Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le pain trempé dans le café

Où ai-je vu, le ventre serré, cette vidéo où une retraitée avoue que depuis trois jours elle n’a rien d’autre pour dîner que du pain trempé dans du café ? Elle n’osait même pas en parler à ses enfants. La honte était sur elle.

Finalement, avec les Gilets Jaunes et la révélation qu’elle est loin d’être la seule, elle a osé se confier à une caméra. Ses enfants ont su. La honte est sur eux. Mais c’est injuste.

Seule, n’a jamais honte la camarilla de l’Elysée : Macron, Benalla, et cet Ismaël Emelien dont on se félicite, à le voir et à l’entendre, qu’il soit né après l’Inquisition. Ce type là est glaçant. Puant.

Avec eux, sous eux, le gouvernement d’Edouard Philippe au cœur taillé dans la même pierre.

Leur commerce : « Aux affameurs et éborgneurs réunis ».

J’hésite devant la peur de la critique possible de ce que je vais écrire à présent, devant l’accusation de me servir de la misère.

Bah, vivons dangereusement !

Mes amis, si vous m’en croyez, cliquez ici, pour la retraitée affamée, pour tous ceux qui savent ce qu’est une « faim » de mois. Cliquez ici, il pourrait vous en coûter une minute de votre temps et un petit euro, si vous le voulez, mais le monde en sera meilleur et vous dormirez mieux.

Théophraste R. Auteur de l’article (inachevé) intitulé : « Emmanuel Macron, oh tête de con, on vient te chercher, chez toi ! ».

URL de cette brève 6144
https://www.legrandsoir.info/le-pain-trempe-dans-le-cafe.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
09/04/2019 à 07:02 par hf

Et derrière ces crapules, ne l’oublions pas, le MEDEF et tous ceux qu’il représente et qui tirent les ficelles de ces marionnettes. On pourrait relire tous les auteurs libéraux à partir du 18eme siècle pour constater que "l’individualisme possessif", pour parler comme Macpherson, n’est porteur d’aucun projet de société autre que celui de l’indifférence aux souffrances d’autrui et de la violence sociale, les questions "humaines étant confiées alors à l’Église, et encore, si on pense à Polanyi et à son analyse de la remise en cause de la loi sur les pauvres par la bourgeoisie britannique. Les seules limites à la sauvagerie, au darwinisme social qui s’assume désormais ouvertement sur les plateaux télé, sont des limites imposées par les luttes, les organisations ouvrières et syndicales dont l’affaiblissement nous est à tous préjudiciable ;
Ces firmes qui prospèrent chez nous sont celles qui, un peu plus loin, n’hésitent pas à crever des enfants au travail, à s’asseoir sur la moindre norme socaile et environnementale, à exploiter les femmes et liquider les opposants appuyées par des bourgeoisies locales complices. La première des urgences est à mes yeux de reconstruire cette gauche en l’assumant, sans laquelle aucune avancée ne sera possible. C’est la raison pour laquelle je fais campagne pour I. Brossat qui se lance avec courage et intelligence dans ce combat.

#158410 
09/04/2019 à 07:03 par Xiao Pignouf

Théo, c’est Ismaël Emelien.

#158411 
09/04/2019 à 15:10 par Théophraste R.

@Xia..
Emelien. C’est corrigé, merci. Nos lecteurs sont LGS.

#158421 
09/04/2019 à 15:12 par Vigie rouge et insoumise

@ hf
Vous avez bien raison de voter pour le révolutionnaire Brossat qui lèche les pompes de la révolutionnaire Hidalgo.

#158422 
09/04/2019 à 20:02 par hf

Vigie rouge
Tu compteras le nombre de socialistes sur la liste d’Aubry et ceux présents sur celle de Brossat. On parlera des interventions d’Aubry un peu plus tard.
Pour Paris, tu préférerais Goasgen peut -être ?

#158425 
10/04/2019 à 07:39 par calame julia

Les uns contre les autres. Les autres contre les uns. Et chacun très, très près de sa gamelle...
Mais qui peut vivre ainsi ?!

#158434 
10/04/2019 à 11:40 par babelouest

@ Calame
Allez ! Création par les habitants d’un soviet par immeuble (à mon avis dans le 16ième on aura du mal), puis création d’un soviet des soviets par rue, avec l’envoi de délégués pourvus chacun d’un mandat PRÉCIS, explicite et contraignant, puis création de soviets élargis par arrondissement sur les mêmes bases, puis création d’un soviet de la Commune de Paris sur une péniche fluctuat nec mergitur, et tout le reste à lavement pour le reste de l’hexagone....

Soudain fleuriront les propositions, "les cent fleurs" sans un Mao trouble-fête, ni, pire encore, sans un Trotski revissant le couvercle.

"L’anarchie, c’est l’ordre, sans la hiérarchie" (prêté à l’immense Élisée Reclus) . Bakounine s’était prononcé dans des termes presque identiques.

#158440 
RSS RSS Commentaires
   
L’Avatar du journaliste - Michel Diard
Michel Diard
Que restera-t-il du quinquennat de Nicolas Sarkozy, le président omniprésent dans tous les médias ? Cet ouvrage dresse un inventaire sans concession des faits et méfaits de celui qui se présentait comme l’ami de tous les patrons de presse et a fini par nommer les présidents des chaînes de l’audiovisuel public. Le "sarkozysme" a largement reposé sur un système de communication proche de la propagande, digne des régimes les plus autocratiques, à la limite de l’autoritarisme. Le système Sarkozy, même s’il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un écrivain doit désormais être un homme d’action... Un homme qui a consacré un an de sa vie aux grèves dans la métallurgie, ou aux chômeurs, ou aux problèmes du racisme, ou qui n’a pas perdu son temps. Un homme qui sait où est sa place. Si vous survivez à une telle expérience, ce que vous raconterez ensuite sera la vérité, la nécessité et la réalité, et perdurera.

Martha Gellhorn, 1935


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.