Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

17 

Les six font la paire

El Khomri. Si son concurrent LR a reçu le soutien du Premier ministre Édouard Philippe avant le premier tour, la candidate PS (sic) revendique celui du Président Emmanuel Macron.

Benoît Hamon. Il soutient « sans hésiter » Farida Amrani, la candidate de La France insoumise, face à Manuel Valls, car « C’est une candidate de gauche et Valls est aujourd’hui sur un projet politique qui s’est éloigné de la gauche, progressivement ». S’il avait été aussi clair et lucide avant le premier tour des présidentielles quand il pesait 5%, il se serait désisté pour la FI et…

Olivier Dartigolles. Victime d’un bug de son logiciel cérébral, le porte-parole du PCF, continue à dire, comme pendant toute l’année 2016 et le premier trimestre 2017 qu’il faut s’élargir aux socialistes.

Mais comme c’est désormais un peu gros quand la moitié du PS est chez Macron, l’autre moitié regrette de ne pas y avoir couru à temps, tandis que la troisième moitié est refoulée par EM (qui n’a pas ouvert une « maison d’hôte »), que la quatrième moitié reçoit une fessée des électeurs, que la cinquième moitié se demande quel est le prix des locaux de Solferino, que la sixième moitié vocifère contre le PS par la bouche de Gérard Filoche, Dartigoles, donc ne s’adresse plus qu’aux « socialistes sincères ».

En quelque sorte, il vise seulement la septième moitié, à la fois mathématiquement superfétatoire et extérieure au PS qu’elle a quitté en masse et dont une partie milite dans la FI.

Théophraste R. (Postulant malheureux à la médaille Fields).

PS. Olivier Dartigolles a recueilli 9, 71 % des voix aux législatives de 2012 sous l’étiquette Front de gauche. Puis, devenu militant de la dilution de la FI dans un conglomérat marécageux avec le parti prétendu socialiste, il s’est présenté sous l’étiquette PCF en juin 2017 et a recueilli 5,7% des voix quand la FI en obtient 13, 6 %. Les électeurs n’ont pas sanctionné la désunion, mais les compromissions.

URL de cette brève 5462
https://www.legrandsoir.info/les-six-font-la-paire.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
14/06/2017 à 00:11 par irae

La logique et la cohérence dans la durée des ex futurs anciens nouveaux partisocialoenmarcherepublicaineducentreetdelapériphèrie ne cesse de me laisser bouche bée.
Seul résultat notable de leurs divagations, attermoiements, revirements et autres voltes-faces, nous sommes dans une mBIIIIIP noire.
Pas eux qui ont tous leur petite solution de repli en attendant les jours meilleurs.

#136989 
14/06/2017 à 02:22 par Georges SPORRI

Le PS parait calamiteux... D’un coté on sait que depuis la victoire d’HAMON aux primaires Macron est devenu le vrai candidat des droitiers (70 % des élus et 65 % des cadres + 50 % des militants). Par ailleurs on sait aussi que ces "ectoplasmes" voulaient maintenir un PS fictif, sorte de flanc gauche du macronisme. Pour cela il suffisait d’ accuser JLM d’avoir lancé du "populisme de gauche" et HAMON d’avoir adopté du "discours TROPAGAUCHE".
Mais la défaite humiliante qu’ils viennent de subir rends impossible une simple remise en question superficielle basée uniquement sur des attaques putassières contre JLM et HAMON-Filoche.
Les quelques députés PS qui seront élus seront à 50% des clones rabougris de VALLS - CAZENEUVE et à 50% des ombres de HAMON. Aubry et Hidalgo vont être obligées de sortir leurs flingues et leur arsenic pour éradiquer la racaille macroniste.
On va bien rigoler !!!

#136992 
14/06/2017 à 06:43 par Théophraste R.

Désapprouvés par la fédération communiste de l’Essonne, 3 élus "communistes" d’Evry apportent leur soutien public à Manuel Valls.
Et on se demandera après pourquoi la France Insoumise voulait faire signer une charte de loyauté aux communistes voulant candidater avec son soutien .

#136995 
14/06/2017 à 09:19 par morvandiaux

"Tous ensemble", "Tous ensemble" criais-je dans les manifs ! si j’ai bien compris, chassons les cocos, les socialos de gauche (il y en a, comme mon voisin, un brave mec) et restons avec les "purs" les fidèles de l’Homme Providentiel : le reste c’est de la gnognotte...amen

#136997 
14/06/2017 à 10:04 par florent

Le problème en France aujourd’hui, c’est Hamon, Dartigolles et Filoche, évidemment...

#136998 
14/06/2017 à 10:59 par L. A.

@ Georges SPORR

Aubry et Hidalgo vont être obligées de sortir leurs flingues et leur arsenic pour éradiquer la racaille macroniste.

Je crains que vous ne vous fassiez des illusions, car qui s’assemble se ressemble, et leur « réalisme » l’emportera, comme toujours chez ces gens-là. Au contraire ces rombières bien nanties sauront s’y prendre pour s’attirer la bienveillance de la racaille macroniste — car c’est de la racaille certes, mais surtout, par-dessus tout, au-delà de tout, c’est de la racaille « au pouvoir » ! et c’est bien la seule chose qui compte pour ce petit monde (pet immonde).
La fille de l’oligarcho-européiste bigot Delors, elle-même adepte du « care » obamien (j’t’en foutrais), ne va sûrement pas devenir une opposante très farouche à l’émissaire de Bruxelles, donc de la City et de Wall Street qui nous gouverne dorénavant (elle se contentera probablement de rester une opposante très farouche à la France insoumise et à Mélenchon).
J’ai ouï dire que l’Hidalgo (go ! go !), flanquée de son Brossat (reluire), avait autorisé un meeting avec ségrégation raciale à l’entrée. J’ai du mal à le croire. Quelqu’un sait-il ce qu’il en est exactement ?
Quant à Filoche, quand il se réveillera les assiettes seront vides (et la vaisselle sera déjà faite), pour l’instant il ne fait que s’agiter dans son sommeil en gémissant et en donnant des coups de pied désordonnés.
Bref, pas de soucis pour cette engeance, elle continuera à faire ce pourquoi elle existe : trahir.
Et faudrait pas croire : pratiquer la forfaiture, mentir, faire faux bond, tirer dans le dos, retourner sa veste, tirer au flanc, abuser, se compromettre, mettre des coups bas, abandonner, bafouer la loi, « parvenir à un consensus », manipuler, faire des croche-patte, détourner, se rétracter, tricher, « tenir compte des réalités »… c’est du boulot à plein temps !
L. A. (Regardeur de pendule à l’heure vraie et qui pense hiver désormais.)

#136999 
14/06/2017 à 12:09 par irae

Et on se demandera après pourquoi la France Insoumise voulait faire signer une charte de loyauté aux communistes voulant candidater avec son soutien .


En même temps ils auraient très bien pu la signer à la mode des primaires de la nommée avec un sens consommé de l’humour "belle alliance populaire". Engagement qui visiblement ne tenait que dans la mesure oú le tenant de la ligne droitière libérale autoritaire eut été désigné. Après quoi les rugy pompili valls se sont assis dessus fuyant vers le mouvement libéralo financier à grandes enjambées.

#137004 
14/06/2017 à 14:00 par hf

Sur Evry renseigne toi, soit tu sais pas et alors tu cherches à savoir, soit tu sais et alors tu ments.
Pour les socialistes, ton papier doit dater un peu, même ton maître à penser soutient des socialistes.. et, dans ta logique binaire, que penser du FN qui soutient FI dans le nord ; Imagine qu’il ait soutenu le PCF, qu’aurais tu écrit ?...

#137006 
14/06/2017 à 14:19 legrandsoir

Sur Evry renseigne toi, soit tu sais pas et alors tu cherches à savoir, soit tu sais et alors tu ments.


C’était fait. Même que la fédération de l’Essonne du PCF et les instances nationales condamnent les 3 élus communistes.

#137009 
14/06/2017 à 14:01 par ozerfil

Ca semble incroyable mais dans ma petite commune, les communistes locaux sont toujours venus, d’une façon ou d’une autre, pour une raison ou une autre, au secours du potentat de droite lorsqu’il était en difficulté...

Cette aide de trois élus communistes à l’abject M. Valls, réactionnaire s’il en est, soutenu par S. Dassault, est de la même veine.

#137007 
14/06/2017 à 14:17 par Saturnenkaré

"S’il avait été aussi clair et lucide avant le premier tour des présidentielles quand il pesait 5%, il se serait désisté pour la FI et…"
Et .. certainement des scores différents et exactement les mêmes au second tour :(

#137008 
14/06/2017 à 14:45 par Georges SPORRI

@ LA. Le maintien d’un parti qui se dit "socialiste" est un enjeu symbolique important. Moins impliquées dans la défense de la LOI TRAVAIL que d’autres, AUBRY et HIDALGO sont bien placées pour faire ce boulot et ne pas laisser FILOCHE prendre la place de CAMBA... Aux prochaines élections (européennes en 2019, municipales en 2020, départementale en 2021) MACRON pulvérisera tous les records d’impopularité et les socialistes qui auront fait semblant de le combattre seront là en tant que fausse opposition...

Sinon j’ai regardé l’histoire de l’abstention aux législatives sur 5 dates. 1981 = 29,67 % puis 25,49 %. 1986 (proportionnelle 1 seul TOUR) 21,50 %. 1993 = 31,07 % puis 32,44 %. 1997 = 32,08 % puis 28,92 %. 2012 = 42,78 % puis 44,60 %. DONC : le très bon comportement civique de 1986 doit être expliqué !

#137010 
14/06/2017 à 15:18 par HUGO

L’aveu d’Olivier Dartigolles
Confrontée à un échec généralisé (pas seulement sur les plans électoral et organisationnel mais aussi sur le plan de l’effondrement du rapport des forces entre le Capital et le Travail), cette direction du PCF ne peut que reconnaître le désaveu populaire à répétition qu’elle subit – comme l’a récemment fait le porte-parole du PCF dans Le Figaro du 14 janvier 2016…. – mais jamais pour l’attribuer à la politique qu’elle mène délibérément et que caractérisent le suivisme à l’égard de la social-démocratie, la ligne euro-béate de « réorientation progressiste de l’euro », la liquidation de l’outil de masse et de classe qu’était encore le PCF, malgré les premiers glissements idéologiques survenus alors, jusqu’au refus du traité de Maastricht inclus (septembre 1992).

Au contraire, ce serait toujours de la faute au PCF en soi, de l’histoire qu’il porte en lui malgré sa direction actuelle, de ce qu’il véhiculerait de négatif au regard d’une prétendue « crise de confiance qui touche les partis ». Singulier raisonnement qui conduit à mettre en accusation le PCF ouvrier, patriote… et marxiste-léniniste des années 1930 / 1970 (à l’époque où ce parti était à la fois le premier parti dans la classe ouvrière et dans la nation, ce qui dura jusqu’à la période du programme commun) et qui dédouane les directions mutantes actuelles ; car en fait d’ « élargissement » et de « rénovation », ces directions ont conduit à la baisse dramatique des effectifs organisés, à l’écroulement électoral et au recul généralisé dans la bataille d’idées contre le Capital.

La direction liquidatrice prétend que, pour s’adresser au peuple, il faudrait au fond moins de Parti, alors qu’il en faut évidemment plus et mieux. C’est largement parce que nous n’avons plus de PCF digne de ce nom que les forces de la réaction s’avancent. C’est aussi parce que le PCF n’a cessé, sous couvert de « rénovation », de se social-démocratiser, que le PS a eu les mains libres – il ne demandait d’ailleurs que ça ! – pour se rapprocher ostensiblement de la droite et du patronat, et que la droite elle même, de plus en plus délestée de tout contrepoids politique progressiste, a pu se lancer dans ses fascisantes surenchères avec le FN.

« Il faudra tout explorer, sans tabou », nous dit alors Olivier Dartigolles, toute honte bue, alors que par avance, depuis plus de vingt ans, est éludé le bilan désastreux de la mutation-dénaturation et du ralliement destructeur du PCF au principe de la « construction » européenne. Et Dartigolles d’évoquer la possibilité d’un changement de nom du parti : « Communisme reste un joli mot. On y trouve le terme commun. Réfléchir autour de cette notion pourrait être l’un de nos grands défis, pour s’opposer aux divisions, aux inégalités. »

Nous y voilà ! Ils garderont peut-être le mot « communisme », puisqu’il faut bien gérer la « marque » et tenter d’empêcher que les vrais communistes, actuellement membres ou non membres du PCF, ne reprennent à leur compte l’héritage communiste français ; ou bien la direction du PCF conservera en guise d’alibi le mot « commun »… ou bien pourquoi pas, elle gardera seulement l’expression « com », ce fétiche de tous les « porte-parole », de tous les démagogues, de tous les partis bourgeois qui remplacent le contenu de classe, les analyses marxistes, l’organisation en classe ouvrière, par les « relations publiques »…

Encore et toujours : « rénover » pour mieux liquider !
Mais surtout, on peut gager que ces messieurs remettront en question les mots « Parti » et le mot « français » du sigle PCF.

Le Parti ? C’est « ringard » pour les petits bourgeois que les dirigeants du PCF à la dérive souhaitent flatter, toujours dans le sens du poil, à chaque nouvelle vague de cet anticommunisme qui tourne aujourd’hui à la répression maccarthyste dans un nombre croissant de pays d’Europe. Tellement « ringard » en effet que, pendant que les travailleurs de France n’auraient plus de parti à eux – avec tout ce que cela implique d’implantation dans les entreprises, de liens vivants avec le syndicalisme de classe et de masse, d’organisation à la fois démocratique et centralisée pour faire face au Capital de référence assumée à l’histoire du Mouvement ouvrier et communiste international et français (Commune de Paris, Révolution d’Octobre, Congrès de Tours, Front populaire, Résistance patriotique armée, combats héroïques de l’Armée rouge, œuvre des ministres franchement communistes de 1945/47, luttes de l’après-guerre pour la paix, la démocratie, l’indépendance nationale, le progrès social, contre le colonialisme et les croisades antisoviétiques…), les forces réactionnaires, elles, se doteraient sans états d’âme de puissants partis réactionnaires et fascisants pour écraser le mouvement populaire, liquider l’indépendance et l’existence même des nations, pour menacer la paix du monde et pour reprendre jusqu’au dernier tous les acquis sociaux, démocratiques, laïques, etc. qu’a arrachés au prix du sang le mouvement ouvrier et démocratique français.

La France ? Cela fait des années que la fausse gauche et ceux qui la suivent laissent les fascistes souiller la Nation sans la défendre en répudiant l’idée de souveraineté nationale et en soutenant les illusions paralysantes du Parti de la Gauche Européenne sur l’impossible « réorientation progressiste de l’UE ». C’est au contraire quand le PCF des Cachin, Thorez, Duclos, Frachon, Croizat, Sémard, Danielle Casanova, etc. puis, de manière moins conséquente, celui de Georges Marchais, mettaient la classe ouvrière au cœur de la nation en unissant dans les luttes le drapeau rouge au drapeau tricolore, que le PCF était devenu, pour le bien du peuple français, le premier parti de France avec une solide influence dans les milieux intellectuels (Politzer, Aragon et Elsa, Eluard, Langevin, Wallon, Picasso, Léger, Lurçat, Jean Vilar, etc.). Comment s’étonner au contraire, alors que la référence à la classe ouvrière a depuis longtemps été rayée des statuts du PCF (ainsi que celles au centralisme démocratique, à l’internationalisme prolétarien, au marxisme-léninisme…) et que le PCF a de fait substitué à la bataille pour le produire en France les fumées de l’ « Europe sociale » (introuvable !) et du « service public européen », si le dangereux FN s’implante dangereusement dans nombre de localités communistes ou ex-communistes, Nord-Pas-de-Calais, Région parisienne, etc. ?

En revanche on peut parier que les dirigeants de l’actuel PCF-PGE ne toucheront jamais au « tabou » majeur : l’affiliation de leur nouveau mouvement « pour le communisme » (cette notion qu’ils veulent vider de tout contenu de classe précis) au Parti de la Gauche Européenne, que préside M. Pierre Laurent, ainsi que l’adhésion de ce mouvement aux mythes réformistes paralysants de la « réorientation sociale, démocratique et pacifique » de l’UE, cette prison des peuples dont la capitulation finale d’Alexis Tsipras, soutenue par Pierre Laurent, a prouvé qu’elle est totalement antinomique de progrès social, de solidarité internationale et d’indépendance nationale.

#137011 
14/06/2017 à 19:35 par irae

Le problème en France aujourd’hui, c’est Hamon, Dartigolles et Filoche, évidemment...


Du tout ils avaient poney piscine et rolland garros.

#137015 
14/06/2017 à 20:24 par Chris DEL

Parti "Socialiste" : Ceux et celles qui y resteront en 2017 seront manifestement de droite ! JLM l’a quitté en nov 2008 (avec d’autres). En nov 2018 (le 7), dix ans après, plus de vote "de gauche" pour les opportunistes et les traitres qui y seront restés !

Fin d’un PS dit socialiste et dit de gauche = Champagne !

#137016 
14/06/2017 à 20:27 par François

" Sur Evry renseigne toi, soit tu sais pas et alors tu cherches à savoir, soit tu sais et alors tu ments."
" C’était fait. Même que la fédération de l’Essonne du PCF et les instances nationales condamnent les 3 élus communistes"
Le chien aboie... la caravane passe.
J’aimerais sincèrement que le PC sorte de ce grand guignol qui n’a d’équivalent que le PS en terme de grand écart sur 4π sr (https://fr.wikipedia.org/wiki/Angle_solide)
Mais avec des irréductibles de ce calibre, toujours prêt à défendre l’indéfendable, le couteau entre les dents, c’est pas pour demain !

#137017 
15/06/2017 à 15:55 par joel

melenchon appelle à voter christian paul, c’est quoi ce binz ?

#137049 
RSS RSS Commentaires
   
Georges Séguy. Résister, de Mauthausen à Mai 68.
Bernard GENSANE
Il n’a jamais été le chouchou des médias. Trop syndicaliste, trop communiste, trop intransigeant à leur goût. Et puis, on ne connaissait même pas l’adresse de son coiffeur ! Seulement, à sept ans, il participe à sa première grève pour obtenir la libération de son professeur qui a pris part aux manifestations antifascistes de Février 34. Huit ans plus tard, à l’âge de quinze ans, il rejoint les rangs de la Résistance comme agent de liaison. Lui et les siens organisent de nombreuses évasions de militants (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Tout pas fait en avant, toute progression réelle importe plus qu’une douzaine de programmes » - Karl Marx dans Critique du programme de Gotha (1875)


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.