Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

15 

"Je ne suis pas antiCubain, je suis antiCastriste"

"Je ne suis pas antiCubain, je suis antiCastriste", m’a rétorqué quelqu’un sur un forum.

En 30 ans, je n’ai jamais vu un antiCastriste lever le petit doigt contre la tentative de blocus US qui touche toute la population. Ils préfèrent éviter le sujet et/ou prétendre que ce n’est qu’une excuse du gouvernement et/ou prétendre qu’elle n’existe pas. Certains se délectent même à l’idée que la tentative de blocus puisse ruiner le pays pour arriver à justifier a contrario leur anticastrisme...

Je n’ai jamais vu un antiCastriste s’élever contre les 3000 attentats contre Cuba (et à peu près autant de victimes). Je n’ai jamais vu un antiCastriste protester contre l’asile offert à Posada Carriles à Miami qui a fait exploser un avion civil cubain en plein vol. Je n’ai jamais vu un antiCastriste faire la moindre chose en faveur de la population cubaine, à part débiter son anticastrisme sur des forums.

Mais peut-être me trompe-je. Peut-être sommes-nous croisés dans quelque activité, soirée d’information, journée de protestation. Peut-être ont-ils tenté de faire parvenir des pièces détachées à l’hôpital onco-pédiatrique de la Havane. Peut-être tenaient-ils le micro lorsque les médecins racontaient leur quotidien et les effets concrets et directs du blocus.

Dans ce cas, j’avoue humblement ma confusion.

En attendant, "on" nous annonçait le culte de la personnalité. "On" parlait de Mausolée. "On" parlait de fortune personnelle. Au final : une cabane de pêcheur, un survêtement de marque, une urne funéraire. Jusqu’au bout, Fidel les aura niqués.

Viktor Dedaj
"faut pas me la jouer à l’envers"

Lire aussi "Lettre à Maria" (le jour où j’ai commencé à virer Castriste)

URL de cette brève 5254
https://www.legrandsoir.info/je-ne-suis-pas-anticubain-je-suis-anticastriste.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
03/12/2016 à 14:45 par aldamir

Cette personne est tout simplement un véritable traître à son pays et à son peuple, car lorsqu’on aime son pays et on y est attaché on le défend de toutes ses griffes contre intrusion étrangère. John Dos Lassos disait : vous pouvez arracher l’homme de son pays, mais vous ne pouvez pas arracher le pays du cœur de l’homme ( pour le livrer à l’étranger)

#130097 
03/12/2016 à 16:04 par pauvred'eux

Merci Viktor pour cette petite fessée bien méritée. Je pense que vous ne vous trompez malheureusement pas, les antis de cet acabit ne lèvent pas le petit doigt mais continuent leur travail de psittacidé bien alimenté par nos merveilleux médias libres, indépendants et éthiques que les cubains devraient nous envier. Je n’avais jamais lu cette lettre à Maria, j’en ai le cœur serré et plus encore.

#130099 
03/12/2016 à 19:23 par hf

Dans le genre allez revoir 28’ sur arte hier soir, à vomir.

#130108 
03/12/2016 à 19:53 par cassiopea

Justin Trudeau "sans sourciller" (selon les dires d’un pseudo journaliste d’Arte) a rendu un vibrant hommage à Fidel.
La communauté internationale est choquée.

#130111 
03/12/2016 à 20:26 par François

Après avoir lu la lettre à Maria, je me rend compte que j’ai eu la chance de n’avoir jamais été anti castriste. Je suis tombé dans beaucoup d’autre travers et manipulations médiatiques diverses, mais pas celle là.
Ma Maria à moi est ma prof d’Espagnol de 4ème.
J’ai choisi cette langue alors que sa réputation était d’être la LV2 des cancres, et l’Allemand celle des bons élèves.
J’ai choisi l’Espagnol quand même gnagnagna !
Et cette prof nous à raconté comment cette homme, Fidel Castro, avait réussi héroïquement à mettre fin à une dictature qui ne s’occupait que des riches et affamait les pauvres. Fidel, lui, s’occupait des pauvres et c’est uniquement pour cela qu’il a fait une révolution, rien d’autre. J’étais ébahi par cette histoire.
Faudrait que je la revoie pour lui en parler. Je lui en ai fait baver un peu, j’étais pas l’élève modèle mais mes blagues étaient toujours bon esprit. Elle doit avoir un peu le cafard ces derniers jours.
Quand je repense au collège, je repense à mon prof de physique qui m’a donné envie de faire de la physique, et d’avoir finalement et d’avoir un boulot intéressant, et à ma prof d’Espagnol qui nous a expliqué la révolution Cubaine.

#130113 
04/12/2016 à 00:23 par Jean Cendent

Viktor Dedaj
"faut pas me la jouer à l’envers"

Et bien pour ma part depuis que je suis en âge de voter (sous Mitterrand 1) j’ai la curieuse sensation que l’on me la fait continuellement à l’envers, de droite à gauche et de haut en bas.
Alors, avec le temps je suis habité par le doute et suis désolé de n’être rien ou un résidu dégradé par les hiérarchies du refus et du mépris.
Bref, valeur marchande nulle, pas assez « débrouillard » pour la conjoncture actuelle des 30 dernières années.

On me rétorquera avec ou sans humour, il y a des docteurs pour ça …Oh oui, je sais.

#130121 
04/12/2016 à 14:26 par macno

Accrochez vous car moi j’ai vraiment eu du mal, mais d’un autre côté, ça fait du bien :
La ministre française de l’Ecologie, Ségolène Royal, a salué samedi à Santiago de Cuba la mémoire de Fidel Castro, "un monument de l’histoire", rejetant les accusations de violations des droits de l’Homme à son encontre.
"C’est un monument de l’histoire, d’abord, Fidel Castro" et "c’est le symbole d’une amitié très profonde entre Cuba et la France", a-t-elle déclaré à des journalistes français peu après son arrivée à Cuba où elle devait assister samedi soir à une cérémonie d’hommage au "Comandante", puis à ses funérailles en cercle plus restreint dimanche.
Mme Royal, numéro trois du gouvernement français, est la seule membre d’un gouvernement européen, avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras, à avoir fait le déplacement à Cuba à l’occasion de la semaine de deuil national consacrée à l’ex-président cubain, décédé le 25 novembre à 90 ans.
"Grâce à Fidel Castro, les Cubains ont récupéré leur territoire, leur vie, leur destin. Ils se sont inspirés de la Révolution française sans pour autant connaître la terreur qu’il y a eue pendant la Révolution française", a-t-elle estimé.
Interrogée sur les violations des droits de l’homme reprochées par l’ONU et l’opposition au régime cubain, Ségolène Royal a souligné au contraire l’existence sur l’île d’"une liberté religieuse" et d’"une liberté de conscience".
"Ecoutez, il y a beaucoup de désinformation, ce que j’observe c’est que jamais les relations diplomatiques n’ont été coupées avec Cuba, y compris de la part de certains responsables politiques qui me critiquent, qui critiquent la France, jamais", a-t-elle dit.
"Il y a toujours du positif et du négatif dans les histoires, mais certains ne vont pas se rhabiller à bon compte au nom des droits de l’homme alors qu’on sait qu’ici, quand on demande des listes de prisonniers politiques, on n’en a pas. Et bien fournissez-moi des listes de prisonniers politiques, à ce moment-là on pourra faire quelque chose", a-t-elle ajouté.
"Donc il faut savoir regarder les choses positivement même si ça dérange", a-t-elle ajouté, estimant que "la France n’a pas à donner de leçon" à Cuba.
"Je sais que ça dérange parce que justement voilà un pays insulaire qui protège son patrimoine, qui interdit les prédateurs, qui a réussi aussi à faire en sorte qu’il y ait une propreté, une sécurité vraiment remarquables, que l’on n’atteint pas dans beaucoup de pays qui donnent aujourd’hui des leçons de droits de l’Homme", a-t-elle conclu.
afp

#130138 
05/12/2016 à 15:51 par Christophe

Bonjour à tous,

Je ne suis absolument pas spécialiste en matière cubaine mais au vu des derniers événements, il y a plein de réactions et de "sorties" qui causent de cuba. Le seul souci c’est que j’entends tout et son contraire et il est très difficile de faire la part des choses. Je suis un lecteur, disons régulier, de vos articles et je me dis que vour pourrez peut-être m’aider : où est-ce que je peux trouver de l’info factuelle sur l’histoire de cuba ? un truc qui pointe vraiment les responsabilités des uns et des autres, le moins partisant possible et qui permet de se faire un avis. Car quels que soit les avis, on sent tout de même qu’on est face à un cas assez unique et j’ai envie d’en savoir plus.
Merci d’avance.

#130167 
05/12/2016 à 20:22 par V. Dedaj

@ Christophe

Impossible, sans y consacrer "un certain temps". L’étendue du "n’importe quoi" est trop vaste. Chaque fois que je me suis penché sur une question (la première pour moi a été le blocus), j’ai découvert un monde que je ne soupçonnais pas (franchement, quand avez-vous entendu la moindre explication sur le blocus ? Avez-vous le moindre idée en quoi il consiste, ce qu’il touche, comment il s’applique ?). Pourquoi n’avais-je jamais entendu parler de la loi Cuban Adjustement Act ? Pourquoi m’a-t-il fallu des années pour entendre parler de Posada Carriles ? (pour découvrir dans la foulée qu’il n’est que la pointe d’un iceberg). Bref, les médias occidentaux cachent la moitié du film. Il est normal que vous ayez du mal à suivre. Mais la règle observée sur le terrain est celle-ci (pour moi comme pour beaucoup d’autres) : plus on s’y intéresse, et plus on se fait entraîner, et plus on se rend compte de l’étendue des dégâts, et moins on comprend pourquoi tant de haine (ou plus on comprend pourquoi, selon le point de vue)...

#130177 
06/12/2016 à 01:55 par depassage

@)V. Dedaj
Vous avez raison V.D. J’ajouterai qu’entre la réalité et ce que nous présente l’armée médiatique avec titres, canaux et supports pris ensemble, du moins ceux qui ont une large audience, il y a peut-être une différence de la largeur de l’océan pacifique. Il faut avoir eu du vécu, de la mémoire et s’ y être intéresser aux sorts des peuples très tôt pour se faire une idée toute petite sur la largeur du gouffre couvert par les mensonges.

#130183 
06/12/2016 à 09:58 par JPaul LE BRETON

Une dictature qu’elle soit de gauche ou de droite, reste une dictature.
Bien sûr, on ne comparera pas Castro aux grands dictateurs que furent Hitler, Staline, Mao, Franco ou Pol Pot qui tua le 1/4 de la population de son pays le Cambodge.
Mais un régime où il n’y a qu’une seule presse, pas de parti d’opposition, un seul syndicat, un accès à Internet très limité, 10 000 morts d’opposants politiques depuis 1960, n’est pas une démocratie.
On peut aussi reconnaître le mérite à Castro d’avoir permis l’accès à l’éducation et à la santé pour la majorité des Cubains.

#130191 
06/12/2016 à 10:20 legrandsoir

on ne comparera pas Castro aux grands dictateurs


Aux petits, alors. On progresse.
Mais vous devriez aller dire ça dans une ville, un village, une campagne cubaine, pour voir si c’est aussi facile que dans nos colonnes.
Soyez prudents, parce que les Cubains ont le sens de l’humour mais, Marti, le Che, Fidel, c’est un peu à part. On se demande pourquoi ?

#130195 
06/12/2016 à 11:08 par babelouest

Les grands dictateurs ? Il y en a plein, actuellement, ce sont ce qu’on appelle "les grands chefs d’entreprises". Y compris en France. A côté d’eux, Fidel était un très grand démocrate. Parce que c’est EN fRANCE qu’il y a une dictature, pas à Cuba ! Il serait temps de remettre les pendules à l’heure.

#130198 
06/12/2016 à 18:59 par depassage

Quand la logique aveugle gouverne le monde, on peut aisément annoncer n’importe quoi parce qu’on l’a entendu dire tout simplement. Simple perroquet qui se croit humain. Dictature, démocratie sont devenu des mots qui disent la vérité par eux-mêmes aussi clair que la lumière du jour. Un pays qui a un roi comme l’Angleterre (et bien d’autre) ne peut jamais être considéré comme une dictature parce que l’Angleterre est puissante et parce qu’on dit que la royauté n’est que symbolique autant ajouter qu’elle est décoratif, une sorte de luxe pour pays puissant. Oui, tout pouvoir politique est avant tout symbolique et il n’est là que pour justifier un pouvoir économique et le défendre.
Angela Merkel est au pouvoir depuis 2005 et si elle est remplacée elle ne le serait que par un sosie assez ressemblant sur le plan politique ou escamoté, ce qui serait le pire. Et on peut continuer, la liste est longue. D’ailleurs toutes les démocraties se sont assuré le droit de se transformer immédiatement en dictature en promulguant la loi martial si leurs pays sont en danger ou les disent en danger.
Pour des pays vraiment en dangers sur une longue période et que leurs existences même sont menacées deviennent automatiquement des dictatures aux yeux de ceux qui les menacent pour vrai et non pas pour des sornettes comme celles qui menacent la paix mondiale comme l’exemple du terrorisme. Parce que la paix mondiale ne peut être menacée que par ceux qui ont les moyens réels de pouvoir le faire et non par des bergers qui se sont improvisés ou qu’on a improvisé combattants de l’islam alors qu’ils ne peuvent au vrai même pas défendre leurs fesses.
Qui vous tient par le ventre vous tient par la tête et l’inverse est vrai.

#130220 
07/12/2016 à 00:57 par T 34

L’anticastrisme n’existe pas, c’est juste de l’anticommunisme.

#130235 
RSS RSS Commentaires
   
Boycott d’Israel. Pourquoi ? Comment ?
Nous avons le plaisir de vous proposer cette nouvelle brochure, conçue pour répondre aux questions que l’on peut se poser sur les moyens de mettre fin à l’impunité d’Israël, est à votre disposition. Elle aborde l’ensemble des problèmes qui se posent aux militants, aux sympathisants, et à l’ensemble du public, car les enjeux de la question palestinienne vont bien au-delà de ce que les médias dominants appellent le "conflit israélo-palestinien". Dans le cadre de la campagne internationale BDS (Boycott (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si j’étais le président, je pourrais arrêter le terrorisme contre les Etats-Unis en quelques jours. Définitivement. D’abord je demanderais pardon - très publiquement et très sincèrement - à tous les veuves et orphelins, les victimes de tortures et les pauvres, et les millions et millions d’autres victimes de l’Impérialisme Américain. Puis j’annoncerais la fin des interventions des Etats-Unis à travers le monde et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51ème Etat de l’Union mais - bizarrement - un pays étranger. Je réduirais alors le budget militaire d’au moins 90% et consacrerais les économies réalisées à indemniser nos victimes et à réparer les dégâts provoqués par nos bombardements. Il y aurait suffisamment d’argent. Savez-vous à combien s’élève le budget militaire pour une année ? Une seule année. A plus de 20.000 dollars par heure depuis la naissance de Jésus Christ.

Voilà ce que je ferais au cours de mes trois premiers jours à la Maison Blanche.

Le quatrième jour, je serais assassiné.

William Blum

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.