Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les putes à clic.

Depuis le début de la semaine, vous avez été près de 16 000 en moyenne à lire quotidiennement les articles du Grand Soir, directement sur ce site.

LGS ne peut pas compter le nombre de lectures des articles repris sur les réseaux sociaux ou par d’autres sites d’information français (ou étrangers après traductions). L’article le plus lu depuis 2004 l’a été plus de 100 000 fois sur le site.

Je parle bien ici de nombre de lecteurs et pas de nombre de clics. Si vous cliquez 10 fois depuis le même ordinateur, le compteur repère votre IP et compte 1.

Le Grand Soir a pu enregistrer plus d’un million de visites un certain mois et pourrait se glorifier d’avoir jusqu’à 1 million de lecteurs/mois s’il accordait quelque crédit à la méthode qui consiste à comptabiliser le nombre de clics. Avec ce mode-là de comptage, si vous venez 10 fois sur un site, le compteur enregistre 10 lecteurs de plus car cela signifie que vous avez vu 10 fois sa pub. Et c’est ce qui compte pour les annonceurs. Ainsi, un site peut comptabiliser 16 000 visites/jour qui représentent peut-être 1 600 personnes différentes et pas plus.

Ce système de comptage produit des effets pervers :
1- il pousse le site à rechercher le buzz par des article privilégiant les faits divers bien croustillants, le sexe, les polémiques.

2- les lecteurs sont encouragés à poster beaucoup des commentaires, et si possible à se chamailler. Si la querelle et les mots échangés sont vifs, le débat va durer, entraîner dans la mêlée de nouveaux contributeurs et... chauffe le compteur ! Cela donne des avalanches de « commentaires » tels que : « Va apprendre à lire », « abruti », « abruti toi-même », « facho ! » etc. Clic, clic, clic, clic.

Vous savez que LGS refuse de publier des faits divers racoleurs et des pugilats entre lecteurs.

Autres proies rentables pour les amateurs de clics à tout prix : les hommes politiques. Jean-Luc Mélenchon est ce qu’ils appellent « un bon client ».
Ecoutons-le : « Car mon nom, ce sont des clics de plus sur une page comme me l’a expliqué un de ces gestionnaires de site. Les clics doivent correspondre à un nombre de vues garanties aux annonceurs. Sitôt que le nombre de clics baisse, il faut un buzz pour faire repartir les clics ».

Raquel Garrido qui sort (provisoirement) d’en prendre appelle ces gens-là des « putes à clic ».

Théophraste R. (Professeur de journalisme à Sciences-pro. Cours : « Clics partout, vérité nulle part  »).

PS. Marthe Richard n’a pas connu les lupanars qui vérolent Internet.

URL de cette brève 5612
https://www.legrandsoir.info/les-putes-a-clic.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
10/11/2017 à 13:09 par Palamède Singouin

Il n’y a pas un hashtag " Dénonce ta pute à clics " ?

#141454 
10/11/2017 à 14:30 par claire

c’est pas sympa pour les putes.

#141458 
10/11/2017 à 16:37 par UVB76

Ah ... Nicole ... Soupir ...

#141465 
RSS RSS Commentaires
   
L’Etat voyou
William BLUM
Quatrième de couverture « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement. D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain. Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si les gens devaient découvrir ce que nous avons fait, nous serions pourchassés dans les rues et lynchés"

Président George H.W. Bush (père)
cité par Sarah McClendon (reporter à la Maison Blanche) dans sa lettre d’infos datée de Juin 1992.


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.