde ? On ne peut pas avoir des convictions de droite à un moment dans son parcours, tout en fréquentant n’importe quel humain de n’importe quel bord politique ? Faudrait rester bien séparés, et à la limite faire sécession ou se taper dessus ? C’est un méchant qui veut le mal aux gens, tandis que vous vous êtes les gentils qui veulent le mal mais seulement pour les méchants ? Saoulant ces politicailleries. Si Ménard est criticable, c’est pour d’autres raisons, éventuellement, certaines vraiment déshonorantes par ailleurs tel que votre patron l’explique bien dans son livre.

#145003 
14/02/2018 à 20:41 legrandsoir

En quoi a-t-il trompé son monde ?

Eh bien vous lirez La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone. https://www.legrandsoir.info/la-face-cachee-de-reporters-sans-frontier...

Entre autres.

#145012 
15/02/2018 à 17:43 par JC

@LGS : Oui c’est à ce livre auquel je faisais référence. Je ne l’ai pas lu mais je dans tout ça, son positionnement politique ne me fait ni chaud ni froid, ce qui me gêne c’est s’il trahit le pays (intelligence avec une puissance étrangère), trahit sa mission officielle de MSF, bref c’est le mensonge et la dissimulation en soit, pas le positionnement de ses convictions. Après, faut pas se mentir, il y a un certain risque depuis longtemps et y compris de nos jours, à afficher certaines positions. Déjà si ce risque était levé (c’est l’objet de ma critique), on pourrait mieux débattre. Y’a un moment où on pourrait arrêter ces bascules historiques alternées où le camp dominant persécute et bâillonne le camp dominé, qui attend son heure en conspirant...

#145043 
RSS RSS Commentaires
   
Maxime Vivas : le gai Huron du Lauragais
Bernard GENSANE
C’est sûrement parce qu’il est enraciné dans les monts du Lauragais que Maxime Vivas a pu nous livrer avec ce roman une nouvelle version de l’ébahissement du Candide face aux techniques asservissantes censées libérer les humains. Soit, donc, un Huron né à des milliers de kilomètres de l’Hexagone, sur l’àŽle Motapa, d’une mère motapienne et d’un père parisien. A l’âge de 25 ans, ce narrateur décide de voir Paris. Motapa est une île de paix, de sagesse, de tranquillité. La lave de son volcan charrie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) quelqu’un a dit il y a vingt ans : "vous pouvez croire tout ce qu’on raconte sur cet homme, sauf qu’il est mort".

(...) Ce lieu sera pour toujours un témoignage de lutte, un appel à l’humanisme. Il sera aussi un hommage permanent à une génération qui voulait transformer le monde, et à l’esprit rebelle et inventif d’un artiste qui contribua à forger cette génération et en même temps en est un de ses symboles les plus authentiques.

Les années 60 étaient bien plus qu’une période dans un siècle qui touche à sa fin. Avant toute chose, elles ont été une attitude face à la vie qui a profondément influencé la culture, la société et la politique, et a qui a traversé toutes les frontières. Un élan novateur s’est levé, victorieux, pour submerger toute la décennie, mais il était né bien avant cette époque et ne s’est pas arrêté depuis. (...)

Avec une animosité obstinée, certains dénigrent encore cette époque - ceux qui savent que pour tuer l’histoire, il faut d’abord lui arracher le moment le plus lumineux et le plus prometteur. C’est ainsi que sont les choses, et c’est ainsi qu’elles ont toujours été : pour ou contre les années 60.

Ricardo Alarcon,
président de l’Assemblée Nationale de Cuba
Allocution lors de l’inauguration de la statue de John Lennon à la Havane, Décembre 2000


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.