RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Nos 600 000 élus municipaux se font-ils dessus ?

Les villes sont des êtres vivants, irrigués par des larges « artères » et des petites veines (venelles). Dans les premières, on parade volontiers, tandis que les secondes, étroites, peu fréquentées, sombres entre des murs rapprochés, offrent une intimité propice à de furtifs épanchements de vessies, suivis d’effluves qui résistent au séchage.

Parfois, un inefficace panneau municipal en dit l’illégalité : « Défense d’uriner », tandis que sa suite éventuelle ( « sous peine de confiscation du matériel » ) est en général l’œuvre manuscrite d’un farceur qui n’avait pas autant d’humour avant son coupable épandage précipité.

Dans un petit village du Lot, on trouve une ruelle baptisée « Venelle du pissaïre » (du pisseur). Un tel nom lui a été donné au temps où la langue d’oil n’était pas partout celle des actes administratifs. Mais ce qui interpelle, c’est que des édiles locaux aient eu l’audace rigolarde de cette désignation.

Vous me direz : « Qu’est-ce qu’il vient nous chanter, le Théo, alors que l’heure est au Covid-19, à Julian Assange, aux Ouïghours, à la Biélorussie, aux glaciers qui fondent… » ?

Je vais vous dire : je parle de nos libertés qui se perdent comme dans l’eau chauffée du chaudron de la grenouille. Résultat, on n’imagine pas, de nos jours, qu’un seul de nos 600 000 élus municipaux propose d’apposer le mot « pissaïre » (1) sur une plaque de mur, fût-ce en remplacement du nom d’un « cagaïre » comme Adolphe Thiers.

Théophraste R. Auteur d’un livre (inachevé) pour enfant : « La maman nuage qui disait à son petit de faire pluie-pluie ».

Note (1). Un de mes amis (Charles-Edouard), outré, me lance : Et pourquoi pas « Rue du sanglot du colosse ? », tandis que sa femme, genre Mlle Lelongbec, me fusille d’un : « Ou Ruelle du Changement d’eau des olives ? ». Moui, bon, revenons au port du masque, à Macron à Brégançon et aux ours blancs qui dérivent

URL de cette brève 6584
https://www.legrandsoir.info/nos-600-000-elus-municipaux-se-font-ils-dessus.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
17/08/2020 à 11:05 par babelouest

Ah Théophraste, je connais un petit vin sans prétention qui ma foi est bien agréable. Santé !
http://www.pissotte.com/
Autrefois je connaissais un petit producteur, qui revendait son surplus au grossiste indiqué par le lien, qui fait cela bien plus "en grand". Goûté directement du tonneau, dans sa cave, cela valait le coup !

#172585 
17/08/2020 à 12:15 par Yannis

Oui, en période de retour du pélerin, mieux vaut laisser pisser les croyants dans nos villages. C’est là toute la beauté de la liberté d’expression dans notre belle France. Que ceux et celles qui se pissent dessus pour cause de panique Covid19, puissent s’épancher là dans les venelles, ou sur les fils virtuels de discussion.

J’en prodite pour laisser un lien, un ríen au coin, une petite souillure au dogme.savamment entretenu par ici aussi, celui de la croyance en un "monde d’après" meilleur. Il est vrai que l’espoir fait vivre, quand le présent disparait sous les immondices de la pensée néolibérale et les débris du doute postmoderne.

https://lapartmanquante.com/2020/08/10/le-temps-des-nouvelles-croyances/

#172591 
RSS RSS Commentaires
   

La gauche radicale et ses tabous
Aurélien BERNIER
Le constat est douloureux, mais irréfutable : malgré le succès de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon en 2012, le Front national réussit bien mieux que le Front de gauche à capter le mécontentement populaire. Comme dans la plupart des pays d’Europe, la crise du capitalisme profite moins à la gauche « radicale » qu’à une mouvance nationaliste favorable au capitalisme ! Tel est le paradoxe analysé dans ce livre. Paralysé par la peur de dire « la même chose que Le Pen », le Front de gauche (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(CUBA) "Tant qu’il y aura l’impérialisme, nous ne pouvons nous permettre le luxe du pluri-partisme. Nous ne pourrions jamais concurrencer l’argent et la propagande que les Etats-Unis déverseraient ici. Nous perdrions non seulement le socialisme, mais notre souveraineté nationale aussi"

Eugenio Balari
in Medea Benjamin, "Soul Searching," NACLA Report on the Americas 24, 2 (August 1990) : 23-31.

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.