Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Et si on bombardait Moscou (sans faire de victimes civiles, bien sûr !) ?

Hollande a dit à Poutine : « Viens à la maison comme prévu, mais j’serai pas, là. T’auras qu’à discuter avec mon valet de chambre. Moi, je file décorer un émir et un prince démocrates qui m’ont promis de libérer les femmes de leur pays et d’arrêter de décapiter (dès l’an 2050) les mécréants, les sodomites, les adeptes de l’adultère, du blasphème, de la République, du pape, du string et de la saucisse de Toulouse. »

Et Poutine, assez susceptible, ma foi, de renoncer à venir, réaction puérile qui vit se déchaîner contre lui notre presse attachée à une politique étrangère qui fait passer les principes avant les affaires.

Théophraste R. (Pacifiste et féministe bêlant sur legrandsoir.info).

URL de cette brève 5198
https://www.legrandsoir.info/et-si-on-bombardait-moscou-sans-faire-de-victimes-civiles-bien-sur.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
12/10/2016 à 18:52 par latitude zero

Et si on bombardait Moscou (sans faire de victimes civiles, bien sûr !) ?

On va d’abord les voir à l’œuvre à Mossoul .

"La reprise de Mossoul par les États-Unis et les forces de Bagdad se fera certainement sans perte civile car les bombes occidentales ont pour qualité exceptionnelle de distinguer les ennemis armés des civils désarmés !"

Technologiquement , les bombes russes font le même type de distinction, mais d’après nos MMS en qui nous pouvons avoir une confiance aveugle , la différence est que ces bombes ne visent que les civils et les enfants , surtout les enfants ... !

http://www.investigaction.net/les-bombes-americaines-francaises-saoudiennes-ne-tuent-pas-de-civils/

#128116 
RSS RSS Commentaires
   
« Cuba mi amor », un roman sur le Che de Kristian Marciniak (Rebelion)
Leyde E. Rodri­guez HERNANDEZ
Publié chez Publibook, une maison d’édition française, le roman de Kristian Marciniak : « Cuba mi amor » circule dans Paris ces jours-ci. Dans un message personnel adressé au chroniqueur de ce papier, l’auteur avoue que Cuba a été le pays qui lui a apporté, de toute sa vie, le plus de bonheur, les plus grandes joies et les plus belles émotions, et entre autres l’orgueil d’avoir connu et travaillé aux côtés du Che, au Ministère de l’Industrie. Le roman « Cuba mi amor » est un livre impressionnant de plus de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Jamais je ne demanderais pardon au nom des Etats-Unis - quelles que soient les raisons."

Président George Bush (père)
après qu’un avion de ligne régulière Iranien ait été abattu par un missile états-unien


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.