Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

21 

L’imitation ratée de l’enterrement de Victor Hugo

Aurore Berger, la Nadine Morano de LREM, affirmait que les obsèques de Johnny Halliday provoqueraient une émotion comparable à celles de Victor Hugo et elle prévoyait qu’il y aurait : «  autant de monde si ce n’est plus dans la rue pour l’accompagner ».

Informés sans BFM-TV, venus de toutes les régions de France sans bus Macron, 2 millions de personnes ont donné le 1er juin 1885 une journée de travail (non récupérable en RTT) pour accompagner la dépouille de l’immense poète qui ne s’exila pas à cause des impôts, lui. Son testament disait qu’il donnait 50 000 francs aux pauvres et que son cercueil devait être transporté dans le corbillard des pauvres.

Cependant, la cérémonie pour Johnny était impeccable, comme ordonnée par une entreprise d’événementiel. Des centaines de milliers de contribuables étaient là : les fans de toujours et d’autres que le matraquage médiatique avait conjurés de ne pas rater un « événement historique ».

Je défie quiconque de ne pas avoir été ému à l’écoute de quelques discours ou lectures de texte ou par le visage de la veuve, si digne et si belle avec ses cheveux tirés en arrière, ses lunettes de soleil et, en sautoir, la croix que son homme portait. Et puis, patatras ! La voici qui se jette pour une longue, longue, longue étreinte dans les bras d’Emmanuel Macron, puis dans ceux de Bri-bri d’amour.

La cérémonie pour Johnny fut soudain macronisée.

L’exceptionnelle « bête de scène » était rapetissée à la taille de l’ancien banquier de chez Rothschild, du président des riches. L’incomparable rocker Johnny fit place à l’oncle Picsou-Halliday avec ses quarante années de démêles avec le fisc, sa condamnation pour fraude à 10 mois de prison avec sursis, son exil fiscal, ses négociations (fructueuses) au plus haut niveau pour des remises sur les sommes dues, des dégrèvements et des effacements de pénalités.

En se blottissant dans les bras du président que la foule conspua dès les premiers mots de son discours (1), Laeticia Halliday a dit aux fans qu’ils étaient les invités d’un dîner de cons, que l’irrationnelle réunion des torchons et des serviettes serait terminée dès que Johnny serait arrivé Saint-Barth.

Le poignant concert de guitares devant l’église de la Madeleine fut couvert par cette grosse fausse note.

Théophraste R. (Directeur de la thèse : « Récupération, phagocytage et perversion d’un fils du peuple par son entourage et le pouvoir »).

(1) Toujours truqueur et tronqueur, le JT de France 2 a gommé les sifflets et les cris de la foule pour couvrir sa voix (« John-ny, John-ny ! » en ne passant que l’épilogue du discours (à 5mn 52). Apprécions aussi la prudence de Macron qui, craignant de nouveaux sifflets, termina en invitant à « applaudir monsieur Johnny Halliday ».

URL de cette brève 5643
https://www.legrandsoir.info/l-imitation-ratee-de-l-enterrement-de-victor-hugo.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
10/12/2017 à 11:21 par Assimbonanga

Les cris, c’était des huées à Macron. Ouf, c’est rassurant. Je présente mes excuses à ces johnnynolâtres éclairés pour les avoir qualifiés de perchés incompatibles avec la pratique de la raison critique. C’est vrai que nous avons eu notre content de micros-trottoirs énamourés mais on aimerait bien savoir ce que les fana(tiques) de Johnny se sont dit dans le car du retour au sujet des huiles gouvernementales ...
Et sinon qui n’a-t-on pas vu à ces funérailles en grande pompe ? Quid de Higelin ? Lavillier ? Étaient-ils présents à cette célébration religieuse ?

#142665 
10/12/2017 à 11:23 par irae

Bon lgs pourquoi colporter une fausse biographie du chanteur. Non le petit smet n’est pas un fils du peuple ses 2 parents étaient déjà des professionnels du show biz et de la mode. Très jeune il fait déjà des apparitions dans les diaboliques et n’hésite pas à attaquer une de ses premières maisons de disques pour rompre son contrat en se prévalant de sa minorité (je l’ai étudié en cours). Il avait 16 ans et déjà prometteur. Il a su exposer sa vie privée avec la complicité de la presse de caniveau people pour mieux imprégner les esprits.
Non ses chansons ne renvoient à aucun événement heureux ou malheureux de ma vie, non chez nous ses disques ne tournaient en continu. Mais suis-je vraiment la seule je n’y crois pas. En revanche je suis révulsée par ce battage médiatique qui musèle soigneusement toutes les voix dissonantes. Un coluche m’émouvait bien plus dans un rôle touchant d’instituteur et n’en déplaise à la jalouse roumanoff lui me faisait hurler de rire.

#142666 
10/12/2017 à 11:36 par Georges SPORRI

" Un scarabée est mort " ... Dans une de ses chansons JH affirme : " Le jour de ma naissance un scarabée est mort / Je le porte à mon cou " ... La chanson est titrée " Voyage au pays des vivants " et elle semble décrire les visions-cauchemars-sentiments d’un pauvre consommateur d’acide lysergique di-éthylamine / comme l’indique la phrase " Les doigts du soleil aux ongles de diamants ont capturé mon esprit " qui ne serait , paraît il , qu’une redite de " Lucy in the Sky with Diamond " ... Pour se marrer on peut écouter aussi " On me recherche " , " Jésus Christ est un hyppie " ... etc ... Comme Johnny, Macron ne rate pas une seule occasion de se faire remarquer , cette technique avait rendu Sarkozy très impopulaire ...

#142667 
10/12/2017 à 13:31 par Belair philippe

Le père Noël est en or sur pour l’ami président du territoire de saint-barthelemy pendant que les petites gens peinent à se reconstruire après irma à près de 10 € une bouteille d’eau.

#142674 
10/12/2017 à 13:40 par Xiao Pignouf

Non, vous n’êtes pas seule Irae, c’est l’affaire de quelques jours. Halliday, c’est pas Hugo, pour sûr, enfin pour moi, pour d’autres c’est différent.

#142676 
10/12/2017 à 13:51 par incaudavenenum

Il parait qu’un producteur de cinéma d’Hollywood, las de l’insuccès commercial des films du grand Orson Welles (eh oui...) avait emmené ce dernier dans sa limousine dans Los Angeles pour lui montrer les files de spectateurs devant les films à succès de la ville en lui disant : "tu vois, Orson, quand on donne aux gens ce qu’ils ont envie de voir".
Vint le jour où ce producteur mourut et un monde fou était à son enterrement. Orson Welles, qui était présent , le commenta en disant : "quand on donne aux gens ce qu’ils ont envie de voir".

Peut être que c’est l’explication le plus plausible de la foule qui était présente à la cérémonie de Johnny : tous ces gens voulaient voir le cercueil du braillard le plus officiel de la 5ème république, qui a été matraqué à leurs oreilles (qui n’en demandaient pas tant) depuis des décennies et fortement tiré la culture dite improprement "populaire" (pa mépris évidemment) vers le bas.

#142677 
10/12/2017 à 14:24 par pauvred'eux

Pour ma part, ni pleurs ni TV (depuis dix ans pour la tv), mais je suis allé rechercher une chanson des "fatals picards". Il y a tout dedans : la Suisse, les motos, les larmes des chevals etc.-l.trinquet@orange.fr
https://www.youtube.com/watch?v=_myzKcuqbqQ

#142678 
10/12/2017 à 14:43 par SEPH

Tout ceci a dérapé vers l’indécence. Faire des "funérailles nationales" a une personne qui a fraudé sur l’impôt, qui voulait aller en Belgique pour ne pas payer ses impôts, c’est fort de café. Mais J.H n’a pas honte de se faire soigner dans un hôpital français payé par des français beaucoup mois riches que lui.

L’idole n’était pas un contri­buable modèle. Durant toute sa carrière, il ne s’est jamais vrai­ment empressé de payer ses impôts, jouant à « attrape-moi si tu peux » avec l’admi­nis­tra­tion.

De plus, il n’a rien composé, rien crée, il n’a fait qu’interpréter des chansons. Le mettre au niveau de Victor Hugo c’est de la com pour LAVER LE CERVEAU DE CEUX QUE LES NANTIS PRENNENT POUR DES IMBÉCILES.

Ce grand cirque médiatique (un de plus après le médiocre d’Ormesson) N’ EST QU’UNE INSTRUMENTATION D’UNE DÉPOUILLE pour faire de la récupération au profit d’un petit marquis poudré devenu monarque d’une France de pleurnicheurs sans cervelle. L’émotion et le mouchoir sont devenus les deux mamelles des médias pour faire oublier la triste réalité de tous les jours. Brave gens ne pensez surtout pas, pleurez et pleurez encore, pendant que les nantis se goinfrent en tout quiétude.

Que JH repose en paix dans un paradis fiscal !!!

#142679 
10/12/2017 à 14:57 par hf

J’ai trouvé ça en me baladant sur FB. Rappelons au passage que Mitterrand refusa les funérailles nationales à Aragon et que Kohl refusa la présence d’anciens résistants communistes allemands sur les Champs Élysées lors d’un 14 juillet de réconciliation. Comme disait Ferré : Les vôtres dans un drapeau, les nôtres dans un fait divers.
"En février 1951, à Paris, il y avait 1 million de personnes aux obsèques d’Ambroise Croizat. Né dans la misère ouvrière, militant CGT puis député communiste, il fut arrêté en 1939 et envoyé au bagne d’Alger durant 3 ans. A la Libération, il devint ministre du travail et mis en place la Sécurité Sociale. Une vie entièrement consacrée aux autres et à l’intérêt général. Jusqu’à sa mort, il restera dans son logement modeste parisien sans jamais avoir connu l’opulence." Hier, toute la journée, Raffarin, Guiesbert, Debré (Debré !!!), pour commenter le rebelle, l’agitateur. Il ne manquait que Boutin !

#142682 
10/12/2017 à 15:26 par Daniel BESSON

Pour faire couiner les gauchistes :
- Johnny a accepté de faire son SN en RFA , deux ans après le " putsch des généraux " d’Alger et dans une unité considérée comme " politiquement très à droite et anticommuniste " ( Jean Planchais )
- Johnny a alors accepté de faire un film de propagande pour le " Service cinématographique des armées " devenu EPCAD
- Johnny a chanté une chanson contre les antimilitaristes , " cheveux longs , idées courtes "
- Johnny a chanté deux génériques - sexistes soit dit en passant - pour la série militariste et " pro-Dassault™ " " Les chevaliers du ciel "
- Johnny a chanté pour les militaires de l’opération " Daguet " en Arabie Séoudite.
Mais SURTOUT Johnny nous avoir montré que plusieurs centaines de milliers de Français peuvent se réunir sans appeler à la haine d’un pays ( Israel pour ne pas le citer ) , sans appeler au meurtre et sans rien casser ! On n’avait pas vu ça depuis longtemps , en fait depuis le rassemblement pour F. FILLON au Trocadéro ...

#142683 
10/12/2017 à 15:35 par Palamède Singouin

Si je me souviens bien, la famille de la veuve éplorée avait eu aussi quelques gros ennuis avec le fisc pour des affaires de boites de nuit en Corse. De là à penser que la sainte famille Halliday avait quelque chose d’une association de malfaiteurs....
Du coup ces obsèques en grande démesure me rappellent celles de ces parrains maffieux italo-américains. Qui n’allaient toutefois pas jusqu’à convoquer Présidents de la République et Ministres.
De charlisme en johnnysme, jusqu’à quel point nos "zélites" nous prennent-elles pour des cons ?

#142684 
10/12/2017 à 16:28 par adel

Qu’auraient été ses obsèques s’il avait découvert un vaccin ? s’il s’était illustré dans l’humanitaire ? (hors concert sida, enfoirés ... des promos déguisées, je parle façon Balavoine). Si politiquement, il avait eu des positions courageuses, soutenir Mitterand en 1980, Mélenchon en 2017 (je sais faut pas trop rêver...

Sinon il était un bon chanteur, bon acteur, bon musicien et bon parolier, un artiste avec un grand A, mais tout simplement, pas de quoi en faire + même si je sais que ses idolâtres vont me détester, en fait on autant lorsqu’un chercheur, un médecin de campagne, un bénévole de la 1ère heure des Restos du coeur ou de toute association charitable nous quitte. Je ne leur demande pas un concert de Harley bruyant et polluant ni des accords de guitare à la Madeleine mais un hommage même local serait à méditer. Pourquoi autant pour un chanteur eut-il chanté 1000 ans ? Acheter ses disques ne suffit pas ?

#142687 
10/12/2017 à 18:42 par Assimbonanga

Pourquoi autant pour un chanteur ? Supposition, pour faire avancer le schmilblick : étant donné qu’il était couru que les bikers et les cars de fans allaient monter, peut-être valait-il mieux faire avec que contre ? Avec bien sûr le plus grand bénéfice pour la droite dont ce barde est le héros.
Charles Aznavour, Line Renaud ou Dormesson n’ont peut-être pas de fan-club doté d’une telle logistique...

#142698 
10/12/2017 à 21:53 par François

@ Daniel Besson : on s’en contrefout de ce qu’a fait et chanté, jh, c’est vous les gens de droite qui l’adulez. C’est un mystère pour personne qu’il était bien à droite votre idole (vous semblez très bien connaître ses déjections). A que coucou !

#142703 
10/12/2017 à 21:59 par Geb.

@assibonanga...

Et sinon qui n’a-t-on pas vu à ces funérailles en grande pompe ?

Higelin, Lavilliers... Et Goldman, Sardou... Et MLP.

Mais la dernière c’est parce que "la famille n’aurait pas désiré sa présence". Mais Philippot et le papa y étaient, eux...

Je ne pense pas que absence ou présence soient probants pour juger de qui pense quoi.

Sur les 5 que vous avez et que j’ai cités pas un n’était absent pour les mêmes raisons.

Ceux qui y étaient, en dehors des rats habituels qui étaient là pour récupérer de la popularité perdue, y étaient comme aussi de vrais admirateurs sincères, d’autres comme des "Charlie" qui répondent à chaque pet des médias et s’enquillent dans chaque file d’attente sans savoir ce qu’il y a à gratter, d’autres qui passaient par là...

La seule chose importante : Le lendemain, contre la venue chez Micron du boucher Nethanyaou, ils étaient combien ???

#142704 
10/12/2017 à 23:38 par Autrement

Tant qu’à écouter chanter un mort, je préfère Jeff Buckley, vous connaissez ?

#142709 
11/12/2017 à 09:15 par Assimbonanga

Ouh. Je vous remercie Geb de vous joindre à moi un instant pour céder au charme du papotage, pour ne pas dire du commérage. En me rendant sur la presse spécialisée dans cette discipline, je vois que Dutronc a "préféré pleuré tout son seul dans son coin". Je ne suis pas déçue de Dutronc qui s’est évité le spectacle du goupillon dégoulinant et à la proximité politicarde. Il est resté dans sa bulle, c’est pas plus mal. Un peu anar, quelque part. Vous dîtes que Phillipot et le père Le Pen y étaient ? On les chasse par la porte, ils reviennent par la fenêtre.

#142717 
11/12/2017 à 14:50 par incaudavenenum

L’humoriste sylvie Joly avait fait unelettre à johnny qui était très juste sur la grande misère culturelle et vitale qui était derrière l’adulation de l’idole des jeunes et des autres.

#142734 
11/12/2017 à 18:41 par AF30

Moi aussi j’ai plein de choses à dire sur le sujet mais je ne dirai rien car souvent on crédite le silence de celui qui se tait de pensées profondes. Chacun y met beaucoup de lui alors que le cerveau du silencieux est un désert.

#142744 
11/12/2017 à 18:44 legrandsoir

"Si ce que tu vas dire est moins beau que le silence, tais-toi" - dicton chinois (paraît-il)

#142745 
12/12/2017 à 08:29 par calame julia

Le type ! Président de la République ! fait passer comme message qu’il dira "un court message"... bien.
Le lendemain, l’Elysée fait savoir que (au lu des réactions justifiées) le court message se fera en dehors
de l’Eglise de la Madeleine... Akesenul ! Tout a été dit sur cet évènement
et même que les bikers ont été choisis chez des concessionnaires Harley.
Et aussi que Saint-Barth ne serait pas un choix anodin de la part de J. Hallyday...

#142759 
RSS RSS Commentaires
   
PALESTINE
Noam CHOMSKY, Ilan PAPPE
La question palestinienne est représentative de ce qui ne tourne pas rond dans le monde. Le rôle des États occidentaux et l’accord tacite de diverses institutions en font un cas très particulier de la politique actuelle. Les trois dernières offensives militaires d’envergure menées par Israël contre Gaza, entre 2008 et 2014, ont fait des milliers de morts du côté palestinien et donné lieu à de nouvelles expropriations de terres en Cisjordanie. Ces guerres de conquête israélienne ont ravivé, chez les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’Occident a dominé le monde non pas par la supériorité de ses idées, de ses valeurs ou de sa religion mais par sa supériorité à recourir méthodiquement à la violence. Les occidentaux l’oublient souvent, les autres ne l’oublient jamais."

Samuel P. Huntington


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.